Dimanche 20 juin 2021

Économie

Nouvelle pénurie des boissons de la Brarudi: les consommateurs grognent

05/06/2021 0
Nouvelle pénurie des boissons de la Brarudi: les consommateurs grognent

La pénurie des boissons de la Brarudi perdure dans la capitale économique Bujumbura. Les consommateurs se lamentent. Certains tenanciers des bars commencent à enregistrer des manques à gagner à cause de cette situation.

11 heures devant le bar 5/5 de la zone Kamenge. Le mini-dépôt de ce cabaret est rempli de caisses de boissons Brarudi vides. Le gérant confie que la pénurie des boissons Brarudi est devenue un véritable casse-tête.

« Lorsqu’il arrive qu’on ait des casiers de boissons, ils ne durent même pas trois minutes et les clients se lamentent qu’on leur cache les boissons», confie-t-il.

Les propriétaires de cabarets déplorent un manque à gagner énorme déjà enregistré à cause de cette pénurie. « Je viens de passer trois jours sans vendre aucune boisson Brasserie et cette dernière ne veut pas nous dire le problème qu’elle a, alors que nous continuons à payer le loyer sans vendre », déplore Donatien Bizimana, gérant du bar ’’Kw’Iteka’’, toujours dans la zone Kamenge.

Il révèle que même dans le peu de dépôts où l’on peut trouver les boissons de la Brarudi, les propriétaires s’adonnent aux spéculations sur les prix. Une chose affirmée par les vendeurs détaillants des boissons de la Brarudi. « L’Amstel qui coûtait 2.000 ou 2.200 s’achète aujourd’hui à 2.500 et la Primus qui était à 1.600 est à 1.700 voire 1.800 francs », fait savoir Elvis Niyonkuru, vendeur détaillant des boissons Brarudi dans le quartier Uwinterekwa.

Les propriétaires des dépôts et les cabaretiers demandent à l’entreprise Brarudi de sortir de son silence et informer le public sur le problème qu’elle rencontre. « Les délégués de la Brarudi de notre zone nous disent qu’il y a des boissons mais les dépôts sont vides », indique Donatien Bizimana.

Contacté, le chargé de la communication à la Brarudi n’a pas voulu s’exprimer.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 250 users online