Jeudi 01 décembre 2022

Société

Démolition des Constructions anarchiques : deux poids, deux mesures à Bwiza

25/05/2021 Commentaires fermés sur Démolition des Constructions anarchiques : deux poids, deux mesures à Bwiza
Démolition des Constructions anarchiques : deux poids, deux mesures à Bwiza
Des maisons touchées par cette mesure

Certains habitants de la zone Bwiza s’indignent, ils parlent d’irrégularités dans la démolition des annexes et des clôtures de certaines parcelles, une mesure qui a été prise par l’administration. Ces derniers accusent certains agents d’avoir exécuté cet ordre avec partialité.

« Sur quoi se basent les agents de sécurité lors de la démolition des clôtures ou des annexes ? », se demandent la plupart des habitants touchés par cette mesure. Selon ces habitants, c’est étonnant de voir que certaines clôtures n’ont pas été visées, alors qu’elles sont aussi construites sans respect des normes de l’urbanisme.

Du 64ème ménage de la 4è avenue jusqu’au chef-lieu de la zone Bwiza, des décombres de clôtures jonchent cette avenue. Ils sont constitués soit de briques cuites ou de briques adobes cassées.
Selon un habitant de la 4è avenue interrogé, cette opération de démolition est sélective. « Je n’ai pas compris ce qui m’était arrivé », témoigne un sexagénaire approché.

Une dizaine d’agents de sécurité, indique-il, s’est livrée à démolir ma clôture. « Ils l’ont démolie seule à cet endroit », ajoute-t-il. Regarde ces ménages qui m’entourent, pointe-t-il le doigt, ils n’ont pas été touchés.
Certains habitants de cette zone souhaitent un traitement équitable des gens lors de la destruction des clôtures ’’construites anarchiquement’’ comme ne cessent de le dire les autorités dans cette zone.

«Que la démolition soit faite sans distinction aucune», demande un administratif à la base qui a requis l’anonymat. «Pour deux clôtures construites à la même distance de la route, il est incompréhensible de voire l’une démolie et l’autre laissée».

Ces habitants touchés par cette mesure demandent à la mairi

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 2 625 users online