http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Elections 2015

Reprise du dialogue inter-burundais boycottée par le Cndd-Fdd

La reprise ce mardi 23 juin, dans les enceintes du Menub, du dialogue inter-burundais sous la facilitation du nouveau médiateur dans la crise burundaise, le Sénégalais Abdoulaye Bathily, a été boycottée par le Gouvernement burundais, le Cndd-Fdd et ses alliés.

Mardi 23 juin 2015 - Sous la médiation de Abdoulaye Bathily envoyé spécial de Ban Ki-Moon, le gouvernement du Burundi, le Cndd-Fdd et ses alliés n'ont pas répondu présent au dialogue interburundais qui devait débuter aujourd'hui ©O.N/Iwacu

Mardi 23 juin 2015 – Sous la médiation de Abdoulaye Bathily envoyé spécial de Ban Ki-Moon, le gouvernement du Burundi, le Cndd-Fdd et ses alliés n’ont pas répondu présent au dialogue interburundais qui devait débuter aujourd’hui ©O.N/Iwacu

Les chaises prévues pour les représentants du gouvernement et du parti au pouvoir sont restés vides jusqu’à la fin de la séance de ce mardi.

Il y avait dans la salle du Menub des délégués des confessions religieuses, de la société civile, des représentants de plusieurs partis politiques de l’opposition et de la Coalition ’’Amizero y’Abarundi’’.

Les anciens présidents Sylvestre Ntibantunganya et Domitien Ndayizeye ont répondus présents à cette reprise du dialogue inter-burundais.

Côté facilitation, le nouveau médiateur Abdoulaye Bathily, dernièrement nommé par le Secrétaire générale des Nations Unies était entouré dans cette tâche par des représentants du Menub, des Nations Unies, de l’Union Africaine et de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs.

Agathon Rwasa, candidat aux présidentielles de 2015 pour le compte de la Coalition ’’Amizero y’Abarundi’’, fustige la politique de la chaise vide. «L’unilatéralisme du gouvernement est préjudiciable.»

Pour le président de l’Aprodh Pierre-Claver Mbonimpa qui représente la société civile dans ce dialogue inter-burundais, le nouveau facilitateur doit avoir le courage de mettre sur la table la question du 3ème mandat du président Pierre Nkurunziza. Selon lui, il faut que le nouveau médiateur dans la crise burundaise puisse arrêter le calendrier électoral avant la fin de cette semaine.

Signalons que le parti Cndd-Fdd déclare que sa priorité pour le moment est de continuer sa campagne pour les communales et les législatives, bien qu’il apprécie les préoccupations de la Communauté internationale sur la situation prévalant au Burundi.

Pour le Cndd-Fdd, le dialogue n’est pas une priorité

Selon ce parti, il ne va pas participer à ce dialogue pendant cette période électorale. Pour le président du Cndd-Fdd, Pascal Nyabenda, ce dialogue à 5 jours des communales et à 2 jours de la campagne pour les présidentielles semble être une dissuasion ayant pour objectif de perturber les élections.

L’Uprona n’a pas non plus pris part à ce dialogue. Selon Gaston Sindimwo, secrétaire général de ce parti, tout pourparler devait se faire après les élections. « Il est le bienvenu mais après les meetings politiques», a-t-il lancé.

  54   Vos commentaires
  1. The scientists noted that they had difficulty interpreting benefits in a laboratory environment and you can envision in the field it’s even much more tough.” However, the professionals say the troubles are not linked to just the person kits tested or a certain manufacturer, as many the field test kits tend to include the exact same chemicals.

  2. Not merely student athletes but a variety of student activities, such as band and choir, began requiring students to pass drug tests as a condition for eligibility.

  3. karundi

    Sinababariiye,
    Abdoulaye Bathily yaje arakinagira yiyumvira ngo Abarundi baroroshe, naho shwi! Yiyumvira ko Djinit ata bwenge yari afise? Abarundi arababarirwa. Arabaza ingene Mandela yabasinyishije Accord d’Arusha ku nguvu z’igitsure ciwe.
    Mes observations:
    1. Le parti au pouvoir n’a rien à gagner dans les discussions/négociations/dialogues, au contraire.
    2. L’opposition qui a échoué dans ses manifestations et putsch n’a d’autres choix que de chercher la négociation (ou la rébellion, et il paraît qu’il y en a qui ne voient que cette dernière option) pour décrocher le fameux Gvt de transition.
    3. Face à ce double échec de leurs opposants, les DD, plus allergiques que jamais (comme un lion blessé) se sentent plus forts que jamais.
    Le médiateur ne doit pas se précipiter en négligeant cette donne. Il lui faut donc trouver de très grands arguments pour convaincre les DD qu’ils ne leur reste que la négociation pour leur survie politique, en gardant à l’esprit qu’ils ne se sentent pas encore vulnérables comme la communauté internationale n’a pas encore démontré qu’elle constitue une réelle menace.

    • Chaise Vide Tete Vide

      @Karundi:
      STP arrête de manipuler les gens. Si non, pourquoi alors tu affirmes que ce sont les opposants qui ont voulu renverser le dictateur au pouvoir? Au fait, pourquoi les puschistes ne seraient pas des bagumyabanga hostiles à l’idée du mandat inconstitutionnel mais officiellement encore fidèles à lui? Et si je me permet d’allers encore plus loin: Pourquoi l’idée du pustch ne serait pas un montage monté pour mater comme celui de 2006?

  4. JOSEPH NIYONGABO il en est de même pour l'alimentation

    NTIMWISHINGE GUHOGORA KUVY’IGIHUGU, MWIBUKE KO MWIMENUMUTWE WUBUSA. IGIHUGU N’ICO IMANA YABA AMA SCENARIOS YANYU YABA IMIGAMBI MUSHOBORA GUTANGARA UMWANYA UWARIWO WOSE KUKO NTA NUMWE AZI IVYO IMANA YATEGURIYE UBURUNDI. UWUTUKA UWUNDI ATA UMWANYA WIWE BENE DATA.

    • Baobab

      @OSEPH NIYONGABO il en est de même pour l’alimentation
       » IGIHUGU N’ICO IMANA YABA AMA SCENARIOS YANYU YABA IMIGAMBI MUSHOBORA GUTANGARA UMWANYA UWARIWO WOSE KUKO NTA NUMWE AZI IVYO IMANA YATEGURIYE UBURUNDI.  »
      Weho ntuje!
      Abantu baryame bisinzirire barindire ivyo Imana yabataguriye?
      Uriyicarira i muhira turabe ingene Imana izogusanza umushahara wawe mu nzu!!! Abakera bari babizi, bavuga bati: « Imana irafashwa »! Abo hakurya nabo bati: « Aide-toi et le ciel t’aidera »!

  5. MICOMBERO Jean

    Ok jewe nibaza ko icofasha abarundi aruko twomenya ko amase ya kera atagihoma urutaro. Kera Putch yarashoboka kubera hari igisoda c’ubwoko bumwe, muga nibaza ko ubu umuntu afise ubwenge yomenyera amatora. Uwuzorukarisha ruzomumwa abarundi twaraciye ubwenge

    • Bakari

      @MICOMBERO Jean
      « Kera Putch yarashoboka kubera hari igisoda c’ubwoko bumwe, muga nibaza ko ubu umuntu afise ubwenge yomenyera amatora. »
      Erega amatora si panacée! Paul Biya arayakora none amaze imyaka 40 ku butegetsi! Sasu nawe nyene n’uko! Bongo sénior yamaze imyaka 42 ku butegetsi akoresha amatora! None wumva abo bantu bataniye he n’intwaro y’umwami wacu Mwambutsa yadutwaye hagati ya 1915 na 1966? Murabivuga neza ko arivyo mushaka tugire referendum ku ngoma y’ubwami bihere biheze!

  6. Méthode de la recherche : pour une situation ou un thème donné, le chercheur prend soin de voir les résultats antérieurs des chercheurs qui ont traité le sujet et apporte sa contribution à partir de là où les autres se sont arrêtés. Il entre en contacte avec tous ceux qui ont traité le sujet pour savoir comment ils ont procédé pour arriver à leurs résultats.
    Dans la situation actuelle du Burundi: Les facilitateurs
    1) Monsieur Abdoulaye Bathily pour l’ONU (nouveau)
    2)Monsieur Ibrahima Fall pour l’UA (nouveau)
    3)Monsieur Richard Sezibera pour EAC (nouveau)
    4) Monsieur Ntumba Luaba pour CIRGL (nouveau)
    Désignés après le récent sommet des Chefs d’Etat en Afrique du Sud, quand est-ce que ces nouveaux venus ont-ils pris soin de voir tout ce qui a été fait dans les différentes réunions des Chefs d’Etats, des Ministres des Affaires Etrangères, des Missions diplomatiques, de l’ancien facilitateur, des contactes avec des Envoyés spéciaux etc.?
    Auront-ils de temps pour le faire ? Ou sont-ils venus avec une solution toute faite à imposer au Gouvernement Burundais ?
    Wait and see.

    • Stan Siyomana

      @Ntahitangiye
      1. Tous ces « hauts fonctionnaires » dans differentes organisations ont peut-etre une certaine expertise/formation en ceci ou cela, une certaine carriere (longue ou courte) avant de venir au Burundi, ont deja un personnel au bureau ou ils travaillent et (a l’age de la toile/internet) peuvent lire les rapports de ce qui a ete fait avant eux au Burundi ou ailleurs dans le monde.
      2. Et peut-etre que la crise actuelle au Burundi a besoin de son unique solution.

      • Monsieur Stan,
        Je me suis posé trois questions, que pourrait se poser tout chercheur sérieux. Je n’ai rien affirmé parce que le plus grand ennemi du mensonge est le temps. Le mensonge prend l’ascenseur et arrive vite pour faire des dégâts, mais la vérité prend les marches de l’escalier et quand elle arrive elle fait honte aux menteurs. C’est pourquoi j’ai terminé en disant « Wait and see ». Il se pourrait que je me trompe dans mes questions. Le temps va tout éclairer il n’y a pas de débat à faire.

  7. Jean-Pierre Ayuhu

    Chers tous,
    J’adore mon peuple, j’adore nos politiciens.
    Du temps d’Arusha, j’ai été un témoin privilégié pour avoir vécu ce moment, d’abord aux tractations au Burundi, puis ailleurs ( Arusha et ailleurs). Le pays continuait à bruler, les hommes et femmes continuaient à être massacrés. Qu’a fait cette communauté internationale pour ramener les politiciens burundais à cesser le carnage. Pas grand chose, si ce n’est la revanche de Buyoya contre ce peuple qui l’avait empêché d’accéder légalement au pouvoir…il est revenu illégalement en chassant ceux-là même que le peuple avaient légitimé, le Frodebu..
    En effet, dès le coup d’Etat contre Ntiba, les opérations dites villes mortes ont tout de suite cessé…5 personnes ont été pendues, 3 hutu, 2 tutsi et 1 mutwa et le tour fut joué…et Arusha, comme par hasard a fonctionné et les pourparlers ont abouti, et les hommes et femmes sont entrés massivement dans le parlement et un sénat, qui n’a jamais fait objet de discussion sérieuse, a vu le jour…

    Aujourd’hui, où voulons-nous en venir? Je n’en sais rien.

    Le problème, à la base, semble être le 3ème mandat. La société civile ( partis d’opposition qui ne disent pas leurs nom!) et les partis d’opposition ( très faibles et peu représentative en terme d’alternance!) ont appelé les gens dans la rue. Le constat est que la mobilisation n’a pas été à la hauteur des appels et des attentes…

    Une partie de la région de Mugamba ( Mugongo Manga et Mayuyu dans Mukike et de manière très marginale, Bisoro) ont repondu à l’appel. Ça c’est du côté rurale…

    Côté urbain, certains quartiers se sont illustrés ( Musaga, Nyakabiga, Ngagara principalement….)

