Samedi 27 février 2021

Archives

HCR-Burundi dément son implication dans le transport d’armes

Abel Mbilinyi : « Le HCR est engagé à coopérer avec le Gouvernement du Burundi dans la résolution de cette affaire à travers les procédures légales »
Abel Mbilinyi : « Le HCR est engagé à coopérer avec le Gouvernement du Burundi dans la résolution de cette affaire à travers les procédures légales »

Abel Mbilinyi, le représentant du HCR au Burundi a démenti, ce samedi 19 décembre 2015 à Bujumbura, les allégations que cette organisation onusienne en charge des réfugiés appuie logistiquement dans le transport d’armes.

Le tanzanien revient d’abord sur une information largement diffusée dans les médias le 9 décembre et relayée plus tard par le gouvernement et le parti au pouvoir. Elle faisait état d’un chauffeur employé par le bureau de terrain du HCR à Ruyigi du nom d’Alain Kayitare que la police venait d’arrêter à Kajaga. Dans le véhicule qu’il conduisait, lequel portait une plaque d’immatriculation du HCR, la police venait de trouver un arsenal d’armes.

Le Représentant du HCR au Burundi fait une mise au point : « les plaques d’immatriculation avaient été données pour un véhicule pickup utilisé par le HCR jusqu’en 2011 quand il a été vendu à une personne tierce et ces plaques avaient été retournées aux autorités ». Une autre précision : le véhicule a été plus tard exporté. Il souligne que la comparaison des documents originaux que le HCR avait obtenus avec les documents saisis par la police au chauffeur montre que, même si le numéro de la plaque d’immatriculation paraît identique, tous les autres détails n’avaient aucun rapport avec le véhicule vendu en 2011. « Les documents que le chauffeur a montrés à la police avaient été obtenus frauduleusement ou avaient été fabriqués », avance le fonctionnaire onusien.

Il est catégorique sur un autre point : « Le véhicule utilisé n’appartenait pas et n’a jamais appartenu au HCR ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Ndizeye Claudia

    Au moins ça sinon ça serait grave; retenons que le chauffeur avait de faux documents. Et que fait le HCR au camp de Mahama au R wanda où les réfugié font des entraînements militaires ; il faut au moins dénoncer.

    • Harimenshi Denis

      Justement, il faut dénoncer tous ceus qui s’inscrivent en faut contre la paix et la stabilité du pays

  2. P. N.

    Ah oui, le montage du pouvoir est de plus e plus connu par le monde entier: memes ses derniers amis commencent a s’en rendre compte! Un ami au DD?
    Pourquoi choisir de salir un partenaire important comme le HCR? Sous d’autre cieux, quelqu’un devrait etre puni. Honte a la police, qui parle d’armes saisis alors que tout est montage???

  3. OYA

    Et l’employé…n’était-il pas votre ? Vous me répondrez qu’il portait une autre carte d’identité !!!!

    • nunu n

      Combiens de personnes utilisent les biens de l’ Etat ou des Organismes a leurs besognes personnelles. Vous n’avez jamais vu des fonctionnaires (Burundais)qui s’approprient les vehicules de l’Etat comme s’ils etaient les leurs. Regardez autour de vous; dans notre pays.

    • Stan Siyomana

      @Oya
      Meme si le chauffeur est leur employe, il pourrait faire des gaffes, sans que l’employeur en soit au courant.
      Seule l’enquete peut determiner si reellement il agissait sous l’ordre de son employeur.

    • Jmm Man

      Oya, tu fais pitie!

      • muzohinyuka

        quelle genre d’enquete tu parles!!! au burundi, dans le pays ou tout vas bien!!!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 074 users online