Vendredi 15 octobre 2021

Santé

CICR et CRB : acteurs majeurs dans l’assistance aux plus vulnérables

Ce 8 mai est la journée internationale du Comité international de la Croix-Rouge et de la Croix-Rouge du Burundi, qui coïncide avec un regain de violences pré-électorales au Burundi.

Lors la déclaration conjointe CICR-Croix-Rouge du Burundi ce 8 mai par le chef de délégation du CICR au Burundi
Lors la déclaration conjointe CICR-Croix-Rouge du Burundi ce 8 mai par le chef de délégation du CICR au Burundi

« La CRB et le CICR sont fortement préoccupés par la situation sécuritaire et demandent que leur personnel et les volontaires de la CRB soient respectés et aient accès à ceux qui ont besoin de leur assistance », a déclaré Georgios Georgantas, chef de délégation du CICR au Burundi. Il rappelle que ces violences ont déjà fait plusieurs morts et blessés, occasionnant aussi des arrestations. Jusqu’au soir du 7 mai, la CRB avait déjà traité 216 blessés et enregistré 10 morts.

Il demande à ceux qui sont impliqués dans les actes de violence de respecter la vie et la dignité humaine. Le CICR et la CRB saisissent cette occasion pour saluer le courage et l’abnégation des volontaires disséminés à travers le pays dans l’assistance aux plus vulnérables. « Ils doivent faire preuve d’humanité, d’impartialité et de neutralité. »

La CICR indique qu’elle a désinfecté le cachot de la BSR où les manifestants arrêtés sont emprisonnés, un cas de dysenterie bacillaire ayant été déclaré. Elle signale également qu’elle se rend régulièrement dans les autres lieux de détention et en fait rapport à l’Etat burundais avec qui elle collabore.

Le CICR et la CRB demandent aux uns et aux autres de leur faciliter l’accès aux victimes. Aux volontaires de la Croix-Rouge du Burundi de continuer à diffuser des messages de paix, de non-violence et de cohabitation pacifique, d’observer instamment le contenu des Principes fondamentaux et valeurs humanitaires, de sensibiliser les autres membres de la communauté à la cohabitation pacifique.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. mami

    Mupfasoni Rosa, jewe mu bavyeyi ndimwo, uyo muvumo wawe jewe ntuze unyagirize ku rubanza uze wagirize wewe nyene uwutanze. Ijambo ry’Imana ritubwira ngo:” akanwa kanyu kame gahezagire, musabire ababacira urubanza muhezagire ababahama.”

  2. JE NE VOIS PAS POURQUOI CE PRESIDENT CHERCHER A LAISSER AU POUVOIR NORMALMENT ON CHERCHE LE POUVOIR
    POUR DEVELLOPER LE PAYS ET DONNE A SON PEUPLE UNE VIE MEUILLEUR LUI QUI DONNE L ORDRE DE MASSCRER LE PEUPLE POURQUOI LUI DONNE CETTE HONNEUR
    JE CROIE QU IL PENSE QUE LE BURUNDI EST SA PROPRE PROPRIETE IL OUBLIE QU IL PARTAGE AVEC PLUS DE NEUF MILLION
    DE BURUNDAIS S IL L A ACHETE QU IL NOUS MONTRE LE RECU ET TOUT LES NEUF MILLION DOIVENT AVOIR LEUR COMPTE
    QU IL PARTE ABAVYEYI TURAMUVUMYE KANDI TUSAVYE IMANA ITWUMVIRE

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 028 users online