Justice

Report du procès en appel des putschistes

07-03-2016
Arrivée à la Cour d'appel de Gitega des    prévenus encore en détention.

Arrivée à la Cour d’appel de Gitega des prévenus encore en détention.

Pour raison de mise en état du dossier, l’affaire a été remise au 11 avril. La chambre judiciaire de la Cour suprême a siégé à Gitega, ce lundi 7 mars, dans le procès en appel des 28 personnes poursuivies par le ministère public pour participation au putsch manqué du 13 mai 2015.

Le siège devait traiter le cas des conclusions non encore transmises à toutes les parties et même à la cour. Les généraux Cyrille Ndayirukiye et Zénon Ndabaneze ont soulevé la question de leurs avocats récusés en première instance par la cour. Le siège leur a demandé d’en chercher d’autres. Le ministère public a demandé que le dossier d’appel des trois parties soit fondu en un seul. Ces parties sont : le ministère public lui-même, les condamnés et la partie civile : radio Rema Fm, le parti Cndd-Fdd, la police nationale du Burundi et les forces de défense nationale.

Deux personnes acquittées par le premier juge manquaient à l’appel. Il s’agit de Richard Hagabimana et de Déo Ngabirano.

Signalons aussi que toutes les parties se disent satisfaites de la conduite de l’audience. Des observateurs nationaux et internationaux assistaient à l’audience qui a duré deux heures. La population de Gitega ne s’est pas déplacée massivement pour suivre le procès. Mais la cour avait pris soin d’installer des haut-parleurs à l’extérieur de la salle d’audience.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité