Santé

Journée mondiale des lépreux : la dignité avant tout !

04/03/2016 Clarisse Shaka 0
 Un lépreux à  un stade avancé de la maladie.
Un lépreux à un stade avancé de la maladie.

Environ 3000 Burundais souffrent de la lèpre. C’est à l’occasion de la journée mondiale des lépreux, célébrée au Burundi, ce vendredi 4 mars, que le Programme National Intégré Lèpre et Tuberculose (PNILT) a dressé l’état des lieux de la lèpre au Burundi. Normalement, elle est célébrée le dernier dimanche de janvier.

Le Directeur du PNILT, Dr Thaddée Ndikumana, estime nécessaire d’encourager les lépreux à ne pas se sentir marginalisés. Sous le thème « Aidons les lépreux à retrouver leur dignité », cette journée verra sa célébration à Cibitoke, l’une des provinces les plus touchées par la lèpre. Au menu : visite des coins les plus touchés, distributions des kits alimentaires, inauguration d’une maison construite au profit d’une lépreuse, etc. Ces activités sont subventionnées par l’ONG « Action Damien » śuvrant dans la lutte contre la lèpre.

« La lèpre est une maladie non congénitale, mais contagieuse », affirme le Directeur du PNILT. La pauvreté et le fait d’habiter dans des zones très chaudes favorisent l’apparition de cette maladie. La lèpre peut être complètement guéri si le malade est diagnostiqué à temps et bien traité, selon Dr Ndikumana. Son aggravation entraîne irréparablement l’entaille des doigts et des orteils, l’aveuglement, etc. La meilleure prévention : le diagnostic précoce.

Dans la lutte contre la lèpre, le PNILT propose comme pistes, entre autres choses, la promotion des associations des malades, la construction d’un centre hospitalier des lépreux et la réinsertion socio-économique des anciens lépreux.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 449 users online