Samedi 29 janvier 2022

Environnement

L’avenue Gasekebuye : une réhabilitation, mais pas une solution

12/01/2022 0
L’avenue Gasekebuye : une réhabilitation, mais pas une solution
Une partie du caniveau sur l’avenue Gasekebuye en pleine réhabilitation

Les travaux de réhabilitation d’une partie d’un caniveau qui menaçait l’avenue Gasekebuye et les habitats environnants battent leur plein. Les habitants de Gasekebuye en commune Muha demandent l’extension de ces travaux sur tout le tronçon.

Suite à la force des eaux de ruissellement et celles provenant des ménages, les parois du caniveau situé le long de l’avenue Gasekebuye n’ont pas cessé de s’affaisser depuis ces derniers jours, menaçant ainsi cette même avenue et les maisons environnantes.

Alors que la population s’attendait à une réhabilitation complète de tout le caniveau, ils se disent étonnés après avoir appris que les travaux vont se limiter à la protection de la RN7 et les berges de la rivière Mpimba.
« Cette maison risque de s’effondrer suite à l’écroulement des berges de ce caniveau. Avec le début des activités, je pensais qu’ils allaient effectuer des travaux de canalisation sur tout le caniveau. A la grande surprise, on nous a dit qu’ils veulent seulement protéger la route nationale et le pont », regrette un habitant de Gasekebuye montrant une crevasse, elle menace d’emporter la fondation de sa maison.

Pour un autre habitant de la même localité, le caniveau continuera de menacer l’avenue Gasekebuye et les maisons environnantes si rien n’est fait pour le réhabiliter depuis sa source.
« L’OBUHA est loin de trouver une solution. Avec la force des eaux de pluie, même la partie réhabilitée risque d’être détruite d’ici peu. Il fallait travailler sur tout le tronçon », suggère-t-il.

Néanmoins, les habitants environnant la partie en cours de réhabilitation et les usagers de l’avenue Gasekebuye se frottent les mains. « Ma maison était sur le point de s’écrouler avec les berges instables de ce caniveau, mais avec cette réhabilitation, on est en toute sécurité », jubile un locataire d’une maison bâtie tout près de ce caniveau.
Un conducteur de taxi salue aussi le projet de réhabilitation de ce caniveau. Pour lui, cela va protéger cet axe et ses usagers.

Ce projet de réhabilitation et de protection des berges de la rivière Mpimba est exécuté par l’office burundais de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction (OBUHA).
Selon un coordinateur des travaux rencontré sur les lieux, ces travaux prendront trois mois avec un budget de plus de 800 millions BIF.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Recrutement. Une épine dans le pied des entreprises publiques

Les défis soulevés par les directeurs généraux de la Régie nationale des postes (RNP) et de l’Office national des télécommunications (ONATEL) lors de la visite de la ministre en charge de la Communication sont énormes. D’aucuns se demandent si ces (…)

Online Users

Total 4 143 users online