Mardi 09 mars 2021

Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de ce Mardi 5 mars du journal « Amakuru y’Iwacu »

05/03/2019 Edition : Christine Kamikazi Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de ce Mardi 5 mars du journal « Amakuru y’Iwacu »

• Pour la plateforme de la Société civile Pisc Burundi, la fermeture définitive de l’Office du haut-commissariat des Nations unies des droits de l’Homme au burundi n’aura pas d’impact négatif sur les droits de l’homme au Burundi. Hamza Venant Burikukiye porte-parole de cette organisation explique qu’il reste au pays d’autres institutions pour la protection des droits de l’homme.

Il fait allusion à la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme CNIDH et le ministère ayant dans ses attributions les droits de l’Homme. Il s’exprime après le communiqué de presse de l’Office du haut-commissariat des Nations unies des droits de l’homme au burundi qui a annoncé ce lundi la fermeture définitive de l’office au burundi.

La Pisc burundi dit ne pas être surprise, parce que, a expliqué son porte-parole, c’est le gouvernement qui a pris la décision. De sa part, Lambert Nigarura, un des défenseurs des droits de l’homme précise que cette décision prouve que le pouvoir en place n’accorde pas d’importance à la protection des droits de l’homme. Il craint que cela ne multiplie des cas de violation des droits de l’Homme. Cet activiste rappelle que l’office du commissariat des nations unies des droits de l’homme avait beaucoup aidé dans la protection des droits de l’homme depuis sa création au Burundi. Il estime qu’il s’agit d’une grande perte pour la population en matière du respect des droits de l’homme.

• Le parquet de Bujumbura a condamné à perpétuité un policier connu sous le nom d’APC Léopold Nizigiyimana. Il a été condamné pour meurtre de 4 personnes dont un policier et pour avoir blessé 4 personnes. Le meurtre a eu lieu dans la nuit de samedi dernier dans un bar situé dans la zone Gatumba de la commune Mutimbuzi en province Bujumbura. L’ACPDH, une organisation locale qui milite pour les droits de l’homme, apprécie que l’auteur ait été jugé en flagrance. Néanmoins, Sake Mathieu président de l’ACPDH demande des indemnités pour les familles des victimes.

• Le parti Sahwanya Frodebu accuse l’administration en province de Makamba de malmener les membres de ce parti de l’opposition. Son président en province Makamba indique deux réunions ont été empêchées dimanche dernier. La première devait se tenir dans la commune de Mabanda et l’autre dans la commune de Makamba. Pourtant, assure-t-il, son parti avait demandé l’autorisation de tenir ces réunions.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.