    Du côté rural, comme du côté urbain des contestataires, ces endroits n’ont jamais été conquis par le parti au pouvoir…

    S’agissant du 3ème mandat, il doit faire l’objet d’interprétation par les institutions autorisées, la cour constitutionnelle en l’occurence. Celle-ci a validé la candidature.

    Faut-il alors faire intervenir l’ONU, l’UA, et bien d’autres?
    Du côté des oppositions, la réponse est oui car comme à Arusha, ce fut le seul moyen d’accéder à certaines postes de responsabilité et aux avantages qui vont avec, alors que le poids politique est nul…Nous risquons d’être dans ce registre aujourd’hui..

    Peut-on s’étonner que le CNDD-FDD et ses alliés brillent par leurs absences? Non, parce qu’ils n’ont rien à y gagner. Au contraire! L’assise politique est telle que « intsinzi nta nkeka » comme ils aiment bien le chanter.

    Il reste maintenant à penser solidarité et cohésion nationale…et cela ne peut qu’être d ela bonne volonté des uns et des autres car ce qui est imposé depuis l’extérieur demeure à un niniveau artificiel…voyons comment le concensus d’Arusha est entrain de voler en éclat aujourd’hui!

    Gira amahoro!

    • Wise

      AYUHU tu n’est pas constant mu vyo uvuga. Haraho ushigikira le pouvoir ahandi naho ukayivako. Maze iminsi nsoma ivyo wandika bikanyobera. Ngira ndakubwire ko ikibi ataho gishikana.

      • MINANI

        Aha tuhari kugira tuganire avec des arguments solides nti tuhari kugira dushigikire uyu canku uriya mu mafuti. Pouvoir ikozi iciza ni ukuyishigikira. De même opposition ikoze ikintu ciza cofasha igihugu ni ukuyishigikira. Yaba pouvoir canke opposition ou société sicile, uwo wese akoze amakosa canke ikintu kidateza imbere igihugu dutegerezwa kumwiyamiriza tutaravye uwariwe.

  8. Sacrifice

    Après avoir échoué dans l’éthnisation du conflit interburundais lié au 3è mandat, les Nkurunziza préfèrent aujourd’hui faire cavalier seuls.

  9. Sacrifice

    A Monsieur le Représentant Spécial
    de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine pour la Région des Grands Lacs et Chef du Bureau de l’Union Africaine à Bujumbura.
    Monsieur le Représentant Spécial,
    Au nom de l’ensemble des membres du parti CNDD-FDD (Abagumyabanga) ayant conseillé le Président Pierre NKURUNZIZA, au risque de perdre leur vie, à ne pas présenter sa candidature à sa propre succession en violation de la Constitution, de l’Accord de Paix et de Réconciliation d’Arusha de l’idéologie et des principes du parti, nous avons l’insigne honneur de vous annoncer que nous répondrons présents aux négociations entre toutes les parties au conflit conformément aux recommandations du Conseil de Sécurité de l’Union Africaine.
    Nous proposons
    1. Monsieur Leonidas HATUNGIMANA, chef de délégation
    2. Monsieur Pamphile MUDEREGA, membre
    Pour nous y représenter.
    Nous demandons que l’Union Africaine assure la sécurité à nos délégués et qu’elle en porte toute la responsabilité. Nous lui demandons également d’assurer tout ce qui est en rapport avec la logistique, le déplacement et leur séjour à Bujumbura.
    Veuillez agréer, Monsieur le Représentant Spécial, l’assurance de nos meilleurs sentiments.
    Pour l’ensemble des Bagumyabanga opposés au 3 ème Mandat
    du Président Pierre Nkurunziza
    Onesime Nduwimana

    • MINANI

      Vous les y déléguez en quelle qualité?

      • Baobab

        @MINANI
        « Vous les y déléguez en quelle qualité? »
        Vous voulez qu’on vous fasse un dessin?
        Ils seraient délégués en qualité de dialogueur! Pardon; plutôt en qualité de frondeur!

    • MINANI

      Excellence Honorable. Onesime,
      Nous avons admiré votre courage et votre bravoure quand vous avez pris le devant de la scène pour rejeter le 3è mandat. Même si je ne partage pas à 100 % certains points de vue autour du mandat (Mon point de vue est que la loi est floue en la matière), il est néanmoins plus que clair que beaucoup de Burundais souhaitent le départ de Nkurunziza, pour raison de sa gestion calamiteuse du pays qu’il a transformé en « champ privé » pour une équipe de courtisans. L’enseignement est foutu, l’économie, la paix, la sécurité, etc.
      Nous sommes nombreux à avions donc mis de l’espoir en votre mouvement croyant qu’il était salutaire. Cependant, notre confiance en vous a déchanté en vous voyant pactiser avec des manifestations violentes et destructrices. Des doutes sont alors nées quant à vos ambitions réelles: Entre postes politiques et le triomphe de la démocratie et la paix? Un vrai démocrate n’a pas le droit de s’allier avec du n’importe quoi car il y’ en a même qui luttent contre la démocratie! Un homme politique aguerri doit être capable de lire entre les lignes.
      Si au vue de nombreux votre mouvement constitue une alternative crédible, cependant, des jeux d’alliances que vous faites, dans les manifestations, dans les pourparlers ou en dehors, à cela DÉPENDRA VOTRE AVENIR POLITIQUE ET CELUI DE VOTRE MOUVEMENT.
      Abanyagihugu twaramaze guca ubwenge.

  10. Patriote

    @Maria Ntakirutimana: « alors que ce ne sont que quelques trois ou quatre quartiers de la capital Bujumbura qui s’opposent à lui»

    Maria Ntakarutimana, retourne ton raaisonnement sur le Cndd-Fdd, et dis-nous combien en terme de nombre, ils étaient au maquis à combattre tout un Pays et sa Population et institutions bien intégrés. Ils ne valaient mêmes le nombre de résidents des 4 quartiers que tu sous-estimes et pourtant leurs revendications ont eu un échos et ont été honorées. Pourquoi, alors ont ferait aujourd’hui la sourde oreille à les constataires en droit de refuser un 3è mandat qui n’est pas conforme à la Constitution nationale. Oui, le Burundi et les burundais ont connu enfin la Paix grâce aux Accords d’Arusha et une Constitution nationale qui respectent les droits et égalité du Peuple burundais. Pourquoi, alors le président Nkurunziza et son Cndd-Fdd, qui ont pleinement, voire même largement bénéficié/profité des dividendes de ces deux socles du Pays rédigés dans l’intérêt de toute la Nation, veulent aujourd’hui créer deux catégories de citoyens c.à.d. les préférés favoris du Président en exercice, et les opprimés à massacrer, à chasser, à museler, à immoler, à discriminer, à condamner à l’exil, et j’en passe. Dis-moi sincèrement pourquoi tu veux avoir un traitement différent à celui de ton compatriote alors que vous êtes tous égaux devant la Loi? Ce revirement de situation brusque et foudroyant envers les citoyens burundais souverains qui ne réclament que d’être traité comme des citoyens à part entière tiendrait de quoi au juste??? De l’amour du Peuple ou de l’égoïsme de Nkurunziza? Pourquoi estimes-tu alors qu’ils devraient accepter d’être réduits à néant par des dirigeants quand bien même ils seraient minoritaires à revendiquer leur droits et dignité? Si le respect de la Constitution nationale et Accords d’Arusha ne te disent plus rien, de grâce laisse les véritables patriotes se débarrasser, se défaire, se séparer, bref s’affranchir de l’emprise des antidémocrates, et ils vaincront parce que leurs contestations et revendications sont et restent légitimes!

  11. N.N

    @ Maria Ntakirutimana et les autres qui mentent comme ils respirent.

    Vous denigrez toujours les contestataires du 3eme mandat en les reduisant en quatres quartiers, mais en plus d’un impact qu’ils ont deja cause, ils vous poussent a parler et venir ici defendre le diable par des mensonges. Les contestataires du 3eme mandat son nombreux. Ils sont contre le 3em mandat illegal ni plus ni moins, et c’est leur droit. Comme c’est ton droit de defendre le diable. Ne cherchez pas a rajouter autres choses pour pouvoir leur refuser leur droit et les tuer.
    « car nous savons que toutes les églises chrétiennes enseignent des mensonges depuis la nuit des temps pour gagner la popularité en continuant à proclaimer qu’elles sont le seul rampart de l’humanité « . Ntaco mucubaha, d’abord tu commets un peche en utilisant le mot(toutes) et tu oses invoquer les versets bibliques, pourquoi te croire et pas ces eglises au moment ou tu affirmes que le Burundi n’avait jamais connu aussi des progres et que si jamais votre president est renverse il n’y aurait pas meilleur que lui (ha ha). Il y a les pauvres citoyens autour de toi qui n’ont pas encore fait le deuil des victimes du regime Nkurunziza , la liste est longue. Il y en a d’autres qui sont en train de mourir de faim et cela depuis dix ans pendant que vous voulez financer les fausses elections de vos propres poches remplies par les contribuables. Il y a beaucoup de citoyens qui croupissent injustement en prison, d’autres ont fui le pays, d’autre vivent en clandestinite suite aux menaces qui pesent sur eux , p.c.p mutabasha et tu pointes le doigt aux autres qu’ils ont  » une mechante haine » envers vous. Si tu as ete a l’aise pendant dix ans et que tu le reste aujourd’hui, himba uhishe, ureke gushinyagurira abarundi bayigorewe mwo, ni benshi. Ils souhaitent un changement et ce ne sont pas ces 4 quartiers comme vous le faire avaler a tout le monde.

  12. BUSORONGO

    Mr Mbonimpa n’a pas de prelogatives de donner des injonctions et des delais aux facilitateurs. Il s’est donne la joie de chasser le premier donc c’est le tour des autres de donner leurs avis. Et puis on voit bien que certains veulent un autre Arusha avec des perdiems y relatifs.
    Bonnes chances!

    • Chaise Vide Tete Vide

      haha!! Bandanya mwigira amanyama ngira ntimurabona ko ubu atakiri nka kera aho mwabesha ngo abenegihugu barabakunda cane. Urya mugambwe wa cndd fdd twarawugwaniye twese ariko kubera ubwigunge bwanyu raba ingene mwawugize. BAZOBATOZA INTOKE

    • Janvier

      Vous vous croyez plus intelligent que l onu qui a vu qu il est necessaire de nous envoyer Abdoulaye? Rappelez vs que jinnit s est desisté parce qu il n a pas ete a la hauteur de sa tache. Si vs denigrez arusha. Vos idées sont celles d avent arusha. Ainsi s avere necessaire pour vous un effort complementaire pour comprendre.

  13. kimeneke

    Muze tubuze ceni gutegura amatora munzira zose zibaho y compris la violence

    • MINANI

      Allez-y si tu en es capable. Mais alors, es-tu plus fort que les généraux Niyombare et Cyrille accompagnés du du fameux camp d’élites Muha? Je ne le crois pas mon ami. Ton appel semble être un cri de désespoir!!! Il faut espérer, mais pas penser au suicide quand même!!

  14. claude nahayo

    Sans la participation gouvernementale au dialogue aboutissant au consensus sur le calendrier électoral, je suis d’avis qu’il ne reste que deux moyens pacifiques pour empêcher ce forcing électoral prévu pour le 29 juin 2015 :
    Premier moyen : tous les partis politiques font les actions de résistance pacifiques suivantes : – 1) A partir du 27 juin 2015, manifester pacifiquement devant tous les 3200 bureaux de vote de la CENI situés sur tout le territoire national, – 2) A partir du 28 juin 2015, manifester en se couchant au milieu de toutes les routes (petites et grandes) et aussi couper des millions d’arbres au travers de toutes les routes du pays (petites et grandes) pour empêcher la circulation des véhicules de la CENI.
    Deuxième moyen : Si la première voie n’est pas adoptée, alors il faudrait que tous les partis politiques de l’opposition participent massivement aux élections du 29 juin 2015 pour obtenir ne fut-ce qu’une minorité de blocage au parlement.
    Si ces actions deux voies pacifiques ne sont pas faites, alors nous vivrons la conséquence de subir pendant cinq ans une législature monocolore d’un seul parti politique. Ce serait dommage mais ce n’est pas la fin du monde car cela existe aussi au Rwanda et en Ethiopie. A moins d’un dernier sursaut de sauvetage par le prochain Sommet des Chefs d’Etat de l’EAC prévu pour le 29 juin 2015, s’ils décident de faire reculer le calendrier électoral : mais sera-t-il alors trop tard ?
    Je dois préciser que, personnellement, je suis moralement et par principe, contre toute tentative de putsch, de rébellion armée et d’usage des armes à feu.

    • Nesmy

      Mr. Claude.
      Les deux premieres voies ne sont pas en principes pacififques. Faire des manifestations devant tous les bureaux de la CENI n’est autre que une fortem d’intimidation d’une section des burundais qui jugent necessaire de s’exprimer par votre secrte a travers les elections une fois la CENI parviens a les organiser. L’intimidation se figeant derriere une telle manifestation n’est donc pas pacifique.
      La deuxieme forme de manifestatinon n’est non plus par principe pacifique, car aussi suppose une forme d’intimidation du personnel de la CENI et encore du peuple desireux de s’exprimer en toute discretions a travers un scrutin secret. Couper les arbres sera une bavure en ajout car portant atteinte a l’environement que le gouvernement n’a pas pu vraiment proteger.
      Le pilier de la stabilite de notre nation est en realite a travers les elections. Que notre peuple , notre jeunesse, et surtout et surtout nos politiciesn puissent reconnaitre que desormais un pouvoir ne peut etre remplace qu’a travers le scrutin. Que surtout nos politiciens et la jeunesse qu’il nest plus le moment d’user de la force/violence par quiconque contre quiconque pour tenter de modifier le cour d’un scrutin car nous n’aquerirons la stabilite politique qu’a travers le changement de pouvoir faite uniquement a travers un scrutin secret.

      Comme vous je suis contre toute forme de violence, guerre , violation de droits de l’homme ou toute autre forme de contestation/ou expression politique succeptible d’enfoncer d’avantage notre pays dans une crise economique avec la pauvrete qui frappe notre population deja.

      L’opposition devra s’unir, mettre toute leur force ensemble pour participer massivement aux elections et battre le candidat du CNDD FDD car les elections restent le seul moyen de le faire sans porter atteinte a notre economie, sans perte de vies humaines, dans toute la liberte car vote secret….des observateurs independant devra venir partciper al’organisation de ces elections.

      Je retrouve en votre commentaire Mr Claude un patriote soucieux du bien etre de son pays au dela toute l’actuel polemique du troisieme mandat.

      A nous revoire le jour du scrutin.

      NB: excuser texte redige avec un ordinateur anglophone et j’ai pas pu y inserer les accents

  15. Chirasambwa

    On aura tout vu ! Le gouvernement boycotte le dialogue, sous prétexte que le Comité National pour la Déstruction de la Démocratie doit faire campagne électorale, alors qu’il empèche les autres partis de réunir leurs supporters, et les radios privés d’émettre ! Ces éléections seront une farce ! Même si personne n’y allait, la CENI inféodée au pouvoir déclarera la victoire de Nkuru I, jurant que tout s’est passé de manière « démocratique ». En 10 ans de règne de la corruption, de la peur et de l’impunité, Nkurunziza et sa clique ont suffisamment montré que le sort des Burundais est le dernier de leurs soucis. Tout ce qui leur importe c’est de rester « aux affaires », qui leur ont si bien rapporté jusqu’ici, pendant que la population crève la dalle. S’il les chomeurs, les affamés, les laissés-pour-compte manifestent, on pourra toujours les appeler « insurgés » et leur faire tirer dessus. Tant qu’on reste « aux affaires ».

    Je ne sais pas de nature pessimiste, mais voici le scénario qui me paraît de plus en plus probable, après la « victoire » aux « élections » : le pouvoir continuera à faire règner la terreur pour se venger sur tous ceux qui auront osé boycotter les élections, ou s’ »insurger » (manifester contre cette farce). La non-reconnaissance du gouvernement par les principaux bailleurs (Belgique, UE, Etats-Unis, Pay-Bas), qui n’accorderont plus d’aides budgétaires, entraînera une chute de 50% des revenus gouvernementaux, avec un effet négatif sur le paiement des salaires et les emplois des fonctionnaires. Bon nombre d’autres Burundai(se)s perdront aussi leur emploi, avec le départ des organisations partenaires . L’insécurité fera barrage aux investissements privés étrangers, baissant les revenus davantage. Tot ou tard, le nombre de réfugiés burundais dans les pays voisins, fuyant la terreur et la pauvreté, atteindra un seuil où ces pays se trouveront suffisamment sous pression pour réclamer l’intervention d’une force internationale (ONU ou UA , pour maintenir la paix au Burundi…

    Peut-être que les partis et organisations qui se trouvent autour du nouveau médiateur, en l’absence de représentants du gouvernement, devraient dialoguer sur un programme de gouvernement, un projet social, qu’ils s’accorderaient à exécuter ensemble s’ils arrivaient au pouvoir ? Il me semble que les discussions ne tournent pas suffisamment autour d’idées : le pays a besoin de leaders avec une vision. L’opposition devrait profiter de l’occasion d’être réunie autour d’un médiateur pour travailler sur une vision réaliste d’avenir pour un Burundi en paix.

    • roger crettol

      @Chirasambwa
      Peut-être que les partis… Tout à fait mon avis.

