http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2017/10/ICCO-COOPERATION-17-OCT-TDRs-pour-recrutement-dun-Consultant-en-Microfinance.pdf
Vérité, Reconciliation, Justice

1995 : massacres à l’Université du Burundi. La genèse …

29-07-2013

A l’occasion de la commémoration du 18ème anniversaire des massacres qui ont eu lieu à l’Université du Burundi dans la nuit du 11 au 12 juin 1995, une polémique est née sur la responsabilité des uns et des autres, mais aussi sur le bilan exact des étudiants tués. Iwacu a tenté de comprendre ce qui s’est vraiment passé, les causes et les conséquences, recueilli quelques témoignages, interrogé certaines autorités de l’époque.*

Des cadavres à la gare du Nord.... Non loin de là, une barricade des « Sans Echec » ©droits_réservés

Des cadavres à la gare du Nord…. Non loin de là, une barricade des « Sans Echec » ©droits_réservés

A l’origine, des « Sans Echec » et « Sans Défaite ». Un phénomène urbain devenu machine à tuer. Avant d’arriver au campus, la violence régnait dans la ville. Les jeunes prenaient les devants lors des opérations dites « Villes mortes », érigeant des barricades, rançonnant et tuant des passants au faciès jugé différent. Hommes de main des politiciens radicaux, ils procèderont à l’épuration ethnique dans différents quartiers de la
capitale avec comme corollaire la balkanisation de la ville.
L’association ’’Organisation Jeunesse Future’’ (OJF) créée en 1992 regroupant des jeunes étudiants Hutu et Tusti épris de paix tentera de ramener cette jeunesse enragée à la raison. « Avant qu’ils ne fassent régner la terreur, ne deviennent des tueurs à gage et ne s’adonnent aux lynchages, aux assassinats politiques, au pillage et au vol des jeeps des organismes internationaux, ces jeunes désœuvrés Tutsi, Hutu, Congolais, Rwandais, Maliens, Sénégalais, sont organisés en gangs urbains à l’américaine sans identification ethnique au départ. C’est longtemps avant la crise de 1993. Ils boivent, fument, commettent quelques vols pour avoir de quoi se payer une bière et quelques joints et le cycle recommence », témoigne Teddy Mazina, photojournaliste, ancien membre de l’OJF.

Ces groupes se développent avec le phénomène des « Ligala », un rassemblement des jeunes désœuvrés du quartier. Le terme est emprunté du tube en vogue à cette époque « Legalize it » de Peter Tosh, une allusion à la marijuana. A Bwiza règnent les « Sans Défaite », ils ont leur grand « Ligala », non loin de l’église Saint Michel, l’endroit était connu sous le nom de « Sabena ». Ce sont des Tutsi, Hutu, Congolais, Rwandais, Maliens, Sénégalais, à l’image de leur quartier cosmopolite.

A Ngagara, raconte-t-il, il y a le groupe « Sans Echec ». Le gang aurait été créé en réaction au groupe de Bwiza de jeunes marginaux, recalés. Il y aura aussi un peu plus tard un autre groupe à Buyenzi les « Six Garage », en référence à leur célèbre avenue jonchée de carcasses de voitures accidentées à réparer ou abandonnées. Ils essayent de repousser les quelques assauts lancés contre leur quartier par des jeunes venus du quartier Jabe.

Lors de la première commémoration des massacres de 1995 à l’Université du Burundi ©droits_réservés

Lors de la première commémoration des massacres de 1995 à l’Université du Burundi ©droits_réservés

Et c’est quand ces deux principaux gangs commencent à se rentrer dedans qu’intervient l’association OJF pour dire à ces jeunes de penser plutôt à leur avenir : « Parmi les membres de cette association, il y a par exemple Gloria Bimazubute, Jean Muvayo, un cousin du patron du Service national des renseignements que j’ai accueilli chez moi car ne pouvant plus aller à Kamenge. Je peux citer Eric Uwintwaza qui a évolué dans le monde associatif et il y a également Aloys Niyoyita et Gérard Nzohabona alias Franck Kaze qui deviendront journalistes.», se rappelle Teddy Mazina lui aussi évoluant dans le monde des médias. C’est quand des armes ont été distribuées à ces jeunes que la situation s’est empirée.

