Société

Pluies torrentielles : Toute une famille décimée à Kanyosha

18/01/2019 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur Pluies torrentielles : Toute une famille décimée à Kanyosha
Pluies torrentielles : Toute une famille décimée à Kanyosha

Vendredi 18 janvier. La désolation est totale à Kukamabuye sur la colline Sororezo en commune Kanyosha de la province Bujumbura. Janvier Ndikumana, sa femme Lydia Niyonkuru et tous leurs 4 enfants n’ont pas survécu aux pluies diluviennes de la nuit de ce jeudi.

Dans la matinée de ce vendredi, au lieu du drame, tous ceux qui sont sur place sont plongés dans l’émoi. Mélancolie, tristesse, désespoir, abattement, etc. Des hommes et des femmes essaient de déterrer les 6 corps sans vie. Un mur de leur maison s’est écroulé sur eux.

Ils seront évacués au centre de santé Vyizigiro de Sororezo. Celui-ci se trouve dans les environs, à 100 mètres du lieu du drame. Des cris fusent de cet endroit. Des femmes, sous le choc, ont du mal à se retenir. Elles pleurent, certaines s’évanouissent. Trois d’entre elles, dont la mère de Janvier, le défunt, perdent connaissance. Elles sont dépêchées dans une salle d’hospitalisation de ce dispensaire pour réanimation.

Au centre de santé, un homme, la quarantaine, sanglote. Il essaie de retenir ses larmes, en vain. C’est un voisin de la famille décimée. Il s’assied par terre, non loin des 6 corps sans vie, alignés et couverts de pagnes.

«Le ciel vient de me tomber dessus»

Devant le centre de santé, sous un parapluie, Claude Niyonkuru, le frère de Lydia Niyonkuru, la défunte, essaie de consoler Fabrine, sa sœur. Celle-ci pleure toutes les larmes de son corps. «Le ciel vient de me tomber dessus», s’écrie Fabrine entourée par son frère et ses amis.

«Je ne trouve pas de mots pour exprimer mon ressentiment», se désole Niyonkuru, qui finit par dire : «Je suis abattu. Je ne peux pas pleurer comme mes sœurs, je suis un homme, je dois essayer plutôt de les tranquilliser. Après tout, on y peut rien».

Dans un groupe de femmes, Eric Vyamungu, petit frère du défunt, s’est perdu dans ses idées. Il ne sort de son silence que quand il est sollicité pour accorder une interview aux journalistes.

«Je réfléchis encore à cette tragédie. J’essaie de me tranquilliser. Quand nous avons appris cette mauvaise nouvelle, ce matin, nous avons été à court de mots». Eric Vyamungu parle d’une voix presque inaudible. A un moment, il marque une pause. Le temps de laisser couler quelques sanglots.

M. Vyamungu appelle les autorités à s’investir dans la protection de l’environnement : «Il faut que les ménages installés sur ce terrain du drame soit délocalisés. Il est risqué».

Ladislas Baziruwiha, conseiller administratif et social de la Commune Kanyosha, exhorte les habitants de Kanyosha à ne pas construire dans cette localité : «Elle est située sur une pente raide».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Un châtiment qui ne s’explique pas

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un châtiment qui ne s’explique pas

Certains directeurs des écoles s’apprêteraient à « châtier » les lycéens coupables d’avoir déchiré leurs uniformes pour célébrer leur  joie de sortir du secondaire et d’accéder à l’enseignement supérieur. Iwacu et de nombreux lecteurs  se sont exprimés là-dessous. Parents, éducateurs, syndicalistes, autorités (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 286 users online