Société

Traite d’êtres humains en 2019 : un rapport qui fait froid dans le dos

11/08/2020 Emery Kwizera Commentaires fermés sur Traite d’êtres humains en 2019 : un rapport qui fait froid dans le dos
Traite d’êtres humains  en 2019 : un rapport qui fait froid dans le dos
Prime Mbarubukeye, president de l'ONLCT : «La traite d'êtres humains est une réalité au Burundi »

L’organisation locale militant contre la traite d’êtres humains (ONLCT : où est ton frère ?) a publié les chiffres détaillés des victimes de la traite en 2019. La province de Karusi est la plus touchée.

« En 2019, plus de 497 victimes, dont 318 femmes, 82 jeunes et 97 enfants, sont tombées entre les mailles du filet du trafiquant», alerte l’organisation engagée contre la traite d’êtres humains.

Son rapport fait état d’une réalité dans toutes les provinces du Burundi. Karusi est la plus touchée avec 91 victimes de la traite d’êtres humains dont 74 femmes, 12 hommes et 5 enfants. Bujumbura-mairie, Rumonge  et Kayanza sont aussi touchées. Les victimes y sont plus de 40 pour chaque province. A Kirundo, Muyinga et Bujumbura, plus de 30 victimes ont été répertoriées dans chacune de ces dernières. Les provinces les moins touchées sont Bururi et Mwaro avec respectivement deux et quatre victimes reconnues.

D’après ce rapport, les hommes surtout les jeunes chômeurs ont connu une forte mobilité à destination particulièrement des pays comme la Tanzanie,  la RDC, la Zambie, le Malawi., le Soudan du Sud, l’Afrique du Sud, etc.

Le nombre des victimes pourrait aller au-delà 

«Cette destination est souvent transitoire car la plupart d’entre eux finissent par gagner l’Oman, l’Arabie Saoudite, le Qatar, etc. »,  lit-on dans ce document.

Selon cette organisation, le manque d’emplois et la pauvreté sont les principaux facteurs qui ont entrainé cette forte migration des jeunes burundais. Elle signale aussi que le nombre de victimes pourraient éventuellement aller au-delà de celui-là présenté, étant donné que certaines autres passeraient par des voies officieuses difficilement identifiables.

Plus de 251 femmes et filles avaient été emmenées dans les pays du Golfe en 2018. L’ONLCT parle d’une augmentation très sensible de 32, 89 % par rapport aux statistiques de l’année précédente.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 132 users online