Avec la crise, ces jeunes sont instrumentalisés. « A Ngagara, ces jeunes sont gavés d’idéologies radicales véhiculées par le journal Carrefour des idées, qui devient leur Bible. Les politiciens d’obédience tutsi les utilisent pour faire pression sur le gouvernement afin d’avoir quelques postes », affirme Teddy Mazina : « Mais c’est à partir de 1994 quand des armes ont été distribuées à ces jeunes que la situation s’est empirée, leur mouvement a pris une toute autre dimension. Le gang du départ devint une milice », fait savoir Teddy Mazina. Il poursuit son récit : « Ces jeunes devenus paranoïaques, qui veulent défendre leur quartier, n’attendent plus les ordres des leurs patrons qui leur laissent au passage un peu d’argent.

Mais ils prennent des initiatives, embrigadent les jeunes des autres quartiers comme Nyakabiga, Jabe, Mutanga Sud et Musaga. Quelques étudiants du Campus Mutanga suivent le courant ».

Vox Clamantis in deserto

« Notre association ne cessait de dire à ces jeunes d’arrêter leur sale besogne, que le système allait les broyer, un à un. C’est ce qui s’est passé, le reste est de l’histoire. Au lieu de suivre nos conseils, ils nous menaçaient de mort. Craignant pour notre sécurité, l’association a cessé d’exister faute de membres », se désole TeddyMazina. Plusieurs membres prendront le chemin de l’exil.

D’après cet ancien membre de l’OJF, des caisses de grenades et d’armes à feu venues des casernes militaires débarquent le soir pour être distribuées. « Ces jeunes acquièrent un pouvoir incontrôlé et ce, face à un régime faible. Avec la crise rwandaise, les approvisionnements en armes se multiplient et quelques déserteurs viennent gonfler les rangs de ces bandes », souligne Teddy Mazina. Par après les « Sans Défaite » vont se scinder en deux : il y a un groupe à majorité tutsi qui rivalise avec un autre situé à la 7ème avenue Bwiza, les ’’Chicago Bulls’’ infiltré par des jeunes militants du parti SahwanyaFrodebu.

Les « Sans Echec » essaient de convaincre leurs amis de Bwiza de procéder au nettoyage de leur quartier mais ces derniers leur rétorquent qu’ils n’ont pas d’« outillage », se rappelle Teddy Mazina. « C’est quand ces jeunes de Bwiza reçoivent des armes qu’ils attaquent et pillent la 9ème avenue avec l’appui des « Sans Echec » venus des autres quartiers », se rappelle cet ancien membre de l’OJF.

Teddy Mazina, photographe ©droits_réservés

Teddy Mazina, photographe ©droits_réservés

Campus Mutanga, le dernier verrou

Selon lui, l’étau se resserre à ce moment sur le campus Mutanga qui reste comme un îlot au milieu de quartiers tutsi. « Et ce n’est pas tout. Ce campus est poreux, la clôture actuelle n’existe pas à cette époque », note Teddy Mazina. Ce campus se radicalisait de plus en plus. Certains étudiants Hutu sentant le danger venir prennent le large, mais d’autres restent.

Selon un autre membre de cette association, le 11 juin 1995, lors d’une kermesse au Lycée du Saint Esprit tout se gâte avec l’irruption d’un groupe de « Sans Echec » armés. Ce jour le drame éclate au campus Mutanga : « Il y aurait eu trois personnes tuées dont un membre de ces « Sans Echec ». C’est la garde d’un dignitaire du Frodebu de passage à cet établissement qui aurait tiré sur ce jeune. Le groupe s’est par la suite dirigé vers le campus Mutanga à la poursuite d’un étudiant qui avait pris part à cette kermesse et la nuit tombée, l’innommable a été commis ».

