Lundi 19 avril 2021

Hommage

Adieu, Marie-Soleil

Marie-Soleil Frère
19/03/2021 11
C’est avec une grande tristesse que la rédaction d’Iwacu a appris le décès de Marie-Soleil Frère, ce 19 mars 2021, après une longue et courageuse lutte contre la maladie.

Directrice de recherches au Fonds national de la recherche scientifique (FNRS), Marie-Soleil Frère était professeure de journalisme à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Spécialiste des médias, du journalisme et des mutations politiques en Afrique sub-saharienne, elle a également été directrice du centre de recherche en Information et Communication (ReSIC) et vice-rectrice aux Relations internationales et à la Coopération au développement de l’ULB. Dans un message adressé au corps scientifique de l’université, l’excellence de ses recherches, son engagement, son dynamisme, sa capacité à tisser des liens, son énergie et sa générosité humaine et intellectuelle ont été soulignés.

Marie-Soleil était tombée amoureuse de l’Afrique. Elle avait consacré sa thèse de doctorat sur les médias en Afrique de l’Ouest (Burkina-Faso) et, tout au long de sa carrière, elle a travaillé à la promotion des médias et de la liberté de la presse sur le continent. Elle connaissait aussi très bien le Burundi. Elle y a participé à la mise en place d’un Master en journalisme qui a formé des dizaines de professionnels. Efficace, humaine, humble, attachante, Marie-Soleil était une grande amie d’Iwacu. Jusqu’au bout, même affaiblie par la maladie, elle prenait toujours des nouvelles de la rédaction. Elle s’est toujours trouvée à nos côtés pour nous soutenir et nous encourager. Alors que quatre journalistes d’Iwacu étaient incarcérés, elle nous avait transmis cette touchante lettre.

Merci pour tout ce que tu as fait pour nous, pour ton immense gentillesse. Merci, Marie-Soleil, nous ne t’oublierons pas. Et nous savons que nous ne sommes pas les seuls dans ce cas.

En ce moment nos pensées vont vers ta famille, à qui nous présentons nos plus sincères condoléances. Nous pensons aussi à tes amis, à tes proches, à tes collègues du monde académique, à celles et ceux qui te portaient dans leur cœur.

Celles et ceux qui le souhaitent peuvent partager un message, une pensée, sur cette page. C’est aussi notre manière de rendre hommage à cette femme en or qui nous a quittés bien trop tôt.

 

Laurence Dierickx et Antoine Kaburahe

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Vircoulon

    Marie-Soleil a été un modèle et une inspiration pour mon travail et elle le restera. Sa bonne humeur et son indignation face à l’injustice étaient des remèdes contre la résignation et le découragement qui nous étreignent en ce moment. Tu nous manqueras. T.Vircoulon

  2. Nininahazwe Philibert

    Le paysage médiatique burundais aura été gaté par ton passage sur terre Marie-Soleil Frère! Merci pour le Master en Journalisme. Je suis de la deuxième promotion. Que ton âme repose eternelement en paix

  3. François Misser

    Merci à Iwacu d’avoir rendu cet hommage mérité à cette femme courageuse dont j’ai pu mesurer la solidarité. Malgré la maladie qui déjà l’avait assaillie, elle m’a soutenu dans le combat que j’ai mené pour protester contre la décision de la BBC de censurer l’interview d’un autre héros, Pierre-Claver Mbonimpa, qui avait dénoncé les meurtriers de son fils et de son gendre qui avaient également tenté de l’assassiner. Elle reste pour moi, une femme d’une droiture exemplaire qui rayonnait aussi par son sourire et son entrain, même à l’heure de la souffrance. Elle était forte et m’a donné de la force. Murakoze Marie-Soleil si tu peux m’entendre. Tu n’es pas morte. Tu es en nous mais autrement.

