Mardi 31 janvier 2023

Économie

Entretien avec Dr Gilbert Niyongabo : « La situation risque de se corser »

19/01/2023 5
Entretien avec Dr Gilbert Niyongabo : « La situation risque de se corser »

Après la publication du rapport annuel de la BRB sur l’inflation, nombre de Burundais se demandent ce que leur réserve 2023. L’inflation risque de perdurer tant que la question liée au manque de devises n’est pas maîtrisée, prévient Gilbert Niyongabo, expert en macro-économie.

Selon le dernier rapport de la BRB, sur la période de novembre 2021-novembre 2022, l’inflation a atteint 26,8%. Avec 2023, peut-on craindre le pire ?

C’est effectivement un scenario à redouter. L’inflation est de deux types (une inflation alimentaire et celle non-alimentaire). Par exemple, pour l’inflation de type alimentaire, en tenant compte de ce que j’appelle « la saisonnalité », il est à remarquer que même les produits cultivés localement comme le haricot, la banane… à cheval entre la saison A et C, leurs prix risquent de continuer à flamber, suite aux conditions climatiques peu favorables.

Pour le cas de l’inflation de type non-alimentaire, elle concerne les produits importés, comme les céréales. Pour cette catégorie, l’inflation est due aux chocs externes, dont les causes peuvent être cette guerre russo-ukrainienne, la pénurie du carburant, la pénurie des devises, etc. Un tas de facteurs, une fois combinés, sont la plupart des fois à l’origine de l’augmentation du prix dudit produit.

Cependant, subventionner les prix à l’achat reste une des solutions pour réduire l’inflation…

La population peut penser que le gouvernement semble insensible à la question. Mais il suffirait de voir la structure actuelle des prix, l’Office Burundais des Recettes (OBR) a laissé une certaine marge dans la taxation de certains produits.

Cependant, comme le coût du carburant est élevé dans les pays de la sous-région où la plupart des commerçants s’approvisionnent, cela se répercute impérativement sur le coût de vente, car les coûts de transports sont élevés. Toutefois, le problème est que contrairement aux autres pays de la sous-région qui font face à l’inflation, le Burundi manque cruellement de devises. Si ce problème n’est pas vite résorbé, il continuera à faire tache d’huile parce qu’il affecte tous les secteurs d’activité de l’économie nationale : la pénurie du carburant, les importations de tous les produits, etc

Depuis août 2021, le gouvernement via la Regideso a repris en main l’importation des produits pétroliers. Une bonne chose ?

Le problème n’est pas qu’elle ait repris en main le secteur, mais la disponibilité des devises. Sachant que nous avons besoin d’1 milliard de BIF pour l’importation du carburant, et qu’en principe l’on doit avoir l’équivalent d’un tiers de ce budget (300 millions de BIF) en dollars pour éviter les ruptures de stock. C’est-à-dire le montant nécessaire des réserves de devises pour importer pendant 3 mois sans qu’il y ait rupture d’approvisionnement. Un défi de taille, car, selon certaines indiscrétions, il arriverait que les réserves en devises pour l’importation de produits pétroliers ne couvrent même pas deux semaines.

Or, en principe, elles doivent couvrir 3 mois. Sachant que le Burundi a besoin de 25 millions de litres par mois, les 10 millions de litres que l’on importe représentent une infime quantité par rapport à la demande. D’où des pénuries répétitives.

Propos recueillis par Hervé Mugisha

BRB

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« le Burundi manque cruellement de devises. Si ce problème n’est pas vite résorbé, il continuera à faire tache d’huile parce qu’il affecte tous les secteurs d’activité de l’économie nationale… »
    2. Mon commentaire
    Mugihe umuntu adasiguye neza nk’imigambi y’akataraboneka y’uburimyi iriko irakorerwa muntara ya Kirundo, simbona ingene yokwizera ko Kirundo igiye gusubira kuba ikigega c’igihugu.
    Mugihe n’abakozi b’Imana batariko baravuga ko abarundi berekeye mugihugu cabo c’isezerano/TERRE PROMISE, simbona igituma aho indongozi z’igihugu zakoranira mumasengesho y’indwi yose mu Kirundo mumpera z’ukwezi kwa Kigarama 2022,zagiye kwizeza abanyagihugu ko bagiye kujanwa muri TERRE PROMISE.
    Jewe ahubwo mbona ingorane z’umunyagihugu nyarucari ziguma ziyongera.

  2. Kibinakanwa

    Je reve
    Il n y a presque pas de touristes au Burundi.
    La corruption et ses corrolaires, comme les routes ne le permettent pas.
    Vous parlez de l’or?. Ça VA dans les poches des Bihangange.
    Le café est à l’abandon

  3. Novat Nintunze

    “..en principe l’on doit avoir l’équivalent d’un tiers de ce budget (300 millions de BIF) en dollars pour éviter les ruptures de stock.”. C’est environ $100.000. Ce chiffre me semble très bas. Est-ce que l’expert ne se trompe pas?