  16. Jean-Pierre

    A travers ce refus de dialogue, il y a du mépris. Nkurunziza et sa clique méprisent leur peuple. Ils méprisent en plus les financiers sans qui l’économie burundaise sera asphyxiée. Ils méprisent le monde entier parce que le désert politique installé dans leur tête leur fait croire qu’ils sont tout, qu’ils ont tout et qu’ils peuvent tout, sans personne à côté. Cela s’appelle une folie politiquement suicidaire. Ntawusomera induru zivuga atari umugwayi wo mumutwe kuko izo nduru atozumva canke arizo yoba akunda. Est ce que ces messieurs du CNDD-FDD ont vite oublié si vite ce qui les a poussés à prendre les armes? S’ils l’ont oublié, c’est qu’ils sont sans mémoire. S’ils attendent qu’on le leur rappelle, ce sera d’une manière qu’ils n’aimeront pas. Et on ne veut pas en arriver là!

    • Jean-Pierre Ayuhu

      Jean-Pierre,
      D’abord yambu sana…
      En réaction à l’article de Jean Marie Ngendahayo s’agissant de ce que vous appelez mépris, je lui faisais remarquer que les opposants à ce fameux 3ème mandat se concentrent autour de Mugamba ( Mugongo Manga, Mayuyu dans Mukike, et de manière marginale à Bisoro) puis dan sles quartiers de Musaga, Nyakabiga et Ngagara principalement…
      Si vous vous représentez le Burundi, est-ce que ces quelques endroits sont suffisamment représentatifs pour conclure à ce que vous appelez mépris du peuple?
      Le mépris du peuple viendrait plutôt de ce petit noyau de gens ( société civile, opposition et leurs financiers) qui veut ôter à notre pays, notre souveraineté car, cher Jean Pierre, la question de l’interprétation de notre constitution – si c’est ça qui pose problème- doit se faire par nos institutions, la cour constitutionnelle en l’occurrence..

      Soient fiers de vous bon sang. Si cette insitution est défaillante, allez au eléctions, gagnez-les, et corrigez les erreurs!
      Sinon, demain vous allez appeler l’Onu à chaque fois que quelqu’un tapera sur sa femme ou que deux brigands se bagarreront dans la rue.

      • Tijos

        Mr Ayuhu, n’oublie pas que la court constitutionnel a pris la decision sous menace de mort. Et c’est comme ca que le CNDD-FDD a dirige le pays pendant 10 ans: la terreur, les tueries, le mensonge et le vol des deniers publics

  17. kindros

    umucanwa ugiye kwaka Barundi , ; Hussein Radjab- Niyombare- Leonidas Hatungimana-Sinduhije-Rwasa, n´abaGamba n´abanya Bururi… iyo rebellion mwumva izoba imeze gute mwabantu mwe???!!!

    • MINANI

      Ntukagire ubwoba. Rebellion igiyeho ikozwe n’abantu bahuriye kw’ishavu n’inyota y’ubutegetsi gusa, ntanakimwe ivamwo atari ukwica abanyagihugu gusa. Muri Lybe ubona vyagenze gute? Kadhaffi baramwishe ariko abanyagihugu ubu baramwipfuza. Muri République Centrafricaine, SELEKA yarafashe ubutegetsi Bozizé baramwirukana. Séléka ntivyayinaniye gutwara ikomoka? Abanyagihugu hari amahoro bafise? Démocratie hari ihiyari? Ndakurahiye ko abo bose bagiye hamwe bahakwa ahubwo gusubiranamwo. Amahoro nyakuri tuzoyahagwa n’ibiganiro n’umwumvikano. Atari ivyo, ni ukurindira ko haboneka iyindi ncungu nka Ndadaye. Aho naho, abazi gusenga ni muje kumavi kuko ni inkomezi z’Imana zonyene zobikora.

    • karundi

      Une rébellion spontanée est vouée à l’échec.
      Ko muzi ubwenge, tora uwoba Chef w’abo bantu!!! Abagamba ko bahora mu masentare no mu mabanki bashwadutse gute baja muri politique,!!! biraburiye, bibagiye ko Uta umwuga ukaba utaye abana
      Rebellion y’abo bantu nta kizovamwo, mugabo akajagari koko karabona

  18. Bayubahe

    Nkurunziza use de sa position hiérarchique pour aller de l’avant avec sa candidature et mandat forcés. Il a aussi le Pays et le Gouvernement en main. La Population est obligée de se plier à ses ordres et directives, et devrait, bon gré mal gré, voter pour Lui. Nkurunziza compte également sur une armée et police Cndd-Fdd fidèles à lui et difficile à raisonner. Tout ça c’est des facteurs qui favorisent son entêtement et forcing à briguer un mandat inconstitutionnel. Mais, si on pousse un peu plus loin, il y a à se demander comment en bout de ligne, Nkurunziza arriverait à lui seul avec évidemment le peu de moyen monétaire à sa disposition prendre en charge tout cet arsenal à sa rescousse? Renoncer à sa candidature, il ne veut pas; le dialogue sur son cas désolant, il ne veut pas; la transition, on n’en parle pas. Finalement, la seule piste de solution qui reste pour le dissuader de toute cette machination, c’est de lui imposer un embargo, s’il n’est suffisamment riche pour entretenir l’arsenal Cndd-Fdd Nkurunziza, et puis on verra comment il s’en sortira !

  19. MINANI

    Qui vivra verra!!!! Le 13 mai c’était la même chose dans les têtes des gens mais hélas!!! ça c’est le dernier pénalty de l’opposition. Si elle le rate, ou s’il est arrêté ou tapé à côté, ça sera bye bye la transition tant espérée!!!!. Une chose intrigue quand même. Aucun parti politique de l’opposition, ni un indépendant, ne s’est encore retiré officiellement des élections de ce lundi 29 mai!!!!!!. Même le dur Sinduhije reste bel et bien tête de liste du MSD en mairie de Bujumbura à 5 jours des élections que l’opposition conteste.
    Que seuls les esprits faibles se laissent duper. Vous serez étonnés de voir Certains de ces ténors de l’opposition (surtout ceux qui ont eu la chance d’être tête de listes) aller voter lundi dans l’espoir d’être député!!!!!!!! De plus, on voit déjà la ruse de Nkurunziza: La seule arme qui pouvait l’arrêter était le manque de financements. S’il a déjà l’argent, il va organiser les élections coûte que coûte. Après, il va accepter de dialoguer pour un Gouvernement d’Union nationale. On a vu la scénario ailleurs, c’est pas au Burundi que ça va échouer. Surtout que certains individus de l’opposition ne vont pas refuser les postes que leur seront proposés.