  4. Alexandre Niyungeko

    Au nom de l’Union Burundaise des Journalistes (UBJ) et en mon nom propre, je tiens à rendre hommage à Marie Soleil Frère pour tout son engagement en faveur d’une presse professionnelle, formée et indépendante au Burundi. Son engagement se manifeste à travers ses ouvrages sur les médias burundais et de la sous-région, son rôle prépondérant dans la mise en place du Master Complémentaire en Journalisme à l’Université du Burundi dont j’ai eu le privilège d’être parmi les premiers lauréats. Au delà des relations professionnelles, Marie Soleil Frère était aussi une amie de ma famille. Elle laisse un grand vide difficile à combler. Qu’elle repose en paix et que la terre lui soit légère. Au-revoir MSF

  5. Pierre Englebert

    Merci pour ce bel homage à Marie-Soleil qui fut une grande inspiration pour beaucoup parmi nous.

    • Ntakirutimana Viateur

      Ici au Rwanda nous pleurons la mort de MSF. Une femme intelligente et courageuse. Que la terre lui soit légère

  6. Patrick Nduwimana

    Les journalistes africains en général et burundais en particulier, viennent de perdre une amie, une grande formatrice qui a joué un grand rôle dans le renforcement des capacités professionnelles des journalistes seniors ou juniors. Je garde en mémoire ton humilité, ta générosité, ton courage, ton dynamisme. Bref, une personne remplissant toutes les valeurs humaines. Adios Marie Soleil, repose éternellement en paix.
    Patrick Nduwimana.

  7. BIRANTAMIJE GERARD

    Adieu Marie-Soleil ! Je suis heureux de t’avoir croisé sur mon parcours. Toujours souriante, et voilà que tu pars aussi avec un sourire sur tes lèvres. Amie du Burundi et des Burundais.e.s, ils sont nombreux à reconnaitre tes qualités humaines. Nous sommes nombreux à saluer ton œuvre. Personnellement, je dois dire que chaque rencontre avec toi a été enrichissante. Je suis navré que tu partes si tôt. Que tu partes sans que je te revoie, voilà ce qui me chagrine encore plus. Je ne doute pas que tu avais de nouveaux projets pour mon pays et mes compatriotes, pour la région des Grands lacs que tu affectionnais tant, pour la liberté de la presse, pour la liberté académique, pour plus d’esprit libre. Je n’ai pas de doute, il y aura la relève. Ton investissement a été capital ces dernières années. En Kirundi on le dit bien Intore ntiramba. Tu ne fais pas l’exception à cette règle. Repose-toi, en paix, chère Marie-Soleil. GB.

  8. Jean-Claude NDORERE

    Marie Soleil était non seulement une grande intellectuelle, une amie des médias, elle était également une amie des faibles, une amie de l’humanité, une amie des Burundais, une amie de l’Afrique…Toutes nos condoléances à sa famille, à son pays, au monde des médias, à la communauté des chercheurs et des universitaires et au monde libre. RIP Marie. On ne t’oubliera jamais !

    • Athanase Karayenga

      En kirundi, on dit bien que le nom décrit la personnalité de celle ou de celui qui le porte. Izina niryo muntu. Une partie de son prénom, Soleil, et de son nom de famille, Frère, décrivent à merveille ce que fut Marie-Soleil Frère pour de nombreux Burundais et Burkinabé. Une femme chaleureuse, une intelligence lumineuse et éclairante, une intellectuelle brillante véritablement illuminée par un soleil intérieur. Une femme rayonnante aussi de bonté et de bienveillance. Dans le cadre d’un projet initié par La Benevolencija et supervisé par Johan Deflander à Bujumbura, j’avais été chargé d’imaginer un programme de formation de niveau Master dans le domaine des “médias, paix et conflits” et pour la région des Grands Lacs. Une sorte de simulation. Marie-Soleil Frère a animé un module de ce programme qui a peut-être inspiré la création ultérieure du Master en Journalisme à l’Université du Burundi. Un projet où elle a joué un rôle exceptionnel. Et c’est aussi dans le cadre de ses enseignements que son caractère solaire apparaissait. Elle savait expliquer des notions très complexes de sa matière de façon simple, pédagogique et rigoureuse. La lumière de son intelligence et de sa bienveillance ne s’est pas éteinte avec sa disparition. Elle continue d’éclairer et de guider ceux qui l’ont aimée, connue et admirée. Athanase Karayenga