Samedi 18 septembre 2021

Économie

Pénurie de bière et de limonades, la Brarudi s’explique

03/01/2018 Commentaires fermés sur Pénurie de bière et de limonades, la Brarudi s’explique

Les consommateurs des produits de la Brarudi se lamentent : ils ont été rares lors des fêtes de fin d’année. «Difficile de trouver une bouteille pour étancher sa soif». Certains incriminent cette brasserie : «Ses stocks seraient épuisés». D’autres évoquent des spéculations des tenanciers de bars.

Anicet, habitant du quartier de Jabe, zone Bwiza de la commune Mukaza, affirme que les boissons de la Brarudi sont introuvables depuis samedi 30 décembre : «C’est dommage que je manque même la petite Amstel alors que j’ai de l’argent pour m’en acheter».

Il demande aux responsables de cette entreprise de fabrication de boissons alcoolisées et de limonades de faire la lumière sur cette ‘‘pénurie qui apparemment semble perdurer’’.

Un autre consommateur de la zone Ngagara, commune Ntahangwa, se pose la question de savoir si ce manque de boissons n’est pas un prélude de la hausse de leurs prix : «Si c’est le cas, qu’ils nous l’annoncent clairement».

Quant à Anne, gérante d’un bistrot à Jabe, elle indique qu’elle n’en a pas depuis vendredi dernier. Les distributeurs des produits de la Brarudi disent qu’ils n’en ont pas à chaque fois qu’elle va s’approvisionner.

La Brarudi tranquillise. Côme Badufasha, chargé des ’’affaires achats et corporatives’’, affirme qu’elle ne connaît pas de pénurie de stocks. Ceux-ci étaient en quantité suffisante le mois dernier. Et ils le sont pour ce mois de janvier.

Les spéculations des tenanciers de bars font craindre une hausse éventuelle des prix. Pour pallier ce problème, fait-il savoir, la Brarudi envoie périodiquement des délégués superviseurs auprès des distributeurs. Objectif : se rendre compte que ses produits arrivent aux consommateurs.

M. Badufasha assure que la Brarudi ne ménage aucun effort pour plaire à sa clientèle : «Nous faisons tout notre possible pour continuer à satisfaire nos consommateurs ». Et d’ajouter qu’ils ont augmenté la capacité de production pour répondre à la demande durant les fêtes de fin d’année.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 398 users online