Les billets d'Antoine Kaburahe

Suspension des ONG internationales, d’après quelle loi ?

03/10/2018 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Suspension des ONG internationales, d’après quelle loi ?
Suspension des ONG internationales, d’après quelle loi ?
Silas Ntigurirwa, secrétaire général du Conseil national de sécurité

La question de la suspension des ONG internationales a fait couler beaucoup d’encre, elle a suscité beaucoup d’angoisse, pour des raisons sur lesquelles je ne voudrais pas revenir. Par contre, un aspect semble ne pas avoir suscité une grande attention. Il s’agit de cette « décision » du CNS (le Conseil National de Sécurité).

Sous l’ancienne Constitution de 2005 et l’actuelle Loi le régissant (qui date du 31 août 2008), le CNS est un organe consultatif. Elle peut, bien sûr, prendre des « décisions » en son sein, mais celles-ci ont la valeur d’une recommandation, d’un avis, d’un conseil, etc.

Sous l’actuelle Constitution de 2018, les conseils nationaux sont simplement mentionnés, mais ne font plus l’objet d’un chapitre ou d’une section dans la Constitution. Il sont tous énumérés dans un seul article : art 275.

Selon les spécialistes, dans la mesure où la Loi du 31 août 2008 n’est pas contraire à l’actuelle Constitution, elle continue à régir le CNS. Donc, en principe, les pouvoirs du CNS n’ont pas changé si la Loi du 31 août 2008 reste d’application. 

Logiquement donc, un avis du CNS ne vaut pas loi… il faut que cet avis soit ‘légalisé’ sous forme de loi au Parlement, décret (à la présidence), ordonnance (ministérielle), instruction, etc.

 En d’autres mots, sur cette question très importante pour le pays, à ce jour les Burundais disposent d’ un communiqué du CNS lu à la télé et d’une déclaration du ministre de l’Intérieur dans la salle de conférence d’un grand hôtel de Bujumbura. Rien n’existe donc, juridiquement parlant !

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 227 users online