  58   Vos commentaires
  1. Ben, dis donc

  2. Ben dis donc

  3. johnbebe

    @Teddy Mazina,
    Ndagusavye ntusibire guta umwanya wishura abo bantu ba Jahamar n`aba Denis etc…Bariko baragutesha umwanya kuko bavuga ivyo batazi, wewe uratanga n`amazina, bo nta numwe bazi, ni batenge version yabo sans toutefois dire que ton temoignage n`est pas credible.

  4. Anonymous

    1. Qui a distribue les armes aux sans echecs, sans defaites????? Teddy doit avoir le courage de pointer du doigt a cette realite au lieu de sauter sur le Rwanda (ex-Far)!!
    2. Les reunions se tenaient a Ngagara Q 2… chez l’auteur du journal « :Le carrefour des idees » un journal Pro-uproniste de ce temps!! Apres elles ont ete deplace pour d autres lieux!! J’ ai fait une sensure personnelle ici!!!
    3. Pourquoi Teddy n a pas mentioner un autre groupe de »Public ennemis » de Buyenzi!! et qui etaient derriere la destruction de Buyenzi??
    En conclusion, je trouve que ceci est une facon de tester la temperature d opinion locales sur cette histoire!! Alors sachez que nous, les victimes sommes encore la, les memoires sont encore fraiches!! A vous de decider! Salut!!

  5. Burundi

    A quand IWACU enquetera sur les massacres de Buta, Bugendana, Teza? A quand enquetera-t-il sur les innocents tués dans les bus à Bugarama? Quand enquetera-t-il sur la mort de Ndadaye et Mgr Ruhuna? Sinon, on risque de comprendre sa position face à ce qui s’est passé depuis 93

    • GAKIZA

      je veux aussi vous rappeler d autres endroit où il eut l hécatombe des burundais Kamenge 1993-1995 juillet, gasorwe 1994, uvira 1996 , Le journaliste Alexis Bandyatuyaga et autres millions Stade Prince louis 1994 . Comprennez que nous avons tous perdu et regardez vres cet avenir Prometeuse!

  6. Mandela

    Je regrette qu’Iwacu n’a pas poste mon témoignage sur Teddy avec qui j’etais dans OJF.

    Sorry but is not good.

    • Mandela

      No sir, do not lead me upon the garden path. J’ai fait ma reaction depuis hier!!!! Il vous prend combien de temps pour sensurer 10 ligne. Remarque je vous ai precisee que je suis moi meme journaliste. S’il vous plait nabivuze nshaka kubwira abavuga ko Teddy ari un extremiste ou qu’il prend parti pour leur inviter a ne pas faire des jugement aussi rapide.

  7. abruzi

    Mr Teddy est plus à féliciter qu’à blâmer.
    Quelque soit ce qu’on pense de ce qu’il apporte, lui au moins il l’apporte .
    Il témoigne à visage découvert, avec son nom et son prénom bien visibles.
    La plupart d’entre nous ne donnons nos contributions que caché derrière un Pseudo.
    C’est qu’en vérité il faut beaucoup de courage pour parler de ce qui s’est passé au Burundi!
    D’ailleurs, aurons-nous réellement le courage d’aller témoigner devant la CVR si une fois elle était mis en place?
    N’allons-nous pas être terrorisé par le qu’en dira-t-on, au risque de laisser les mensonges passer en lieu et place de la vérité?

    Remarquez que le témoignage de Teddy est équilibré et , n’en déplaise à quelques uns, il sens la sincérité contrairement à celui de Madisisha Willy par exemple dans un autre article.
    On sens que même en donnant ce témoignage(qui n’est pas complet), il lui a fallu beaucoup de courage, comme il en a d’ailleurs eu à l’époque des sans échec ,sans défaite et autres.
    Même s’il laisse certains points d’ombre(comme les noms des membres des différentes milice,les livreurs d’armes,…..), on sens qu’il peut témoigner plus le moment venu!

    Encourageons les autres à faire de même et alors on aura un début de sincères échanges sur notre passé, vrai source de réconciliation!

