EN

Économie

Marché de Kanyosha: Sa réouverture remise aux calendes grecques

15/11/2019 Felix Haburiyakira Commentaires fermés sur Marché de Kanyosha: Sa réouverture remise aux calendes grecques
Marché de Kanyosha: Sa réouverture remise aux calendes grecques
Bâtiments du marché de Kanyosha en cours de réhabilitation.

Les commerçants dénoncent le retard mis dans sa réhabilitation. Ils déplorent les conditions dans lesquelles ils travaillent. Le commissaire de ce marché, quant à lui, rassure.

«En cette période pluvieuse, nous éprouvons des difficultés. Nous pataugeons dans la boue. Nos marchandises sont constamment mouillées » se lamentent les commerçants opérant aux alentours du marché de Kanyosha, en cours de réhabilitation. Ces commerçants s’agglutinent. Leurs marchandises sont étalées par terre,  entassées pêle-mêle.  D’autres étalent leurs marchandises dans de petits kiosques en bois.  Quand il pleut, ils protègent leurs produits avec des parapluies et de petites tentes. Ils ne cachent pas leur  colère.

«Nous étalons nos marchandises  dans la boue. Nous sommes obligés de déménager quand il pleut », se lamente  Immaculée, commerçante de la farine de manioc.  Commerçants et acheteurs  des produits vivriers ne cachent pas leur ras-le-bol.

« Je viens de passer  trois jours sans vendre mes pommes de terre. Elles commencent à pourrir », se désole B.N. Elle déplore le manque à gagner qu’elle enregistre. Elle demande à la mairie de parachever les travaux pour qu’elle puisse quitter l’endroit qui est très  boueux.

« Les produits vivriers sont étalés, tantôt dans la boue, tantôt dans la poussière. Nous risquons d’acheter des produits contaminés et d’attraper des maladies des mains sales », fait observer Nahimana Yolande, une acheteuse rencontrée dans ce marché.

David, commerçant des souliers dénonce le retard mis dans la réouverture du marché. « Nous travaillons à perte. Nous sommes obligés de fermer quand il pleut. Les eaux envahissent nos kiosques. Certains sont inaccessibles. «Les clients désertent nos endroits et s’approvisionnent ailleurs ».

Minani Gaddy, représentant des commerçants de Kanyosha, reconnaît que les commerçants travaillent dans de mauvaises conditions. « Quand il pleut, certains n’ont pas où s’abriter et où cacher leurs produits ». Il dénonce le retard mis dans la réhabilitation de ce marché. « Les travaux avancent à pas de tortue. Les commerçants s’impatientent. Quatre ans dans la boue et la poussière, c’est trop ».

Il interpelle l’entreprise Alubuco, qui a gagné le marché, de continuer les travaux. Il demande que la mairie autorise ceux qui sont en ordre de réintégrer le marché.

Le commissaire se veut optimiste

David Ndayisenga, commissaire du marché de Kanyosha, reconnaît que les lamentations des commerçants sont fondées. Il fait savoir que le retard enregistré dans la réhabilitation de ce marché est dû au manque d’argent. A cause de la pauvreté,  explique-t-il, certains commerçants n’ont pas pu s’acquitter de la somme exigée. C’est pourquoi, l’entreprise qui a gagné le marché a suspendu ses travaux.

Il interpelle les commerçants à s’acquitter de la somme qui a été fixée dans les meilleurs délais. Et de mettre en garde ceux qui traînent les pieds. « Des mesures coercitives vont être prises ».

Néanmoins, il rassure que l’entreprise Alubuco va reprendre les activités. Et de préciser : « Les commerçants qui sont en ordre pourront réintégrer le marché.»

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un recensement polémique

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un recensement polémique

Il est sous les feux de critiques, accusé de tout et de son contraire. Le recensement des fonctionnaires en cours est attaqué sur le fond et la forme. Ces derniers estiment que les questions sont trop nombreuses et manquent d’objectivité. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 380 users online