Mardi 31 janvier 2023

Politique

Sud-Kivu : Fermeture des bases de la Monusco à Bijombo, les déplacés s’inquiètent

Sud-Kivu : Fermeture des bases de la Monusco à Bijombo, les déplacés s’inquiètent
La delegation partie à Bijombo

Des déplacés internes craignent pour leur sécurité après la fermeture des bases de la Monusco à Bijombo au Sud-Kivu. C’est Précisément dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, à Uvira et à Mwenga où vivent plus de 16.000 déplacés de guerre.

Selon Bwija Kelvin, coordinateur de la société civile des compatriotes, plusieurs groupes armés se trouvent dans ce milieu et menacent la sécurité de ces déplacés. « Il est important que la Monusco reste dans la zone. Cela en dépit des manifestations organisées dans différentes villes de l’Est de la RDC, réclamant son départ ».

Selon l’administrateur du territoire d’Uvira, Mme Julie Malenga Sango, la Monusco va fermer sa base de Bijombo dimanche 15 janvier 2023. La fermeture de cette base n’est pas improvisée car, dit-elle, il y a une année que la mission onusienne a annoncé la fermeture de ses bases dans les hauts et moyens plateaux de ces trois territoires.
« Il s’agit des bases de Bibokoboko dans le territoire de Fizi et de Kahololo à Uvira qui avaient précédé celle de Bijombo », a-t-elle fait savoir. Le chef coutumier Romain Lenghe, Mwami des Bavira appelle la population de Bijombo au calme et à faire confiance à l’armée nationale.

A noter qu’une équipe composée de la Monusco, des autorités politico-administratives, des FARDC, des défenseurs des droits humains et les membres de la société civile se sont rendus au début de cette année à Bijombo pour s’enquérir de la situation actuelle de ces déplacés.
Contacté à ce sujet, Yves Wa Yves Ramadhani du réseau des défenseurs des droits humains dans Uvira-Fizi et Mwenga, déclare que les déplacés craignent les incursions des groupes armés dans leurs camps.

Les autorités militaires du Secteur Opérationnel Sukola II confirment avoir dépêchée des unités pour la sécurité de la population après le départ de la Monusco. Information affirmée par l’administrateur du territoire d’Uvira.

Le rapport de la société civile des compatriotes congolais, fait état de 8.000 déplacés reçus dans la localité de Bijombo, 4.000 à Minembwe, 3.500 à Mikenge, 380 à Rugezi depuis le premier novembre 2019.

Il s’agit des communautés Banyindu, Bavira, Bashi, Babembe, Bafuliru et 300 déplacés Banyamulenge à Muranvya, Mugeti et Kajembwe.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 1 493 users online