Dimanche 20 juin 2021

Editorial

La fête et la Covid-19

07/05/2021 Commentaires fermés sur La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de Peter J. McGuire, l’Américain initiateur du « Labor Day. »

Par Léandre Sikuyavuga

De grands rassemblements populaires, des défilés ponctués des slogans à l’honneur des réalisations de chaque secteur de travail ont été organisés dans tout le pays.

A la fin des cérémonies officielles, c’est une tradition, les travailleurs se sont retrouvés dans des restaurants, des bars, des salles de fête pour clôture dans la joie (arrosée) ce jour.

C’est la première fois que la journée internationale du travail est célébrée dans notre pays après que le gouvernement a reconnu officiellement l’existence de la Covid-19 au pays.

Pour rappel, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». Des campagnes de dépistage systématique a été lancées dans l’optique d’« atteindre zéro contamination au coronavirus.»

On s’attendait à ce que la célébration de la fête du Travail tienne compte du danger de la pandémie qui rôde autour de nous. Et pourtant, les images et témoignages recueillis par les journalistes d’Iwacu et nos correspondants dans les provinces attestent que les gestes barrières n’ont pas été respectés avec rigueur.

Dans leurs discours, les syndicalistes ont insisté sur des conditions de travail sécuritaires, un salaire décent, des avantages sociaux, un régime de retraite et des services publics de qualité pour tous. Ce qui est une bonne chose.

Toutefois, on aurait dû entendre au cœur de leurs propos les inquiétudes concernant l’impact de la pandémie sur le monde du travail. Notamment la perte de l’emploi, le risque de contamination au travail, la hausse du chômage, etc.

La crise sanitaire liée au coronavirus est une réalité au Burundi et semble progresser dans les provinces. Le rapport de situation sur la réponse à la pandémie due au coronavirus, rédigé et publié le 1er mai en dit long : « Au total, le Burundi a rapporté 4 038 cas positifs sur 279 132 personnes testées dont 3379 cas de transmission locale (83,68%) et 659 cas importés (16,32%).» La pandémie a déjà endeuillé plusieurs familles au Burundi avec des effets pervers sur l’économie du pays.

Certes, le gouvernement a pris des mesures en vue de lutter contre sa propagation. Mais les mesures prises par les pouvoirs publics pour contenir le coronavirus ne dégagent pas les particuliers de leur responsabilité.

Mon souhait est que dans l’avenir la population soit plus vigilante et rigoureuse lors des fêtes et autres rassemblements.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 1 144 users online