Dimanche 21 juillet 2024

Politique

Ministère de l’Intérieur : « Il y a eu fouille perquisition au domicile du Général Bunyoni, mais on ne l’a pas trouvé »

19/04/2023 Commentaires fermés sur Ministère de l’Intérieur : « Il y a eu fouille perquisition au domicile du Général Bunyoni, mais on ne l’a pas trouvé »
Ministère de l’Intérieur : « Il y a eu fouille perquisition au domicile du Général Bunyoni, mais on ne l’a pas trouvé »
Martin Niteretse : « Le dossier du général de police Alain Guillaume Bunyoni est dans les mains du parquet général de la République »

« C’est vrai, on a conduit une fouille perquisition au domicile du Général de police Alain Guillaume Bunyoni. Le Parquet général de la République a voulu l’interroger, mais on ne l’a pas encore trouvé. J’ignore les mobiles derrière cette fouille. Le Parquet ne me donne pas directement de rapport. Nous attendons les résultats de l’enquête judiciaire », a fait savoir Martin Niteretse, ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, lors d’une conférence de presse animée ce 19 avril.

Concernant l’arrestation des deux autres officiers de police qui serait liée au dossier de l’ex Premier ministre, Martin Niteretse indique que l’ancien chef des renseignements extérieurs, Alfred Innocent Museremu, n’est pas sous les verrous : « Il a été tout simplement remplacé dans son poste. Que cela se passe au moment où on cherche ce général de police serait une simple coïncidence ».

Pourtant, il affirme que le parquet général de la République a interrogé Désiré Uwamahoro, commandant de la brigade anti-émeutes : « Le dossier est aux mains du Parquet général de la République. Je ne m’ingère pas dans les affaires judiciaires. Le parquet pourra peut-être communiquer au moment opportun ».

Le Général de police Alain Guillaume Bunyoni a été remplacé au poste de Premier ministre le 7 septembre dernier par le Lieutenant-général de police Gervais Ndirakobuca.

Il a été contraint de quitter son fauteuil quelques jours après que le président Evariste Ndayishimiye accusait un homme, sans le nommer, qui se croyait au-dessus de la loi, « intouchable » et promettait de le vaincre au cas où il tenterait un coup d’Etat.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 745 users online