  4. Jereve

    On comprend que le gros souci qui entraîne des réactions en chaîne conduisant droit à l’inflation, c’est la pénurie des devises. Mais voyons : nous exportons de l’or, des terres rares, du thé, du café, de la bière, des fruits… Ajouter à cela des devises que nous apportent les touristes et aussi que nous envoient les burundais résidant ou travaillant à l’étranger (compter au moins un demi-million de personnes). Est-ce que tout cela n’amène pas assez de devises pour au moins assurer l’approvisionnement suffisant en carburant et autres produits de nécessité que nous ne produisons pas? Je suis tenté de penser que oui il y a assez de devises, mais qu’il y a des fuites quelque part: je suspecte qu’il y a des valises pleines à craquer de devises qui partent pour approvisionner les comptes bancaires à l’étranger et dans des paradis fiscaux. Ou alors il y a des tas de devises qui sont planqués sous les matelas et dorment sans rien produire. Ce ne sont que des suspicions, mais ma foi il faut chercher à comprendre pourquoi les devises ne nous aiment pas.

    • Ndayegamiye Joseph

      Oui le chef d’Etat-Major Niyongabo Prime a été attrapé en train de transporter des devises en USD d’un montant de 200.000 USD Cash. Personne ne lui a demandé pourquoi il prenait ces devises en dehors du pays. Ou a t-il trouvé cet argent? On sait son salaire mensuel.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Une lueur d’espoir est permise

  Sachant que la résorption de l’inflation passe par la stabilisation du taux de change, l’enjeu majeur pour y arriver concerne la réduction de l’écart du taux de change des devises sur les marchés officiel et parallèle. Si l’on en croit une source proche du dossier, ce problème sera résolu sous peu. Elle indique qu’une mission d’experts du Fonds Monétaire International (FMI) est attendue à Bujumbura dans une semaine. Objectif du voyage : établir les conditions de décaissement des fonds pour la stabilisation du taux de réserve de change. Bien qu’officiellement, rien n’ait encore filtré, notre source évoque déjà une feuille de route en cours de finalisation : « Les négociations devraient durer deux semaines. La partie gouvernementale sera représentée par une commission Ad hoc constituée d’experts du ministère des Finances et de la BRB.» Outre la question de savoir à quelle hauteur s’élèvera le montant de ce prêt, notre source explique que l’essentiel des discussions se portera sur les critères d’évaluation : « Une des conséquences à l’endettement très élevé du Burundi.» Ainsi en fonction du prêt qui sera accordé, les économistes espèrent une atténuation des effets liés à cette inflation. « Une fois le décaissement fait pour arriver à stabiliser le taux de réserve de change de devises, ce sont les banques commerciales et les bureaux de change qui seront les premières à en bénéficier. L’objectif est d’arriver à la crédibilisation du marché primaire, c’est-à-dire feu de tout bois pour que les devises soient disponibles et accessibles pour tout le monde». Et in fine aboutir à un écart raisonnable entre le marché officiel et le marché parallèle, conclut-elle.
BRB

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« le Burundi manque cruellement de devises. Si ce problème n’est pas vite résorbé, il continuera à faire tache d’huile parce qu’il affecte tous les secteurs d’activité de l’économie nationale… »
    2. Mon commentaire
    Mugihe umuntu adasiguye neza nk’imigambi y’akataraboneka y’uburimyi iriko irakorerwa muntara ya Kirundo, simbona ingene yokwizera ko Kirundo igiye gusubira kuba ikigega c’igihugu.
    Mugihe n’abakozi b’Imana batariko baravuga ko abarundi berekeye mugihugu cabo c’isezerano/TERRE PROMISE, simbona igituma aho indongozi z’igihugu zakoranira mumasengesho y’indwi yose mu Kirundo mumpera z’ukwezi kwa Kigarama 2022,zagiye kwizeza abanyagihugu ko bagiye kujanwa muri TERRE PROMISE.
    Jewe ahubwo mbona ingorane z’umunyagihugu nyarucari ziguma ziyongera.

  2. Kibinakanwa

    Je reve
    Il n y a presque pas de touristes au Burundi.
    La corruption et ses corrolaires, comme les routes ne le permettent pas.
    Vous parlez de l’or?. Ça VA dans les poches des Bihangange.
    Le café est à l’abandon

  3. Novat Nintunze

    “..en principe l’on doit avoir l’équivalent d’un tiers de ce budget (300 millions de BIF) en dollars pour éviter les ruptures de stock.”. C’est environ $100.000. Ce chiffre me semble très bas. Est-ce que l’expert ne se trompe pas?

  4. Jereve

    On comprend que le gros souci qui entraîne des réactions en chaîne conduisant droit à l’inflation, c’est la pénurie des devises. Mais voyons : nous exportons de l’or, des terres rares, du thé, du café, de la bière, des fruits… Ajouter à cela des devises que nous apportent les touristes et aussi que nous envoient les burundais résidant ou travaillant à l’étranger (compter au moins un demi-million de personnes). Est-ce que tout cela n’amène pas assez de devises pour au moins assurer l’approvisionnement suffisant en carburant et autres produits de nécessité que nous ne produisons pas? Je suis tenté de penser que oui il y a assez de devises, mais qu’il y a des fuites quelque part: je suspecte qu’il y a des valises pleines à craquer de devises qui partent pour approvisionner les comptes bancaires à l’étranger et dans des paradis fiscaux. Ou alors il y a des tas de devises qui sont planqués sous les matelas et dorment sans rien produire. Ce ne sont que des suspicions, mais ma foi il faut chercher à comprendre pourquoi les devises ne nous aiment pas.

    • Ndayegamiye Joseph

      Oui le chef d’Etat-Major Niyongabo Prime a été attrapé en train de transporter des devises en USD d’un montant de 200.000 USD Cash. Personne ne lui a demandé pourquoi il prenait ces devises en dehors du pays. Ou a t-il trouvé cet argent? On sait son salaire mensuel.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 1 357 users online