http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Politique

Aimé Magera : « Au lieu de t’en prendre à tes partenaires, négocie ta sortie M. le président ! »

16-10-2015

Pour M. Magera, la tension entre le pouvoir de Bujumbura et la Belgique, principal bailleur de fonds du Burundi, est une question d’ordre diplomatique dû au troisième mandat.

Aimé Magera : « Le régime Nkurunziza a déjà tout perdu, inutile de s’attaquer aux puissances qui font vivre le peuple burundais. »

Aimé Magera : « Le régime Nkurunziza a déjà tout perdu, inutile de s’attaquer aux puissances qui font vivre le peuple burundais. » ©Iwacu

« Qu’est-ce qui pousse les autorités burundaises à entretenir des propos injurieux à l’endroit de ses bailleurs classiques alors qu’il dépend largement d’eux ?», se demande le porte-parole d’Agathon Rwasa. Certes, se dit-il, un manque de maturité et de discernement politique. Aimé Magera part de la manifestation du weekend dernier des fidèles du parti présidentiel à Bujumbura devant l’ambassade de Belgique et la déclaration du 14 octobre du parti présidentiel.

Il qualifie d’enfantine cette attitude du Cndd-Fdd et du pouvoir : « Ce n’est pas comme cela qu’un conflit ou un malentendu diplomatique se résolve.»

Le pouvoir, poursuit M. Magera, sait très bien les raisons qui ont poussé la Belgique et d’autres partenaires du Burundi à geler leurs aides : « M. Nkurunziza devrait plutôt négocier sa sortie au lieu de s’en prendre à la Belgique et trouver la solution au problème dont il est lui-même la principale cause : le troisième mandat. »
Il martèle que son camp a été consterné d’apprendre qu’il s’est permis de signer un décret de création d’une commission nationale de dialogue inter-burundais.

Pour Aimé Magera, cette commission cause plus de peur que d’espoir. Dans un contexte où les cœurs sont déjà meurtris par les longs mois de manifestations réprimées dans le sang, des enlèvements, tortures, assassinats, découvertes des cadavres ligotés ou emballés dans des sacs et abandonnés le long des routes ou jetés dans des rivières, etc., la commission telle que définie par le décret qui l’a créée, n’apportera rien de nouveau : « Si ce n’est qu’ajouter de l’amalgame à une situation qui n’en demandait pas plus. » En témoigne, ajoute M. Magera, l’assassinat ignoble de ce 13 octobre de la famille du cameraman de la RTNB et de beaucoup de citoyens innocents.

Ce douloureux passé qui n’apprend rien aux dirigeants

Aimé Magera constate que les dirigeants actuels n’ont presque rien gardé de l’expérience du passé récent de notre pays : « Ils sont entrain de marcher exactement dans les pas d’un ancien régime qui les a précédés juste avant que le vent de la démocratie ne souffle dans le paysage politique burundais en 1992. »

En effet, raconte-t-il, après les massacres de Ntega et Marangara en août 1988, Pierre Buyoya, président de la République à l’époque, refusa de négocier la paix directement avec le Palipehutu-Fnl, seul mouvement politico-militaire de l’époque incarnant véritablement l’opposition : « Il avait plutôt préféré procéder à la création d’une commission soi-disant chargée de l’unité nationale. Ses résultats, tout le monde les connaît, elle a conduit le pays à plus de divisions qu’à l’unité. » La guerre qui a suivi cette politique de l’autruche, analyse M. Magera, laissera des plaies qui peinent à se cicatriser.

Vingt-sept ans plus tard, M. Magera constate que le président Nkurunziza fait la même chose en esquivant les vrais problèmes et s’attaquant à ses partenaires. Selon M. Magera, une telle obstination conduira inévitablement à la catastrophe.

Fortement convaincu que le Burundi appartient à tous ses fils et filles sans exclusion, le porte-parole d’Agathon Rwasa indique que son camp s’inscrit dans la logique du dialogue national substantiel : « Il doit rassembler tous les protagonistes du conflit burundais et une médiation internationale sous l’égide des Nations unies, de l’Union Européenne et de l’Union Africaine. » Les différents partis et acteurs politiques tant de l’intérieur que de l’extérieur du pays, assure Aimé Magera, n’aura pas de peine à trouver des solutions adéquates à la question du troisième mandat illégal de Pierre Nkurunziza. Toute autre voie, conclut-il, serait vouée à l’échec.

