Économie

Des députés contre la modification du budget après l’adoption

15/05/2019 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur Des députés contre la modification du budget après l’adoption
Des députés contre la modification du budget après l’adoption
Elysé Ndaye : «Au vu de l’article 24 de la loi des finances publiques, la limite de modification est de 10%».

Certains élus du peuple se disent indignés que le gouvernement passe outre certaines dispositions de la loi régissant les finances publiques. «Le parlement n’est plus maître de la loi budgétaire», a déploré, ce mardi 14 mai, le député André Ndayizamba.

Il réagissait aux commentaires d’Elysée Ndaye, président de la Cour des comptes, sur le projet de loi portant fixation du budget général de l’Etat, exercice 2019-2020. Celui-ci doit être analysé et adopté avant le 29 mai.

D’après ce député, le gouvernement modifie le budget adopté par le parlement comme bon lui semble. La loi de finances a donné à l’exécutif la latitude de modification jusqu’à 100%. «Après adoption du budget par l’Assemblée nationale, l’Exécutif peut tout modifier», indique-t-il, regrettant que lors des débats au parlement, l’exécutif  s’était révélé incompétent à apporter des modifications à la loi budgétaire.

Ainsi, aux yeux du député Ndayizamba, l’analyse du projet de la loi des finances portant fixation du budget à l’Assemblée nationale est sans importance : «que sommes-nous en train de faire?»

Dans son argumentaire, le président de la Cour des comptes assure que la loi n’autorise pas la modification jusqu’à 100%. «Au vu de l’article 24 de la loi des finances publiques, la limite de modification est de 10%».

Toutefois, dit-il, même ces 10% n’ont pas été respectés selon nos analyses.  Et pour cause, Elysé Ndaye argue la politique d’austérité. «Que ces 10% soient dépassés, c’est compréhensible compte tenu de cette politique d’austérité».

Et Pascal Nyabenda, président de l’Assemblé nationale, de proposer qu’il y ait un atelier pour statuer sur ces irrégularités.  Ce dernier devrait réunir des députés, des représentants de la Cour des comptes et du ministère des Finances.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 174 users online