Mardi 13 avril 2021

Société

Ecole Etoile de Maramvya : le torchon brûle entre la direction et certains parents d’élèves

30/11/2020 Commentaires fermés sur Ecole Etoile de Maramvya : le torchon brûle entre la direction et certains parents d’élèves
Ecole Etoile de Maramvya : le torchon brûle  entre la direction et certains parents d’élèves
L’Ecole Etoile de Maramvya

La hausse du minerval initiée par la direction de l’école est le nœud du problème. Plusieurs parents s’étaient mobilisés pour aller réclamer un dialogue à la direction de cette école de Maramvya en commune Mutimbuzi de la province de Bujumbura avant d’être dispersés par la police ce 27 novembre 2020.

« Nous avons demandé que les parents d’élèves puissent quand même rencontrer la direction ou le représentant légale mais ils ont refusé. C’était les policiers qui étaient là pour nous tabasser », a regretté Jean Marie Nibayubahe secrétaire du comité des parents à l’Ecole Etoile de Maramvya.

François Ndikuriyo, un des parents d’élèves affirme s’être rendu à cette école pour réclamer la mise en application d’une correspondance du ministre de l’Education nationale et de la Recherche scientifique en réponse à la saisine du comité des parents.

« Elle avait pour objet de revoir la catégorie A dans laquelle l’école est classée et suspendre la décision unilatérale de revoir à la hausse le minerval », a-t-il indiqué.

D’après les parents interrogés, la correspondance du ministre leur donne raison sur la mesure de suspension de la hausse du minerval. Selon le comité des parents avant cette ’’hausse unilatérale’’, elle était à 90 mille francs burundais.

Maintenant la direction exige une somme de 110 mille francs burundais. « Les enfants qui ont payé à hauteur de 90 mille ont été renvoyés de l’Ecole en violation de la correspondance du ministre de l’Education » chargent les parents.

La direction se défend

Jean Marie Nibayubahe : «Nous avons demandé que les parents d’élèves puissent rencontrer la direction ou le représentant légale mais ils ont refusé»

« Le problème est lié à un groupe de parents qui n’a pas voulu payer la totalité du minerval fixé par l’école au cours de l’année scolaire 2020-2021 disant qu’ils n’ont pas été informé sa hausse », a réagi Jean Marie Vianney Niyomwungere, Directeur de l’Ecole Etoile de Maramvya.

Or, se défend le directeur, l’information de la hausse du minerval a été donnée aux parents dans une Assemblée générale d’août 2019 et dans un message du représentant légale de l’Ecole 4 juillet 2020 le jour de la clôture des activités pédagogiques.

M. Niyomwungere reproche plutôt à un groupe de parents d’avoir un ’’intérêt inavoué de ternir l’image’’ de son école. Et d’avertir : « L’école ne peut pas accepter le comportement de ces parents qui ne veulent pas s’engager sur le payement du minerval pour que les activités pédagogiques aillent normalement».

Concernant la lettre du ministre adressée au président du comité des parents d’élève, le directeur reconnaît que le ministre a signalé qu’il doit y avoir un consensus dans la hausse du minerval.

Mais, s’est-il expliqué, le ministre dit aussi qu’il peut y avoir un cas exceptionnel. Et de hausser le ton : « Comment mettre en application une correspondance qui ne m’a pas été adressée ? Je suis le dernier en copie ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 404 users online