  21   Vos commentaires
  1. type noir

    reka sha ntawokwibagira ko nkurunziza asangiye kahise na Rwasa.Ariko barahumba basugerejwe

  2. Matabaro Jérome

    Au lieu de s’en prendre aux gendres de tel ou aux représentants collinaires des partis, Nkurunziza devrait comprendre qu’avec l’appui de seulement 2 camps militaires il ne pourra pas gagner cette guerre qu’il a commencé depuis la violation flagrante de la constitution!

  3. Bado

    Magera wandika neza kandi au moins toi, gushika ubu tu tiens un meme language. Ntiwivuguruza nka Rwasa. Mais tuzi ko atawurwanya gouvernement ari muri yo. Rwasa nta influence na nto afise muri gouvernement illegal de Nkurunziza. Bashatse kumukorerako ngo bahume amaso amakundu ngo opposition yaritavye amatora, agenda neza, kandi gouvernement irimwo opposition. Ikindi nuko bashaka guca intege opposition. Nukuvuga que ton appel ne peut pas etre ecoute. Ariko bandanya musemerera, kuko nabo nyene amabi bariko barakora, la communaute internationale ntishobora kubumviriza.

  4. baobab

    Un parti qui a des ministres dans le gouvernement doit la fermer ou démissionner. Magera ignore ce principe élémentaire. C’est pas bien pour lui!!!

    • Matabaro Jérome

      hahaha! Harya mwagira ngo Rwasa murikumwe?? Emwe ubujuju bw’aba DD ni hatari! Rwasa ariko abakinira indani, nta alliance n’umugambwe wamwivye amajwi ukamurasira umugore azigera agira!

  5. uyu mugabo Magera avuga ivyatazi,none ntaramenya ko shebuja Rwasa yamwirukanye muri FNL.

    • peace

      Finalement Mgera est un homme visionnaire, il faut suivre ses conseils.
      seulement il aura des difficultes de convaincre son patron pour aller dans le meme sens

    • Jambo

      L’arrivée de Rwasa au parlement s’est remarqué au début et depuis il s’est effacé comme tous ses collègues parlementaires.Aucun mot ou enquête parlementaire sur les massacres en cours.C’est à se demander si cette institution existe,même si elle est contestée. Au moins,Magera essaie d’exister et donner des conseils utiles en tant que citoyen.

    • singirankabo louis

      sha jewe ndiko ndaraba ibiriko bibera muburundi vyongora kwemeza ko rwasa yirukanye Magera. burya turakeneye gutahura neza ico ijambo « mucezo wandani » léonidas hatungimana yavuze isigura.

    • nzohabonayo eric

      Ico atazi yavuze ni ikihe?ntakintu kibi yavuze yerekanye amakosa yakahise nubu aboneka kuba yoshobora gukorwa,none ivyerekeye buyoya yavuze sivyo?

  6. baobab

    Magera, essaie de ne pas tutoyer Nkurunziza. C’est une simple règle de la grammaire française. Car vous n’avez sûrement pas gratté les porcs ensemble. Moi même je ne quémande rien du tout chez lui.

  7. Nshandi

    Le FNL, vous n’êtes plus crédibles. Vous parlez, parlez et parlez, et quand il s’agit d’agir, vous faites exactement le CONTRAIRE de ce que vous dites. NOUS NE SOMMES PLUS VOS MOUTONS. Henda abandi !

    • Izonkunda

      @Nshandi,

      Honnêtement et franchement parlant, peux-tu me dire le rôle du FNL de Rwasa dans cette tragédie Burundaise? Je me demande pourquoi vous vous acharnez sur Mr Rwasa et son porte-parole Mr Magera.

      Qui a planifié ce drame burundais? Si tu ne savais pas c’est Nkurunziza aidé par GACIYUBWENGE, car c’était lui qui était le patron de l’armée Nationale Burundaise; Gervais Ruvyikiri, le vice-président de Nkurunziza; Pie Ntivyohanyuma, le président de l’assemblée nationale pour ne citer que ceux-là.