  8. JOHN

    Nibaza nanje ko tutosubira kwirengagiza ivyabaye kandi ntidushobora guhariranira ikivuga kuko hariho abataco bagira mugabo guharira tuzohariranira twamaze kumenyana ababikoze nababikorewe. Hama leta nive hasi ireke kuvyirengagiza kuko vyarashitse kandi vyarabaye nubu biriko bisubira rero nibihagarike hama ivyabaye bije ahabona nababikoze tubaharire tuabazi kuko abapfuye ntabo tuzogarukana kandi ababikoze babikuye ku mutima babihanirwe.

  9. abruzi

    Hama irya photo ya gare du Nord, Nibaza ko yerekana canecane Ibikorwa bigayitse vyakorewe abanyakamenge n’ingabo za Bikomagu(Canke Aba Gendarmes ba Bayaganakandi) au mois d’Avril 1994, aho bagandagura bunyamaswa abantu barenga amajana abiri(Abana, Abagore , Abatama n’abagabo) babasanze mu mazu ata birwanisho bafise, mu kubagandagura hagakoreshwa canecane imbugita zimwe bita « Baïllonette ».

    Mu nyuma abarokotse kw’icumu ni bo babakuye mu mazu babatondesha kw’ibarabara kugirango amakungu n’abarundi bamenye ivyabaye ntibihave biba akamizwe n’ingoma!

  10. nzarabu

    Harageze ko twese abarundi dukurira hasi rimwe
    tukagaragaza abagize ubwo bwicanyi ndetse hakaba amatohoza akwiye kugira abavyeyi babuze bahozwe.

  11. abruzi

    Cher Compatriotes,
    Je vous invite à savoir analyser les choses sans vos émotions! L’homme étant par nature subjectif, il l’est encore plus quand ils est plein d’émotions et qu’il ne fait aucun effort pour les dépasser.

    Prenons un exemple : Denis dit :
     »
    Comment pouvez-vous donner la parole à une personne comme Teddy Mazina pour commenter des événements pareils et ce même si il est un témoin direct des faits? Cet homme n’a aucune crédibilité à mes yeux et aux yeux de pas mal de gens. Pourquoi? Personne ne l’ignore c’est un Tutsi. Comprenez-moi tous les Tutsi ne sont pas mauvais, ma propre mère est Tutsie, j’ai des amis Tutsi…mais je sais une chose Teddy Mazina est une personne qui n’aime pas les Hutu, il suffit de parfois l’entendre, voir ses posts, et voir l’admiration qu’il a pour le cher Kagamé pour comprendre que ce n’est pas quelqu’un de très bien.
     »
    Au lieu de montrer en quoi ce que dit Teddy est faux, on s’attaque à sa personne. Mon avis est qu’indépendamment de ses croyances et de son passé(que je ne connaît pas), son témoignage a sa place à moins que quelqu’un amène des preuves du contraire!

    De plus en accusant une personne, soyons précis. Exemple nsabiyumva edward dit :

     »
    ntamuntu numwe womuburundi atazi ko Madirisha yagize uruhara runini mubwicanyi bwabereye mugisagara. nibareke kwirirwa barabesha kuko intahe irabarindiriye kubokera mugahanga.
     »
    Il aurait été plus intéressant d’être plus précis comme KABADUGARITSE , UMURUNDI et certains autres ont fait. Là au mois l’interessé sait comment se défendre et les autres savent de quoi on l’accuse.

    Et pour Ciza, Bravo pour cet observation :

    « Il est a deplorer l’ignorance hutue. Si l’actuel president est un rescape de ces memes massacres, au moins il se souvient de son predataire. Mais ou est la justice? »

    Autrement, je n’ai pas les mots pour féliciter et encourager le journal Iwacu. C’est un journal qui brise les tabou. Qu’il dise vrai ou pas, qu’il penche ou je ne sais quoi encore, on ne pourra pas lui denier le mérite qu’il va là où les autres ne s’aventurent pas. Il est comme les pionniers de l’époque moderne qui , malgré qu’on disaient que l’Afrique est cannibales et autres affirmmations réelles ou supposées, ils n’ont pas eu peur et sont venus explorer une Afrique noire de forêts, terrifiante et Inconnue. Poussés par la soif du savoir, Ils n’ont pas hésité à faire le tour du monde en bateau sans être sûr qu’ils arriveraient un jour.C’est ainsi qu’ils ont eu le courage d’explorer l’arctique et la très inhospitalière Antarctique.