  20. Jambo

    La communauté internationale doit savoir que le mépris ,l’intimidation et la violence sont les seuls langages que connait le camp présidentiel.Les négociations ne réussiront jamais avec eux. Dépité,j’arrête d’écrire des post sur la crise tout en continuant à lire l’actualité du site Iwacu et espérer néanmoins les lendemains meilleurs pour le pays.

  21. Theus Nahaga

    Ne rêvons pas Nkurunziza et son gouvernement ne viendront pas dialoguer. De quoi veut-on qu’ils parlent: la candidature au troisième mandat qui est le problème parce que contraire à nos texte fondamentaux est pour eux non négociable. Je ne vois pas ce que Nkurunziza viendrait négocier.
    Pour les autres, il va falloir savoir s’organiser pour demander à toute la population burundaise sur les collines ko batera ivyatsi Nkurunziza et son gouvernement. Il va falloir apprendre à résister aux provocations du gouvernement Nkurunziza pour ne pas donner dans le piège qu’il veut nous tendre.
    Pour tout dire, personne n’a besoin de Nkurunziza et son gouvernement, mais les autres acteurs peuvent se rassembler et développer une stratégie qui pourra peut-être pousser Nkurunziza et sa clique vers la sortie. Je vois une piste: parvenir à ce que personne n’aille voter. Les gens pourraient aller prier dans les églises, les temple et les mosquées par example et refuser toute coopération avec le gouvernement Nkurunziza.

    • roger crettol

      @Theus Nahaga
      Je pense que l’effort requis pour pousser le président vers la sortie pourrait être prolongé, et demander des renoncements de la part de l’opposition.

      Il faudra se concerter sur une politique, une vision qui déborde un peu du cadre des ambitions personnelles et présenter cette vision sur les collines, dans un langage et avec des objectifs compréhensibles. Ce qui veut aussi dire qu’il faudra dompter le CNDD-FDD (merci à la communauté internationale pour son appui) pour retrouver une liberté d’expression et de réunion. Et (ré)inventer les codes d’une communication respectueuse et véridique, vierge d’invectives et de désinformation.

      Je dis sans invectives, et m’en mords les doigts. A mes heures, je manie l’invective avec un plaisir coupable…

    • MINANI

      C’est ça l’erreur que vous avez commise et vous continuez à vous enfoncer dedans. Si vous aviez pris la décision de vous unir en un seul bloc pour aller aux élections derrière un seul individu pour toute l’opposition et la société civile + les frondeurs, vous auriez été sages. Maintenant, après le putsch manqué du 13 mai, sachez que les masses de la campagne que vous invoquez vous soupçonnent déjà d’avoir d’autres mobiles que politiques. Pire encore, le jet de grenades qui commence vous éloigne trop loin des populations rurales qui, se rappelant du passé récent, va vous assimiler à autre chose. Vous ne cessez d’accumuler des erreurs qui vont coûter trop cher à votre mouvement, et qui donnent malheureusement du poids au camp Nkurunziza qui de plus en plus va être considéré comme le recours protecteur pour les masses rurales.

    • MINANI

      Croire que les gens n’iront pas voter, on a le droit de rêver. Les gens perdent du temps et de l’énergie pour rien. A l’heure qu’il est, mieux vaut penser aux actions après les élections. Le reste n’est que que chauffer les méninges pour rien. Si l’EAC donne son accord, les élections auront lieu bel et bien. Les menaces de l’UE et de la Belgique n’ont plus de poids étant donné qu’elles ont déjà suspendues leurs aides. Que peuvent-elles encore? Seule l’EAC, en brandissant la menace de l’embargo, peut faire fléchir le pouvoir de Bujumbura. En sachant aussi qu’à la fin, si l’EAC reconnaît les résultats des urnes, même les autres finiront par les reconnaître. On recommandera seulement à Nkurunziza de former un Gouvernement d’Union Nationale avec l’inclusion des opposants. Le tour sera déjà joué!

      • Ukuri

        @ Minani ! Tes analyses sont tres tres profondes et refletent les realites du moment !!!! Le tout sera joue par l’ EAC !!! Si les voisins te soutiennent ou t’ abandonnent , l’ AU , l’ ONU, les occidentaux, cela ne veut rien dire !!! Regarde bien : Faure Gnassimbe du Togo a ete elu pour un troisieme mandat ,et personne ( les occidentaux) n’ a bronche (meme les grands donneurs de lecon ont eu bouche cousu)e !! Ali Bongo fera de meme, Kagame fera de meme , Museveni est President a vie, Mugabe est President a vie !!!!!! Cette intimidation de coupure d’ aides, de refus de visas aux hautes autorites du pays, de geler leurs avoirs a l’ etranger, de menaces d’ inculpation par la CPI, etc……ce ne sont plus que des chansons demodees du 20 e siecle !!!!!!!! Ces Occidentaux ne pensent qu’ a suvegarder leurs interets et ne peuvent pas se passer des pays africaind, car eux aussi en dependent , notamment la Belgique et la France qui jouent le role paternaliste en Afrique Centrale !!! Quand on fait la revolution ou un changement politique, ce sont les cotoyens eux-memes qui, comme un seul homme, se levent et disent « : assez c’ est assez !!! Ne comptez jamais sur un etranger pour faire ordre dans ta famille . Opposition Burundaise, UNISSEZ-VOUS pour une meme cause, sinon, les interets et ambitions personnelles des leaders n’ aboutiront qu’ a l’ echec !!!!

