Samedi 27 février 2021

Archives

Une fosse commune et un cadavre

18/03/2016 Edouard Madirisha 2
-Un seul cadavre a été découvert devant cette parcelle.
-Un seul cadavre a été découvert devant cette parcelle.

La police a montré à la presse, ce vendredi 18 mars dans l’après-midi, une fosse commune située dans la zone de Cibitoke où étaient censés se trouver 5 cadavres. Mais un seul a été découvert.

« Jusqu’ici nous n’avons trouvé qu’un seul cadavre, mais nous continuons à chercher », dixit l’administrateur de la commune Ntahangwa, Eddy Hakizimana, devant la parcelle n⁰44 de la 13èmeavenue de la zone Cibitoke, où les services de la protection civile viennent de déterrer un corps.

Vers 15h, le service de la communication de la police alerte les médias qu’une autre fosse commune vient d’être découverte à Cibitoke, et une déclaration sera faite à 15h30. Sur place, beaucoup de policiers, des éléments de l’API ont été déployés tout autour. Devant la parcelle en question, près de la route, on aperçoit la tête et les pieds enveloppés dans une moustiquaire, le reste du corps encore sous une terre fraîchement retournée. A l’intérieur de la parcelle, où se trouvent cinq maisonnettes abandonnées, avec beaucoup d’impacts de balles, plusieurs jeunes gens, des taxi-vélos réquisitionnés par la police, nous dit-on, s’acharnent à creuser un trou qui atteint bientôt 1,5m, sous haute surveillance policière, à la recherche d’autres cadavres.

A l’intérieur, des taxi-vélos creusaient pour chercher d’autres corps.
A l’intérieur, des taxi-vélos creusaient pour chercher d’autres corps.

Vers 16h35, le maire de la ville, Freddy Mbonimpa, arrive sur les lieux, avec une délégation. Selon le maire, il s’agit des représentants des ambassades de Chine, Egypte, ceux de RDC et du Kenya devraient aussi êtreprésents. Mais aussi des observateurs des droits de l’homme de la CNIDH, de l’UA, et des représentants de la CIRGL. Dans la parcelle, un officier de l’API donne des explications à une partie de la délégation : « C’est dans cette maison qu’ils tuaient les gens avant de les enterrer… C’est sur cet arbre qu’on pendait d’autres… Ils creusent pour trouver d’autres cadavres. »

Mais jusque vers 17h, seul un cadavre a été trouvé, malgré que Clovis Kwizera, alias Désiré, parle de 5 cadavres. Ce dernier, qui se présente comme un ancien rebelle du Red-Tabara s’étant rendu aux autorités, est celui qui a désigné cette fosse commune à la police. « J’étais avec ceux qui les ont tués, en janvier dernier. On en a enterré un ici devant la parcelle, les quatre autres à l’intérieur. C’était ici notre état-major. » C’est le même Clovis qui a montré la fosse commune dans la zone Mutakura où trois corps ont été découverts, le 29 février dernier. A la question des journalistes de savoir pourquoi il n’a pas montré cette autre fosse commune à ce moment-là, il répond : « Vous savez, la mémoire nous joue parfois des tours. Mais je me souviendrai sûrement d’autres fosses », a-t-il promis.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Bakari

    Une fosse ne contenant qu’un corps est individuelle et pas commune.

  2. drap

    ni babandany bazur imizimu yoyo ntifyina izobereka

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 959 users online