Editorial

Avant « d’élargir l’assiette fiscale »…

Léandre Sikuyavuga
Léandre Sikuyavuga

Le 22 décembre 2016, le ministre des Finances déclare à l’Assemblée nationale que le budget de l’Etat de 2017 sera financé à hauteur de 70,7 % sur les ressources intérieures et 29,3 %, sur les ressources provenant de l’extérieur.  Pour élargir l’assiette fiscale, il annonce de nouvelles mesures notamment l’augmentation des taxes de consommation sur certains produits et services. Son appel est vite entendu.

En effet, le 1er janvier 2017, la Brarudi procède à l’augmentation du prix des bières. Le lendemain, le ministère du Commerce revoit à la hausse le prix du sucre. Bientôt, c’est le tour d’autres produits. On parle notamment du carburant, de la téléphonie mobile, de l’eau et de l’électricité.

Il faut  faire fonctionner l’Etat avec le gel  d’une grande partie de l’aide extérieure. Mais, l’Etat est  dans l’obligation d’être vigilant et attentif.  Dans une telle situation, la spéculation s’invite. Les produits disparaissent sur le marché, pour être revendus très cher.   Le risque de l’inflation est là et c’est la population qui subit de plein fouet les effets.

Par ailleurs,  l’objectif escompté n’est pas garanti. Avec les nouvelles taxes, les prix  vont augmenter  alors que le pouvoir d’achat des contribuables s’effondre de plus en plus. La plupart des consommateurs, crise oblige, vont concentrer leurs dépenses sur l’essentiel, tenter de satisfaire (et encore !) les besoins vitaux. C’est l’austérité qui  va s’imposer. Dans ces conditions, comment élargir « l’assiette fiscale » comme l’a annoncé le ministère des Finances ?

Avant de pouvoir « élargir l’assiette fiscale », il faudrait avoir déjà quelque chose dans son assiette…

Forum des lecteurs d'Iwacu

19 réactions
  1. Bakari

    @John
    “…s’il y a des rwandais qui errant toujours 22 ans après et ce malgre nombreux appels et programmes pour les rapatrier, il faut que toi meme tu te poses la question du « Pourqoui? ».”

    Tiens tiens! Il semble que j’ai déjà entendu ce genre d’argument ailleurs! N’est ce pas la même chose qu’ont dit des réfugiés de Mahama? Demandez-leur ce qu’ils en pensent et vous aurez une partie de la réponse à votre question.
    De toute manière, pour ce qui est de l’histoire de ce pays, ceux qui devraient se reprocher des choses se trouvent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de ce pays.
    Tout est une question de rapport de force momentané, et qui n’est peut-être pas figé dans le temps.

  2. nkuba

    @ Markus et @ John @ Bakari Vous dite mirage econimoque du Rwanda? Quel connerie!!! parcequ’il a ya des drones pour transporter un sachet de sang au lieu d’avoir des routes et stock strategiques tout pres des nesseciteux dans las coins les plus recules et pauvres? Ceux qui sont a ‘etranger qui ne veulent pas rentrer au Rwanda ont -ils les memes raisons d’y rester comme les inkotanyi avant le genocide de celui ci? Predisez vous leur retour triomphal a la kagame alors? Ces rwandais qui se dissent develope ne sont-ils pas les meme qui ont spolie la majorite des burundais ainsi que le voisin RDC? Bon quel est le salaire moyen d’un fonctionnaire rwandais?

  3. John

    @ Bakari, s’il y a des rwandais qui errant toujours 22 ans après et ce malgre nombreux appels et programmes pour les rapatrier, il faut que toi meme tu te poses la question du “Pourqoui?”. Sans etre grand analyste des questions rwandaises, on peut etre sur a au moins 95% qu’ils ont quelque chose a se reprocher a un moment de l’histoire de ce pays: regardez mon doigt!

  4. Yves

    @Is : vous êtes d’une mauvaise foi exceptionnelle. Donc, celui qui décide de passer en force et de menacer de mort des juges de la Cour Constitutionnelle pour briguer un troisième mandat illégal, celui qui nettoie toute forme d’opposition (y compris au sein du Cndd) et pratique la politique de la confrontation avec toutes les institutions internationales, celui-là n’aurait aucune responsabilité dans le gel des aides ? Est aveugle celui qui ne veut pas voir…

  5. Bakari

    @Markus
    Il semble que ça vous a fait du bien que je vous rappele un des proverbes burundais que j’adore (Umwuga mubi n’uwukuroga) dont l’équivalent français pourrait être “Il n’y a pas de sot métier”.
    Car effectivement il y a des gens qui font le métier d’éboueur, et qui vivent décemment et honnêtement, sans devoir aller escroquer autrui, et encore moins mendier.
    Si l’économie rwandaise est performante, tant mieux pour les rwandais qui vont quitter l’état misérable dans lequel ils étaient, car nous n’oublions pas qu’ils partent de loin car étaient au même niveau que les burundais, il n’y a pas si longtemps.
    En plus, ils ont des centaines de milliers de réfugiés qui errent encore à travers le monde alors qu’ils ont un pays paisible et prospère, selon vous: contradiction.
    Enfin, si cette économie est performante, il devrait y avoir un flot de migrants étrangers qui y cherchent une vie meilleure comme cela se fait pour d’autres pays qui ont des choses à offrir.

