Samedi 29 janvier 2022

Politique

Jérémie Ngendakumana : « Je rentre »

28/08/2021 9
Jérémie Ngendakumana : « Je rentre »

A la veille de son retour au Burundi après six ans d’exil, Jérémie Ngendakumana s’est confié à Iwacu. Il ne demande rien, mais il sera disponible. « Si besoin il y a », dit-il.

L’ancien président du CNDD-FDD arrive à l’heure dans le café bruxellois où il m’a donné rendez-vous. De prime abord, il semble rigide, mais ce n’est qu’une impression. Jérémie Ngendakumana se détend très vite. Un petit verre de vin rouge. Puis, il répond avec sérénité. Il dit qu’il a mûri sa décision. « Après six ans d’exil, j’estime qu’il est temps de rentrer, de me mettre à la disposition de mon pays et donner ma contribution, si minime soit-elle à l’édification de ma patrie. » L’homme pèse chaque mot. Est-ce un opposant qui rentre? Un membre du parti? Comment se situe-t-il aujourd’hui sur l’échiquier politique? La réponse fuse tout de suite. « C’est un citoyen qui rentre. Depuis qu’on m’a exclu du parti CNDD-FDD le 10 avril 2015, je ne suis membre d’aucun parti politique. Sur le plan politique, j’estime qu’il y a moyen d’être utile à la nation sans pour autant être nécessairement membre d’un parti politique. » Néanmoins, on sent comme une pointe de regret quand on lui demande ce qu’il ressent vis-à-vis de son ancien parti aujourd’hui. «  J’ai vu le CNDD-FDD naître comme mouvement, je l’ai vu grandir jusqu’à devenir un parti politique que j’ai même dirigé. Il s’est donc créé des liens très solides avec ce parti pour lequel j’ai consenti beaucoup de sacrifices. »

Il confie que dans for intérieur, il épouse et soutient toujours les idéaux et les principes du CNDD-FDD. Mais il ne veut pas en dire plus. On sent une certaine réserve, surtout quand on lui demande ce qu’il va faire « concrètement » au Burundi. Il confie qu’il se mettra à la disposition de la république, cette dernière pourra bénéficier de son expérience politique et professionnelle. « Si besoin il y a », nuance-t-il.

Quid de sa sécurité ? Les raisons de son départ en exil ne sont donc plus de mise? La réponse est plutôt philosophique. « Le concept de sécurité est une notion quelque peu relative. Chacun l’apprécie à sa façon. Je rentre avec Pamphile Muderega. Au moment où nous rentrons, je n’ai pas de doute qu’il y en a qui voudrait quitter le pays. Pour moi l’essentiel est que je me sens serein et en ordre avec ma conscience. » Pour son retour, Jérémie Ngendakumana explique qu’il a été simplement à l’ambassade du Burundi à Bruxelles pour demander un laissez-passer tenant lieu de passeport. « Les autorités savent donc que je vais rentrer et elles ont de manière tacite marqué leur accord. »

Concernant les autres personnalités politiques qui sont toujours en exil, l’ancien patron du CNDD-FDD estime que la décision de rentrer «  est toujours une décision personnelle et ne requiert l’avis de personne d’autre. » Néanmoins, il pense que l’accueil qui leur sera réservé «  pourrait être une inspiration positive ou négative pour les autres. »

Jérémie Ngendakumana regarde sa montre, il a encore quelques courses à faire avant de s’envoler ce dimanche. De l’exil il dit qu’il a beaucoup appris : «  L’exil vous éloigne de votre pays, de vos parents, de vos amis et de vos connaissances. On se sent toujours étranger dans le pays d’accueil et cela crée un sentiment d’angoisse que je ne souhaite à personne. » Mais cette expérience n’a pas été totalement négative.

« Je ne connaissais l’Europe que de passage. J’ai découvert certaines réalités de l’Europe, j’ai observé avec attention comment dans ces pays les citoyens sont organisés, l’administration, le système de sécurité sociale, le système politique, notamment ce dialogue permanent entre des courants politiques antagonistes en Belgique. Tout cela est très instructif. »

L’heure file, il attrape sa veste. Dimanche soir, il sera au Burundi. « On n’est nulle part mieux que chez soi », me lance-t-il avant d’aller attraper le prochain train pour Liège.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Charles Hakizimana

    None yaraje, ko atavuga?

  2. Lolo

    J’attends la rentrée de Hussein Radjabu. Il ne parle plus même aux médias!!!!!!

  3. Jereve

    Le nouveau discours confirme que ce qui handicape la bonne marche du Burundi se trouve à l’intérieur même du pays et non à l’extérieur comme on a voulu nous le faire croire. Ce ne sont plus Jérémie et consorts qui font « pleurer » le chef de l’Etat.

  4. Gihugu

    Bonne chance plutôt.

  5. Mambo

    Problème yari 3ème mandat ubu yaraheze on peut rentrer .na bimwe vya CNARED twarabivuyemwo

  6. Benit

    Je pense que c’est très important que les hommes intelligents comme Jérémie Ngendakumana rentrent pour contribuer a l’édification de notre pays, personnellement j’encouragerai d’ autres cerveaux comme lui de rentrer, home is always nice.

    • H

      Malheureusement ce monsieur ne pourra rien faire
      La gangrène Cndd fdd dévore le pays
      Seul un Putsch comme en Guinée pourrait changer le pays

  7. Jambo

    Nous vous souhaitons un paisible retour

    • Yan

      Bienvenue Jérémie!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Recrutement. Une épine dans le pied des entreprises publiques

Les défis soulevés par les directeurs généraux de la Régie nationale des postes (RNP) et de l’Office national des télécommunications (ONATEL) lors de la visite de la ministre en charge de la Communication sont énormes. D’aucuns se demandent si ces (…)

Online Users

Total 4 124 users online