    Iwacu est un journal qui va très loin: il va là où les autres ont peur d’aller. Il suscitent un débat qui, si nous Burundais saisissons la balle au bond peut nous guérir. Et personnellement je ne peux que l’encourager ! Allez-y. Enquêter sur tout. Le Putsh de 1993, Les massacres qui s’en sont suivi, l’épuration dans les Lycées, Les exactions exterminatrices des militaires de l’époques qui ont renforcés la rébellion naissantes(Kamenge, Kinama, Bubanza…), les actions revanchardes de la rébellion(Musaga,Teza, Bugendana,…),Parlez-nous de Buta, de touts ces évènements qui ont façonné les convictions de toute une génération(Pardon, de toute une nation) mais qu’on ose parler qu’entre amis par peur hypocrite de froisser…..

    Bon je parles à votre place, cher gens d’IWACU. Laissons donc le Stylos et votre professionnalisme nous parler!

    • Denis

      Cher abruzi,

      Ce Teddy Mazina ne m’est pas inconnu. Je dis qu’il ne faut pas lui faire confiance car comme tu peux le voir il est très très vague dans ce qu’il dit, tellement il a peur de nommer ses frères les Sans Échecs: autrement dit les Tutsi…Pardon on a pas besoin de langue de bois ici on veut des gens qui parle et pas qui cachent la vérité.

      • abruzi

        T u as raison Dennis. Mais dans ce cas demande – lui de nous en dire plus , car l’attaquer ne nous avance à rien. Au contraire, tu peux aussi enrichir le débat en emmenant ce que tu connais par rapports aux évènements dont on parles .
        Au passage , vague que soit son récit, au moins il donne sa version des faits, qui ne demande qu’à être enrichi ou même contredite!

      • TEDDY MAZINA

        Il est intéressant de voir certaines réactions face à ce que je répond aux questions d’IWACU, je ne parle que de ce que j’ai vécu de ce que j’ai vu dans le Bujumbura de la crise …

        il est trop facile monsieur Denis………………..de réduire tout, à des phénomènes ethniques (tutsi ou Hutu).
        à 20 ans nous arrivions à faire la différence entre une manipulation politique de jeunes (je parle de l’OJF) et une lutte pour le droit …je vous souhaite d’ouvrir vos yeux de lire un peu d’aller à Bwiza faire une contre enquête ou juste vous informer …oui les violences étaient ethnique parce que des gens comme vous ne voient que cela mais allez …allez demander si Timo,Ekanga,vianey ,Siwu étaient burundais hutus ou tutsi? mais ne parlez pas de choses que vous ne connaissez pas juste des gamins de quartier de toutes origines embarqués par les politiques avides de pouvoir ..le but ici c’est que ça ne se reproduisent jamais .non je ne suis pas vague je suis bien précis …

      • Federation

        L’antisémtisme est une psychose. Comme la psychose, elle est héréditaire et c’est une maladie inguérissable». Voir le magnifique texte de Léon Pinsker, « Autoémancipation !: Avertissement d’un Juif russe à ses frères ». Eh bien, avec votre obstination et discours ethnisant, je reprendrai ces propos de cet illustre Léon Pinsker et dirait : « L’antitutsisme, comme l’antisémtisme est une psychose. Comme la psychose, elle est héréditaire et c’est une maladie inguérissable»!
        Faites vous soigner cher Denis!

  12. kazoza

    hahaha Madirisha n’uko ariwe muzi, abo mwama muriko muratora bakoze ibirenga ivyo yakoze, justice transitionelle ntizosiga n’umwe mubatwara nico gituma bariko barayihndukiza

  13. johnbebe

    Uwo munsi ndawibuka, ariko ivyo Bonja avuga harimwo un penchant ethnique. A l’ interieur hariho tensions, aba « sans echecs » notamment Claude alias Joggo, bari bahari, kandi bashaka kugwana na ba Nyamitwe, barabigenzako. Ariko rero aba  » sans echecs » sibo batanguye kurasa, amasase yavugiye kuri entree arashwe na garde ya Issa Ngendakumana yari ihaciye, umungo bishe abantu batatu nimba nibuka neza.

