Samedi 27 février 2021

Environnement

Démolition des constructions anarchiques : le ministère de l’Environnement en action à Gihosha

21/01/2014 Elyse Ngabire 11

Des constructions anarchiques érigées de part et d’autre des routes sont en train d’être démolies, comme annoncé par le ministre de l’Environnement. Ce lundi, c’était le tour de la commune Gihosha.

A l’avenue du Saint Esprit en face de l’Ecole Intercontinentale, une boutique installée hors norme a été démolie ©Iwacu
A l’avenue du Saint Esprit en face de l’Ecole Intercontinentale, une boutique installée hors norme a été démolie ©Iwacu

Lundi 20 janvier, vers 16h. En face de l’Ecole intercontinentale, située à l’avenue du Saint Esprit, à l’entrée de la commune Gihosha, la désolation était totale chez le propriétaire d’une boutique. Celui-ci assistait impuissamment à sa démolition lorsqu’il lui a été accordé la permission de la démonter lui-même.

Selon lui, l’ordre de s’exécuter est tombé vendredi 17 janvier des autorités communales. Il estime que trois jours ne suffisent pas pour déplacer des marchandises de plus de cinq millions et préparer leur nouvel emplacement. Pourtant, les autorités communales font savoir que tous les propriétaires des constructions anarchiques étaient, depuis longtemps, avertis.
« Du 03 au 10 janvier 2014, c’est une période de mise en demeure. Toute personne qui a fait une construction anarchique est priée de démolir à sa volonté », avait averti Jean Claude Nduwayo, ministre de l’Environnement, le 3 janvier, à l’occasion de la présentation du bilan annuel de son ministère.

Après cette échéance, le ministère de l’Environnement va passer à la destruction et les frais y relatifs seront payés par les propriétaires.
Pour le ministre Nduwayo, ce délai suffit car, en août 2013, le Deuxième vice-président de la République a fait le tour de la capitale avec des ministres. Ils ont relevé beaucoup d’irrégularités en ce qui concerne des constructions, l’exploitation des produits carriers, l’élevage. En novembre 2013, le ministre de l’Urbanisme, des Travaux publics, le maire de la ville, le commissaire municipal ont également fait un tour au niveau de la gare du nord. Ils ont fait le même constat. Des communiqués ont été diffusés, des lettres de mise en garde ont été adressées aux concernés.

Iwacu a pu constater que juste à côté, il y a des propriétaires qui s’étaient exécutés avant l’expiration de la date butoir du ministère de l’Environnement. Et à l’administration de la commune Gihosha de déclarer que ce n’est que le début de la mise en application de la mesure ministérielle.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Mahoro

    Uwo mushikiranganji yakora ico gikorwa ata n umwe asimvye vyoba vyiza, amategeko n akurikizwe. Ndagukeje nyakubawa!!!

  2. LeGénie Noir

    Dura lex sed lex!( La loi est dur mais est loi): il faut eviter l’anarchie. Les gens doivent apprendre à respecter l’ordre et l’esthétique sinon on ne se développera jamais!

  3. muti

    Bravo pour cet ordre tant attendu.Un point positif pour ce gouvernement. Il n est jamais trop tard pour bien faire.

  4. Karahinda Joseph

    Muragenda mwubake ivyo bintu i Kigali muze murabe ayo mubona…

  5. Kibuti

    Ce gouvernement se rend de plus en plus impopulaire en prenant des decisions qui n’ont aucun intérêt économique, guidés uniquement par la rancoeur. Je ne vois pas comment on empêche aux gens de se débrouiller alors qu’ils savent que notre économie est moribonde, que le Marché Central de Bujumbura a brûlé (si pas brûlé par eux-mêmes). Ils se cachent derrière la defense de l’environnement pour rendre des comptes aux gens qui n’épousent pas leurs idéaux. Ils clament haut et fort que Bujumbura est acquis à l’opposition. C’est pour cela qu’ils veulent mettre à genoux les citadins en les pousuivant jusque dans leurs derniers retranchements. Dieu soit loué du fait qu’il voit tous ses manoeuvres et j’espère qu’en 2015, un chatiment sans merci tombera sur eux.

    • Banamu john

      Dukeneye igisagara gitunganijwe neza; ingingo nizifatwe, guko hari abihaye kwubaka uko bishakiye! INGINGO ibe INGINGO nukuvuga ikwirikizwe neza kuri bose! Ibisigaye abavugabazovuga, muga abakora babandanye bikorera! guko hariho nuwo worara uravuga, umwereka yama abona ko icera cirabura! Ntitwishinge abo! Ibikorwa imbere!

