Lundi 06 décembre 2021

Santé

Réception d’un don chinois de vaccin Sinopharm : l’OMS rassure sur son efficacité

15/10/2021 3
Réception d’un don chinois de vaccin Sinopharm : l’OMS rassure sur son efficacité
Le don chinois de vaccin Sinopharm contre la Covid-19

Un don de 500 mille doses de vaccin Sinopharm contre la Covid-19 a été remis au ministère chargé de la Santé publique par l’ambassade de Chine au Burundi ce 14 septembre. Le ministère explique que la vaccination sera volontaire et conditionnée par une signature de consentement.

« Le vaccin que nous avons réceptionné est homologué par l’Organisation Mondiale de la Santé. C’est un vaccin valable comme tous les autres vaccins dont vous entendez parler », dit Xavier Crespin, Représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Burundi. Et de renchérir que le vaccin Sinopharm figure sur la liste des vaccins reconnus efficaces dans la riposte contre la Covid-19.

Il ajoute que le vaccin se fait en deux doses, une première suivit d’une seconde dose après trois à quatre semaines : « Ce n’est qu’après ces deux doses de vaccin que nous pourrons parler d’une personne complètement vaccinée contre la covid-19 ».

Le ministre de la Santé publique et de Lutte contre le Sida, Dr Thaddée Ndikumana fait savoir que la vaccination sera volontaire. Selon lui, ceux qui veulent être vaccinés devront se faire inscrire au préalable pour établir un plan de redéploiement des vaccins sur les sites de vaccination suivant le nombre précis de bénéficiaires.
« Dès demain, on va pouvoir mettre à la disposition de la population qui le désire les sites d’inscriptions en ville et à l’intérieur du pays », a-t-il précisé.

D’après le ministre Ndikumana, le Burundi va recevoir d’autres doses de vaccin contre la Covid-19 : « Nous avons des promesses de la part de la Banque Mondiale, il y a les doses qui vont arriver en provenance des Etats-Unis à la fin de ce mois, si tout va bien. On a aussi d’autres promesses de la part de la France, de la Belgique, etc. »

D’après lui, les inscriptions seront suivies des signatures de consentement, « comme le recommande l’OMS ». Et d’ajouter que la vaccination sera précédée par le dépistage. Il rappelle que le respect des mesures barrières contre la Covid-19 et le dépistage doivent continuer.

A l’issue de la réunion du CPSD du 12 septembre, le ministère chargé de la santé avait annoncé que les groupes cibles pour les premières doses de vaccin seraient les prestataires de santé, ceux qui souffrent des maladies chroniques, les personnes âgées et tout autre personne volontaire ainsi que les voyageurs.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. SAKUBU

    En quoi l’OMS rassure? Qu’elle aille d’abord rassurer dans les pays occidentaux où les différents vaccins sont suspendus, voire récusés au regard de nombreux cas d’effets secondaires mortels constatés et bien documentés après la vaccination.

  2. SAKUBU

    Les lignes ont bougé, bougent et bougeront

    • Ndambi

      Pourquoi ceministre insiste sur « La Vaccination sera volontaire » et enfonce le clou, la personne devra signer une « décharge ».
      Monsieur le Ministre, Quand est ce que vous allez vous faire vacciner?
      Suivez mon doigt.
      Ndabivuze ; jewe Margarita

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 3 912 users online