Environnement

Gatunguru : les constructions au ralenti faute de matériaux

22/09/2020 Emery Kwizera Commentaires fermés sur Gatunguru : les constructions au ralenti faute de matériaux
Gatunguru : les constructions au ralenti faute de matériaux
Une maison en construction sur la colline Gatunguru-Karama

Les travaux de construction n’avancent pas comme prévu sur les chantiers de Gatunguru, commune Mutimbuzi de la province Bujumbura. Et cela après une mesure qui interdit l’extraction des matériaux de construction dans les rivières.

« Nos patrons ne peuvent plus s’approvisionner en matériaux suite à la mesure qui interdit l’extraction de moellons, du gravier et du sable dans les rivières qui traversent la Mairie de Bujumbura » indique un des maçons œuvrant sur un chantier de la colline Gatunguru-Karama. Seuls deux maçons assurent un service minimum en attendant que leur patron puisse s’approvisionner en matériaux. « Actuellement, 10 mâcons sont au chômage », regrette son confrère. Ils confient que la maison devrait être remise dans 2 mois mais qu’il y a peu de chance que ce délai soit respecté.

Sur un chantier d’à côté, seuls les travaux qui ne nécessitent pas les matériaux extraits des rivières sont en cours notamment le creusement des trous pour les demi-colonnes. Un maçon et un aide-maçon sont à l’œuvre. Ils font remarquer qu’ils seraient au moins 10 si les matériaux de construction étaient disponibles.

Crainte de chômage

Même constat à un étage à un niveau en cours de construction un peu loin sur la même colline. Une dizaine d’ouvriers s’activent au lieu de 100 selon Jean Marie Harerimana, responsable du chantier. Et de s’inquiéter « La remise qui était prévu dans deux ans risque d’être faite dans trois ans si la situation perdure. »

Les ouvriers font savoir que nombre de leurs confrères sont maintenant au chômage. « Après avoir épuisé nos stocks, nous irons également au chômage. Nous demandons au gouvernement de réfléchir à notre situation.»

La décision de suspendre les activités d’extraction du gravier, du moellon, et du sable dans différentes rivières de la Mairie de Bujumbura a été prise le jeudi 3 septembre par l’Office burundais de l’habitat (Obuha). Selon cette institution, ces activités sont à l’origine des inondations qui font des dégâts pendant la saison des pluies.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

L’arrestation puis l’emprisonnement de Fabien Banciryanino, un député indépendant sous la dernière législature, a créé un certain émoi et a« fait le buzz » surtout sur les réseaux sociaux. Officiellement, c’est pour « rébellion, dénonciations calomnieuses et atteinte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 308 users online