Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de ce vendredi 8 novembre 2019 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

08/11/2019 Edition : Emery Kwizera Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de ce vendredi 8 novembre 2019 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

• En ce 18ème jour d’incarcération des 4 reporters du Groupe de Presse Iwacu et leur chauffeur, l’Olucome appelle les autorités burundaises à les libérer dans l’immédiat et sans condition.

Dans un communiqué sorti ce 8 novembre 2019, l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, fait savoir que ’’ces journalistes arrêtés et écroués injustement à la prison de Bubanza étaient en train d’exercer leur métier’’.

L’Olucome rappelle que la liberté de la presse et le droit à l’information doivent être respectés par les autorités burundaises. Gabriel Rufyiri, son président fait remarquer que «les journalistes des médias burundais travaillent dans des conditions extrêmement difficiles et prennent des risques pour le but ultime d’informer la population».

• Le CNC s’est encore une fois exprimé sur le cas de ces 4 journalistes d’Iwacu et leur chauffeur incarcérés. Nestor Bankumukunzi, président de cet organe, réitère son leitmotiv : «Le CNC n’a pas de prérogative pour s’ingérer dans les affaires de la justice ».

Mais il apporte aujourd’hui une petite nuance : «Seulement nous regrettons qu’il y ait des journalistes qui soient incarcérés et nous espérons que le droit va être dit pour que ces journalistes soient élargis si la justice trouve qu’ils n’ont pas commis de faute».

• Lambert Bibonimana, fils de Léonce Ngendakumana, vice-président du parti Sahwanya Frodebu, serait dans les cachots du BSR. Cet étudiant à l’Université des Grands Lacs a été enlevé à Kiriri ce jeudi par des inconnus au moment où il s’apprêtait à rentrer.

Il lui est reproché d’avoir organisé des réunions à la résidence familiale visant l’élimination du chef de zone Muyira en commune Kanyosha assassiné dernièrement.

Son père, M. Léonce Ngendakumana, parle de mobiles politiques. Il condamne cet enlèvement. C’est inadmissible dans un Etat de droit. Il demande la libération de son fils.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.