    • Karahinda Joseph

      Mwirirwa muravuga ngo i Kigali ho ibintu biratonze, none bashatse kubitondesha n’i Bujumbura muca muvuga ayandi: abantu mwarabuze ifatiro nk’umwana ahiye mu kwaha !

    • manariyos

      mbega iba impopulaire kubera wewe ? hari abantu isoko yahiye umenga baratomboye, ese mama babakenyezi bose bivyamwa ngo bahora mw’isoko. Ava vendeurs ngo bahora mw’isoko. Ibikona vyose ngo isoko yarahiye niho vyaribifise ikibanza uwushaka akajagari wese ngoyahishije ikibanza mw’isoko !!!!! muvuga dukora, muvuga dukora

  6. nathan

    Ese muri vyose ingingo zifatwa ku neza y’igihugu n’abakibamwo zoza zirashigwa mu ngiro.
    Ikibabaje nuko izo ngingo usanga zisafata abantu batobato cane.
    Burya construction anarchique niyo isubije igihugu inyuma kuruta vya biturire aba na bariya bama berekanye abasuma bakaruhariwe (ba gatarina) mu kwiba leta n’abanyagihugu ariko ntihagire igikorwa.
    Souvenez-vous des fables de la Fontaine: Les animaux maleades de la peste?:
    Ibikoko vyatewe n’ikiza c’inzara, ubugesera buraduka bimwe bitangura gupfq. Vyaciye vyigira inama yo kurondera ahazanye ingorane. Vyaciye vyibwira ko Imana yashavuye kubera ivyaha vyavyo. Bitangura kwihana ibicumuro. Intare ari nayo yari umwami w’ibikoko iti jewe vyaranshikiye ndarya ibitungwa kandi nca ngerekako n’umwungere wavyo ndamumira. Iti rero namwe nimuvuge ivyanyu kugirango uwo dusanga yaramenje kurusha abandi apfe vy’.
    N’ibindi bikoko vyungirije umwami (Tigre, Ours, …) biravuga ivyo vyibaza ko ari ibicumuro nko kwica ibindi bikoko, kurya abantu,… Ibindi bikoko vyose biti aho nta caha mwakoze mwariko murivuna inza, biti nk’umwungere wewe kumurya ni n’iteka yatewe kubona ahekenywa n’umwami; biti nakare nta ciza batwifuriza.
    Mu nyuma hashikirwa indogoba (Ane) iti: Jewe vyaranshikiye inzara igira inyice Shetani aranyosha ndarya utwatsi tw’ahangana n’ururimi rwanje, kandi naraciye kumurima w’ingano ndaryako duke cane.
    Indogoba itaraheza no kuvuga ibindi biko bivira hasi rimwe biti: nibambwe kuko niyo yatumye Imana iduhana kubona yariye ivyatsi vy’abandi! Impyisi iti ikwiye gupfa yaramenje.
    Iyo ndogoba vyaciye biyifata birayica kaba akamizwe n’ingoma. Kandi nta cerekana ko ayo magorwa vyarimwo yaciye ahera.
    Uwo mwanditsi avuga rero ko no muri societés zacu ariko bimeze.

    None rero utuntu duto duto tutonakenesha igihugu nitwo mushira mu binyamakuru n’amaradiyo ngo ibara ryaguye. Ngo ingingo ziriko zirashirwa mu ngiro,…

    Ego ni vyiza gukurikiza amategeko ariko mugahera kubisinzikaje igihugu na cane cane abanyonyeza igihugu.

    Kimwe gusa abo bapfukamye igihugu mu nda bamenye ko Dieu n’est jamais injuste. Umusi mubi ugiye kubashikako Imana ibahane.

    • Kabwa

      Ibisinzikaje igihugu nivyinshi kandi bizotorerwa umuti nuko umwe wese akora akazi kiwe neza. Min. de l’environnement iriko irakora akazi kayo. Hakaba hari uwutariko akora ico bamushinze nimumudomeko urutoke.

  7. Dr kabwe

    Ivyo nivyo ariko, nibahane abatanze ivyo bibanza canke ababaretse bakubaka kuko nigake umuntu ahubaka aziko harimwo ikibazo muri kazoza.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 988 users online