      Arrête donc de dire que FNL vous a trahi. Nous les fidèles de Mr Rwasa on est serein.

      Merci.

      • Nshandi

        @Izonkunda,
        Ce n’est pas grave, s’il veut son nom dans la liste, il est servi. On dira qu’après AOÛT 2015, RWASA et NKURUNZIZA étaient aux commandes, et l’histoire le jugera très sévèrement. Comment peut-on manquer le bateau à un moment si proche de la victoire ? Comment peut-on faire un si grand sacrifice durant toute sa vie, et manquer le but ultime ? Baramuroze !

    • nzohabonayo eric

      Il ne faut pas suivre les fnl si non tu vas tomber dans la fossé tant que tu ne l’es pas.Qu_e voudriez vous que les fnl fassent?en 1993 frodebu a gagné les élections grâce aux palipehutu(aujourd’hui fnl)qu’est ce que les fnl ont gagné après tout, de même en 2005 frobebu a eu des places au gouvernement grâce aux fnls,qu’est ce qu’ils ont eu apart des bombes de tous les jours,en 2010 les fnl ont boycotté les élections mais les upronustes ont changé la carte en dernière lieu,ils ont été appelé des gens malins et plus de 3600 fnls sont disparus mais 0 upronustes,0 frodebuste,8msd,si je te demande qui a plus perdu?toi tu voudrais que le nombre de disparution des fnl soit multiplié par dix pour accepter qu’ils sont des opposants.oui,ils parlent comme les autres politiciens,l’action est pour tous les politiciens pas à un seul groupe mon frère. Nyangoma et les sindumuja doivent savoir que la réponse de leurs questions se trouve au burundi pas en belgique,depuis longtemps au burundi les chefs rebelles etaient tjrs au pays pas à l’étrange.ils veulent bénéficier le fruit du sang des autres,nibaze bashingimizi mugihugu arumuriro bawotere hamwe nababo.

      • Nshandi

        Eh bien, ils viennent encore de rater l’histoire. Preuve qu’ils PRATIQUENT TOUJOURS LE CONTRAIRE de leur idéologie.

  8. Jambo

    La majorité silencieuse dont le camp présidentiel aime se prévaloir constitue une pierre d’achoppement du régime.Il faut être aveugle pour ne pas voir que c’est une petite minorité sans soutien visible qui joue ses dernières cartes inintelligentes,divisionnistes, meurtrières,et surtout maladroites au niveau diplomatique. Magera a raison quand il dit qu’ils manquent de maturité et de discernement politique.L’entêtement et l’arrogance envers les bailleurs vont leur coûter très cher.Je peux parier que cette majorité ne viendra pas à leur secours,compte tenu de la situation malsaine du pays.
    Hakora munda,dit-on!!!!

    • Matabaro Jérome

      TheSilentMajorityAndVictimsJustSayNoToTheThirdTermOfMisterPeterNkurunziza.

  9. JP-K

    Je pense que Magera est plus allumé que son patron Rwasa

    • Muhuza Romeo

      Cameleon

    • Barekensabe

      jewe mbona ko Magera yagize analyse nziza au lieu de s’ attaquer a une personne il vaudrait mieux s’ attaquer a ce qu ‘il dit ku bwanje ivyo yavuze n’ukuri. Ingorane ziri mu burundi ni uko abantu batigeze bigira kuri kahise, ivyo ababanje bakoze nivyo n abandi bakora. mu vyukuri twabuze abantu bakunda igihugu nabo aba bategetsi b ibujumbura bo baramaze gutakaza conscience kuko iyo baba bari bagifise agatimpa mpanuro bobonye aho igihugu kigeze bakibuka amaraso ya bene Burundi ariko araseseka. ivya Rwasa na Magera ntawovyinjiramwo cane kuko ntiyigeze amuhakana ko atakiri umuvugizi wiwe, Rwasa nawe ategerezwa ku survivant kuko beshi bavuga ivyiyumviro vyabo ni uko bari hanze aho namwe uwo bajana muri arya menyo y intambwe mwoheza mukavuga iki? umuntu wese aracababaye kubaho gusa wait and see the future will say more

Publicité