Environnement

Ntahangwa : un ouf de soulagement pour les riverains de ses parties stabilisées mais…

15/08/2020 Emery Kwizera Commentaires fermés sur Ntahangwa : un ouf de soulagement pour les riverains de ses parties stabilisées mais…
Ntahangwa : un ouf de soulagement pour les riverains de ses  parties stabilisées mais…
Une des deux parties de la rivière Ntahangwa dont les berges sont stabilisées.

Deux parties de la rivière Ntahangwa traversant la ville de Bujumbura ont étés stabilisées. Les riverains parlent d’une action salvatrice. Pour un environnementaliste, ces actions isolées ne sont pas durables.

Du côté de la zone Nyakabiga, la stabilisation des berges de la rivière Ntahangwa  sur une distance de 314 mètres  a pu sauver des écoles, une église et des maisons des particuliers qui étaient menacées. Du côté de Kigobe de la zone Gihosha, la rue Mukarakara est maintenant praticable. Des berges tout le long de 350 mètres ont été stabilisées.

«Nous avons dévié la rivière de telle sorte qu’elle ne puisse plus constituer une menace pour la rue Mukarakara», assure Alexis Nimubona, coordinateur du projet de gestion des risques et catastrophes liés au changement climatique au ministère en charge de l’environnement.Il indique que le projet prévoit aussi de planter des arbres sur toutes les surfaces déjà stabilisées.

Les riverains manifestent un ouf de soulagement. « Nous étions malheureux, nous passions des nuits blanches», réagit l’un d’entre eux. Et  de se réjouir : « C’est un sentiment de satisfaction que je ne peux pas qualifier. Il faut l’avouer, certains commençaient à déprimer vu les pertes que nous allions enregistrer.» 

« Il faut une intervention intégrale »  

Tharcisse Ndayizeye : « Ces actions isolées ne peuvent pas être menées pour des raisons de pérennité et de durabilité de la ville de Bujumbura. »

Tharcisse Ndayizeye, expert en environnement, fait savoir que la rivière Ntahangwa et d’autres rivières traversant la mairie menacent sensiblement la ville de Bujumbura.

Pour lui, il serait bon de faire une intervention avec une « approche intégrale et intégrée» qui implique tous les acteurs. « Cette approche holistique qui n’ignore personne permettra d’anticiper dans le temps et de voir si la rivière Ntahangwa telle qu’elle est aménagée pourra supporter le débit des eaux dans 30 ans », indique l’environnementaliste.

M. Ndayizeye affirme que les actions isolées de protection des rivières ne tiennent pas pour longtemps. Il parle de la nécessité d’une intervention intégrale, en amont et en aval de la rivière et suggère des actions complémentaires à celles entreprises précédemment.  Avant de conclure : «  Ces actions isolés  peuvent etre menés pour des raisons d’urgence  mais pas pour des raisons de pérennité et de durabilité de la ville de Bujumbura. »

Pour le moment, les maisons fissurées sont en train d’être réhabilitées, ceux qui avaient déménagé regagnent leurs maisons.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 959 users online