    Abapfuye ntibari aba sans echecs, hari umungu yitwa Jacques( nimba nubuka neza) yaba muri Q2, yahitamye n’ amasase, yari umuhungu atekereza atavyo ama groupes yarimwo, uwo bavuga ngo yari umu sans echecs yari uwo batazira  » Malaba » yaba Q3 nawe yahitanywe nayo masase…

    Bahejeje kurasa kuri entree niho akajagari katanguye, wamengo isi irubamwe,kandi abantu bari bamaze guhimba inzoga…. Hari n’ abasoda bari en civil bari bacunze abana ba Buyoya barashe hejuru pour calmer la situation ariko abantu imitwe yari yashushe. Bavuga ngo aba Jesuites nibo banyegeje abaje kurasa…Mw’ijoro ryaho niho ubwicanyi bwo kuri campus bwaba. Uwoba yari ahari aragira ico aterera kugira abantu bamenye ukuri.

  14. Bizarre

    J’invite ce journaliste a dire la verite, TOUTE la VERITE, ou alors a se taire. A commencer par les massacres des Tutsi dans tout le pays en Octobre 1993. Bujumbura n’etait tout de meme pas une bulle impermeable aux cris des agonisants de tout le pays ! Alors :

    1) Qui a cree ces groupes de jeunes delinquants ?
    2) Quel role a joue le president Buyoya, vaincu dans les elections de 1993 et joueur en coulisses pour son propre come-back, dans l’organisation et l’armement de ces delinquants ?
    3) Quel role a joue Kagame et ses sections locales dans l’organisation de ces delinquants ?

    A mon humble avis, Il faut eviter de raconter a moitie ce genre d’histoires que l’on sait manipulees et remanipulées a outrance, sinon elles se retournent contre le griot.

    • abruzi

      Et qui connaît toute l’histoire Mr Bizarre?N’est-ce pas par des fragments qu’ont construit toute l’histoire?Car je défie quiconque de connaître ne fut ce que la moitié de ce qui s’est passé!
      Apporte plutôt ton morceau!

  15. Guys,jewe ndasomye ivyo yisiguye mbonyemwo insiguro zitagira ishingiro.Ahubwo n’uko nyene mu Burundi ata butungane buriho nah’ubundi aba yaramaze gufatana nabwo.Ariko nko kubahuka akavuga ngo yagiye kuryama,avyuka asanga inganda zatikiye kandi yivugiye ko imbere y’uko aja kuryama yari yabonye uymunyeshure umwe yishwe.Ikindi,wenyene yivugiye ko mw’iryo joro hari grenades zatewe.Ariko koko woja kuryama usize intumbi y’umuntu hanze,bigatako hakavuga n’amagrenade ukaryama rikaza kweli!!Mbe izo nzoga zishobora gutuma umuntu aryama ntiyumve ibiturika moins encore ntagire n’ukwiyumvira ku kiziga yabonye zoba ari inzoga nyabaki?C’est homme yari akwiye kubazwa n’ubutungane SVP!

  16. Mandela

    1. Ko Willy Madirisha akorana na CNDD – FDD, je pense que ce n’est pas un grand probleme. Pour une petite histoire. Aho Mandela yariko arahira ngo abe president, il a invite uwa murishije amazirantoke yiwe yicara iruhande yiwe. J’ai moi meme visite Roben Irland et j’ai lu ce temoignage. On ne se reconcilie pas avec son ami mais son ennemi.

