Jeudi 06 octobre 2022

Politique

Démocratie au Burundi : Encore du pain sur la planche

16/09/2022 1
Démocratie au Burundi :  Encore du pain sur la planche
Pierre Claver Nahimana : « Certains burundais parlent de la démocratie, mais ne joignent pas leurs paroles avec des actes »

A l’occasion de la journée internationale de la démocratie célébrée le 15 septembre de chaque année, des politiques et leaders de la société civile soutiennent que le Burundi n’a pas encore atteint 50 % dans la consolidation de la démocratie. Ils appellent les dirigeants au strict respect des valeurs démocratiques.

Pour le président du parti Sahwanya Frodebu, Pierre Claver Nahimana, il y a encore le manque de la culture démocratique au Burundi : « C’est comme si on est toujours en train d’apprendre les valeurs démocratiques. Certains burundais parlent de la démocratie, mais ne joignent pas leurs paroles avec des actes ». Selon lui, il y a encore beaucoup de choses à faire même si le Burundi est déjà entré dans le système démocratique.

Le président de Sahwanya Frodebu explique que le Burundi est encore à 48 % de la démocratie. Il fustige des mésententes pendant la période électorale et des esprits antidémocratiques qui s’observent encore dans le pays : « Certains n’acceptent pas les résultats des élections. Dernièrement, le président a fait savoir qu’il y aurait ceux qui pensent au coup d’Etat. Tout cela ne se passe pas dans un pays démocratique ».

En outre, Pierre Claver Nahimana se réjouit que les institutions en place dont le président de la République, l’Assemblée nationale, le Sénat, les conseils communaux résultent tous des élections.
Il recommande l’éducation permanente au patriotisme, au respect et à la consolidation de la démocratie : « Ceci doit s’appliquer à tous les citoyens de toutes les tranches d’âge et à tous les échelons. Il faut éduquer même ceux qui se croient meilleurs dans le respect des valeurs démocratique ».

Selon le président de l’Observatoire national de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome), Gabriel Rufyiri, le Burundi n’a pas encore atteint 50 % dans la démocratie : « Nous avons des traumatismes et séquelles liées au passé tragique qu’a connu le Burundi. Nous vivons toujours sous le choc post-traumatique. Depuis l’indépendance, on n’a pas pu passer 10 ans sans qu’il y ait des conflits ». Et de suggérer un programme national de détraumatisation sociale et politique.

Pour le président de l’Olucome, les élections libres, transparentes et crédibles sont un principe important de la démocratie. Cependant, d’après lui, ces élections doivent être acceptées par tous.

Gabriel Rufyiri appelle les dirigeants à garantir l’état de droit, le droit d’expression, de réunion et d’association. Il rappelle que la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des affaires publiques sont aussi des principes cruciaux de la démocratie.

« Tout ce que les dirigeants font doit se fonder sur les principes de la démocratie. Il faut établir des lois qui mettent en avant le bien-être des citoyens, pas celles qui mettent en avant les intérêts privés des individus ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mpozagara

    Nta mwana avuka ngo ace yuzura ingovyi !!!
    Donnons-nous encore combien d’années ? 14, 28, 42 ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 788 users online