    • Ukuri

      @ Theus,

      Comment allez-vous contraindre les gens sur les collines de ne pas aller voter ??? Avez-vous les moyens de les convaincre ou les y contraindre ????Si vous n’ avez ni TV privee, ni radio ou autre voie de communication, comment allez-vous , dans si peu de jours qui restent avant les elections, parvenir a passer ces info pour les dissuader ou les empecher d’ aller aux urnes ? Ceci est pratiquement impossible ????? Il faut voir la realite en face : si l’ opposition et la societe civile n’ ont pas pu emmener la population Burundaise en grandes masses dans les rues lors des manifestations qui ont deja avortes excepte dans ces quartiers contestaires de Bujumbura la Capitale, cela veut dire ce que ca veut dire !!! Ce fut un ECHEC, il faut l’ avouer . Comment alors reussir ce coup dans seulemnt quelques jours qui restent ???? Le plus grand conseil est celui-ci tel que dit ci-dessus : les partis politiques de l’ opposition participant aux elections devraient signer un memorandum d’ entente et presenter une liste unique des candidats de leur choix a tous les echelons des elections, et surtout aligner un Candidat Presidentiel Unique agreer a l’ unanamite et par entente . De cette facon, vous montrerez a vos supporters et la population Burundaise ( l’ electorat) que vous soutenez une meme cause a travers un candidat unique !!! Je vous assure qu’ a partir de cette entente, vous allez battre le CNNDD au niveau parlementaire et meme presidentiel ! Oubliez les communales car le CNDD va y avoir certainement une majorite ecrasante.

      • Theus Nahaga

        @ Ukuri
        Si vous lisez bien vous verrez que je n’ai jamais dit contraindre mais convaincre. La différence est vraiment de taille

  22. roger crettol

    Désespérant.
    On s’enfonce un peu plus dans l’autisme et le déni des réalités – sociétales, politiques et budgétaires. Jamais la cape de « sauveur de la nation » n’a été plus mal portée.

    Quel est l’objectif, en fin de compte ? Provoquer la part de société extérieure au CNDD-FDD jusqu’à ce que les évènements permettent enfin de décréter l’état d’urgence ? Quel cynisme !

    L’ambition inavouée de ce président est-elle de prendre place sur l’estrade à côté de Micombero ?

  23. Tchima

    Je crois qu’il est grand temps d’arrêter ces DD et leurs sympathisants une fois pour toute. Ils veulent précipiter notre pays dans une obscurité où il sera très difficile de l’en sortir.

    • Maria Ntakirutimana

      Je ne comprends pas comment certaines personnes prétentent que tous les burundais veulent rien savoir de Pierre Nkurunziza, alors que ce ne sont que quelques trois ou quatre quartiers de la capital Bujumbura qui s’opposent à lui. On aura beau à dire n’importe quoi sur son 3eme mandate, mais nous savons, nous le bas people, que le Burundi n’avait connu autant de progress que ce que nous voyons sous le regne de Pierre Nkurunziza. La violence et les mensonges qui entourent les revendications des opposants à ce 3eme mandat, montrent bien à quel point ils ont une méchante haine contre lui. S’ils parviendraient à leur ambition de le renverser, je ne crois pas qu’ils seraient meilleurs que lui. Si les églises se melent de cette affaire politique, cela n’est pas étonnant, car nous savons que toutes les églises chrétiennes enseignent des mensonges depuis la nuit des temps pour gagner la popularité en continuant à proclaimer qu’elles sont le seul rampart de l’humanité. Ils vont meme jusqu’à mentir contre Dieu et son Fils Jésus( 2Thessaloniciens 2: 3-9)
      Il est écrit dans la Bible en Kirundi: Kuk’umwami yizigira Uhoraho, kubw’imbabazi z’Uwusumba vyose ntazosegenyeshwa (Zaburi 21:7)

      • Yves

        De quels progrès parlez-vous au juste ? La progression vers plus de corruption, comme l’attestent plusieurs rapports sans doute. A moins que non, vous faisiez plutôt référence à l’indice de développement humain, dans lequel le Burundi n’est désormais plus que devant le Congo et la Somalie… le ‘superbe’ bilan que voilà. Je présume que avez fait l’école du rire

    • Comment ? Si vous allez les arrêter sans avoir les moyens suffisants pour le faire, ces DD et leurs sympathisants risquent de vous arrêter.

    • MINANI

      Qui va les arrêter? Celui qui les a pas arrêté quand ils étaient au maquis peut-il le faire maintenant? Si les blindés ont échoué le 13 mai, peut-on les arrêter avec les mains vides? Il n’existe qu’une seule voie pour arrêter les DD: Les URNES. Tant que vous refuserez d’aller aux urnes, les DD seront toujours là, que vous les aimiez ou que vous les haïssiez. Celui qui a inoculé le virus de « Transition » dans l’opposition burundaise fait partie de ceux-là qui ont tué notre démocratie. Il n’existe aucune voie de remettre le pays sur la voie d’une démocratie véritable qui ne passe pas par les urnes.

      • RUGamba rutaganzwa

        L’argument avancé pour justifier la politique de la chaise vide est que le CNDD-FDD est en campagne pour les élections…! Mais campagne avec qui puisqu’ils n’ont aucun concurrent… ? Mu kirundi bavyita gutamba ukirorera… ! C’est le règne de la violence, du mensonge, de la ruse et des tricheries de toutes sortes pour s’accaparer du pouvoir sans discussion aucune… ! Tout cela n’augure rien de bon en termes de stabilité politique du Burundi et de sa prospérité… ! Il est très difficile de s’imaginer que des gens qui sont arrivés au pouvoir dans un contexte de guerre civile et de souffrances sans précédent du peuple burundais allaient nous faire encore une fois basculer dans l’horreur après 10 ans de gouvernance politique calamiteuse.. ! Uwarushe ntaruhuka… !

    • seruka mu matoro

      Hanura abakeba baje mu matora!! Ivyari imagera vyaragerutse. Bwira uwo FrancAfricains asubire iwabo.

Publicité