Dimanche 26 juin 2022

Santé

Kayanza : L’administration alerte sur des épizooties attrapant les bovins

19/05/2022 1
Kayanza : L’administration alerte sur des épizooties attrapant les bovins
Le gouverneur de Kayanza Rémy Cishahayo a suspendu l’abattage des bovins suite aux maladies non-encore identifiées

Dans une lettre de ce 16 mai, le gouverneur de la province Kayanza Rémy Cishahayo a alerté les administrateurs communaux sur des maladies non encore identifiées qui attrapent les bovins.
Il confie qu’en date du 13 mai, 8 bovins ont attrapé la fièvre aphteuse avec comme symptômes la température élevée allant jusqu’à 41°C, des aphtes au niveau du sabot et de la bouche, de la perte d’appétit, de la boiterie ainsi que l’écoulement de salive.

Selon lui, des cas de bovins souffrant de cette maladie non encore identifiée ayant comme symptômes l’écoulement nasal du sang, une respiration difficile, la faiblesse, des températures élevées et une urine rougeâtre ont été aussi enregistrés dans certaines communes de la province Kayanza. Et de faire savoir que le laboratoire national vétérinaire a déjà dépêché ses techniciens pour le prélèvement des échantillons.

Ainsi, le gouverneur de Kayanza annonce la suspension temporaire du mouvement et de l’abattage des bovins : « Comme ces maladies sont très contagieuses, la suspension du mouvement du bétail va aider à diminuer et même à arrêter la propagation de ces maladies ».

En outre, Rémy Cishahayo interdit le commerce des bovins sur toutes les collines de la province de Kayanza. Et d’appeler les administratifs à sensibiliser tous les éleveurs à informer les services vétérinaires chaque fois qu’il y a des cas nouveaux manifestant les symptômes de ces maladies.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Iyo ni Suna ou fièvre aphteuse bovine.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un projet de loi. Des questions sans réponses

Des arguments ont été avancés pour motiver un tel projet de loi portant sur la nouvelle délimitation. Entre autres la mise en œuvre de la politique nationale de décentralisation, l’harmonisation avec les organisations administratives des pays de la sous-région, une (…)

Online Users

Total 1 972 users online