  6. Markus

    @Bakari. Bon, il me semble que vous êtes assez flexible dans le choix des professions dans votre carrière professionnelle et comme chacun est le forgeron de son propre bonheur, je vous souhaite donc bonne chance. Sachez que le monde entier ne s’intéresse pas trop pour le mimétisme politique du Burundi, les aversions ethniques et les aversions entre les pays “frères”, mais le fait que le Burundi est devenu le pays le plus pauvre du monde – et ceci juste à côté de Rwanda, économiquement un des pays les plus performants d’Afrique – déclanche quand-même bcp de mécompréhension vis-à-vis du style de gouvernance de votre cher président.

  7. ls

    Voilà le résultat du gel des aides, qui a été appelé à cor et à cris par les opposants au “troisième mandat”.

    On eut remercie pour cela puisque c’est le mandat qui va en souffrir et non nous le peuple!

  8. Bakari

    @Moto
    Je crois que vous avez oublié de magnifiques adages et tant pis pour vous:
    – l’adage burundais qui dit que “Tous les métiers sauvent, sauf celui de tuer (lanceur de grenades par exemple)”;
    – l’adage des francophones, qui dit qu'”Il n’y a pas de sot métier”
    Et je me permets de vous apprendre qu’il existe des planètes où les ramasseurs d’ordure gagnent décemment leur vie.
    Et la prochaine fois essayez de ne plus me tutoyer car on n’a pas gratté les porcs à deux, et qu’on risque de croire, à tort sans doute, que vous n’avez pas un métier merveilleux.

  9. Moto

    Ramasseur d’ordures, un métier merveilleux ??? Tu vis sur quelle planète ?

  10. Bakari

    @Markus
    On dirait que le second degré n’est pas votre tasse de café; soit.
    Mais je m’attendais à ce que vous me disiez si c’est déjà le moment pour les migrants de risquer leur vie en traversant l’Akanyaru pour atteindre cet eldorado que vous nous chantez.
    Quant à ceux qui ramassent des ordures pour vivre, je trouve qu’ils font un métier merveilleux en vous permettant de ne pas vivre dans vos ordures (vous devriez leur dire merci tous les matins).

  11. Markus

    Si vous avez ce projet, vaut mieux top que tard! Comme votre gouvernement n’investit qu’un vingtième de son budget annuel dans le système d’éducation, il est prévisible que la très grande masse des burundais va perdre son accès au progrès économique.
    Aujourd’hui, le Rwanda est juste au début de sa croissance économique, mais demain, on n’a plus besoin des gens avec une formation médiocre et les burundais y pourront peut-être encore ramasser les ordures…

  12. Congo

    Le carburant ,son prix entraîne tous les autres articles de première nécessité ou pas. La bière, on ne peut pas s en passer au Burundi. Le sucre est un aliment de tous les jours. Ce que fait l état est une augmentation de la TVA sur les biens de première nécessité. Qui peut s en dérober ? Personne. Un impôt qui frappe de la même façon le riche colonel que le pauvre paysan. C’est hyper injuste.

  13. Bakari

    @Markus
    “Il vous faut seulement voyager au Rwanda pour voir ce qu’une croissance économique effectivement signifie et comparer ceci avec l’oeuvre économique du 3e mandat!”

    Comme le Rwanda tend vers une croissance illimitée, cela va nous arranger car au lieu de prendre le risque de nous noyer en tentant de traverser la Méditerranée, nous risquerons plutôt nos vies en essayant de traverser l’Akanyaru. Nous espérons que nos voisins riches, démocrates et hospitaliers n’oseront pas de nous repousser vers le fleuve!

  14. MANISHA

    Le ministre des finances a analysé la situation. Il a constaté que le niveau de vie de ses compatriotes a pris de l’envol et il les taxe en conséquence. Si les citoyens ne sont pas contents, ils n’ont qu’à l’exprimer clairement dans les urnes. Au moins cette expression n’est pas violente. S’il y a tricherie, se lever comme un seul homme (cfr 1993).

  15. Karabadogomba

    “Ils n’avaient pas besoin de ciment pour construire une maison mais ils voulaient mais ils voulaient le vendre au coin de la rue au taux du marché noir, soit 1,5 millions de dollars zimbabwéens par sac.”/ Zimbabwe 2007.

  16. Jereve

    Il n’y a pas eu accroissement des richesses sur lesquelles doit se baser l’élargissement de l’assiette fiscale. En d’autre mot l’État va opérer un hold-up fiscal.

  17. Markus

    La population va avoir plus dans son assiette, si Nkurunziza et son entourage part. La croissance des taxes est le prix de la violation présidentielle de l’Accord d’Arusha, du 3e mandat, et de l’entêtement politique de vos dirigeants. Et ce prix va encore augmenter, car tout ces taxes vont appauvrir la population et donc empêcher toute croissance économique. Pour bien comprendre la dimension de cet appauvrissement, on peut mentionner la croissance économique avant le 26 Avril 2015. À ce temps elle tournait encore autour de + 4%, une année plutard elle tombait à prèsque -5% et en 2016 elle recule encore. Vos dirigents vous mentent quand ils soulignent que comme le recul est moins grand qu’en 2015 qu’ils maîtrisaient donc la situation. Le contraire est le cas, car la catastrophe est encore devant vous, surtout avec une croissance natale de plus de +3%!
    Il vous faut seulement voyager au Rwanda pour voir ce qu’une croissance économique effectivement signifie et comparer ceci avec l’oeuvre économique du 3e mandat!

  18. Phil

    les tarifs dans le secteur des télécoms sont déjà revu à la hausse depuis le 1er decembre 2017

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 175 users online