    2. Hanyuma abavuga ko Teddy yoba ari un extremiste!! Hum, peut etre. Mais moi qui ecris ceci je suis un Hutu, moi – meme. Avec lui, quelques etudiants Tutsi et Hutu nous avions mis en place l’organisation OJF. Nous voulions nous passer des informations qui se passaient dans nos groupes afin d’eviter le pire. Ce que nous avons fait………. oui il n’a pas donne trop de details mais Dieu seul sait. Ico nobabwira n’uko aba extremistes Tutsi bamutumye ko feu sans echecs “Simplice” wo mu Ngagara akamuhatsa kumwicira kuri black and white. Simplice a ete tue par un policier qui intervenait. Teddy a alors a pris le chemin de l’exile vers la Belgique. D’autre Hutu et Tutsi du groupe partiront vers le Canada et l’Europe. Moi j’ai tente de partir sur les Etats Unis en passant par l’Afrique du Sud. Mais j’ai eu peur de partir vers l’inconnu et je suis vite rentre sur Buja d’ou je deviendrais plus tard journaliste et je le reste. J’ai toujours travaille dans le strict respect d’une ligne editoriale personnelle “Un beau Burundi pour des Burundais reconcilies”. Et j’ai eu comme une chance de faire du journalisme avec des organisations internationales qui apparement ont cette vision ou ligne edito.

    Pour une petite histoire: Radio Umwizero qui est devenue Bonesha, nous avaient ete donnee par Bernard Kouchener, qui encouragee par Mohamed Ould Taya, representant des Nations Unis au Burundi a cette periode. Nous lui avions emis le souhait de nous donner, en tant que jeunes un cadre d’expression pour contrer les politiciens que nous voyions venir les soir intoxiquer la situation au campus.

    Alors, dire que Teddy Mazina est extremiste!!!! Aller demander a unefamille Hutu de Kamenge a qui il a donnee refuge pendant x jour peut etre qu’elle vous dira le contraire. Essayons de ne pas juger si rapidement. Pour son respect a Kagame, nous en discutons souvent je lui dis de reconnaitre ses erreurs…et moi je lui retorque toujours que j’ai plutot un grand respect a Kabila..suivez mon regard!
    Acceptons les divergences d’opinions mais acceptons leurs existences et vivons tous dans un Burundi paisible.

    “Je deteste mon gouvernement, je deteste son opposition, c’est seulement mon pays que j’aime”

    PS: J’ecris avec clavier anglais.

    • Anonymous

      we we wivugisha ngo mwaro « moderer » reka kurondera isoko hano kuri site!! Kuouchner nawe yarahenzwe!! Un jour il decouvtrira que le soient disant  » genocides » sont genocidaires qualifies!!

  17. Nicos

    Hello tout le monde
    On moment des fait (1995) j’avais 7 ans, trop jeune pour comprendre ce qui se passe, trop innocent pour y croire.
    Je remercie Teddy pour les eclaircicements j’avoue même que certain passage mon mis un petit sourire au visage ( les noms des gangs, l’origine de ligala) un vrai film de mafieux

    On reconstruira notre pays en reconnaissant notre passé…

  18. TEDDY MAZINA

    je pense que certains commentaires méritent que je prenne le temps de les lire et d y répondre … demain

    pour la neutralité je ne l’ai jamais étais je suis radicalement contre toute forme d’ injustice … même autour d’une bière.

    • anonyme

      Allez-y Monsieur Mazina, répondez-vous. On a soif de savoir. Merci de déjà nous dire que vous n’êtes pas neutre mais que comme certains l’ont dit vous penchez du côté (Tutsi?). Mes questions sont les suivantes : Pourquoi avez-vous peur de dire que les sans échecs sont des Tutsi? Avez-vous honte de ce que vos frères ont fait pour ne pas les nommer? Pourquoi divaguer et ne pas aller droit au but? Monsieur Mazina , au lieu de pratiquer la langue de bois, cessez de parler car nous on veut des gens qui nous disent réellement ce qui s’est passé et non pas ce que VOUS avez envie de nous raconter…Dites nous la vérité!

  19. Lionstory

    Teddy, je le connais bien, on partage souvent la biere à Havana. Cet article est sensé servir d’hommage aux victimes et non de faire la publicité à ce soit disant photographe de renom, lol!

    • TEDDY MAZINA

      LION STORY je n’ai pas besoin de publicité ,en tous les cas pas par ce genre de biais …j’ai le courage de raconter ma LIONSTORY parce que je l’ai vécu …parce que le courage et le travail de notre petite organisation de l’époque L OJF est une LIONSTORY …c’est l’histoire d’un groupe de jeunes qui refusent la violence ethnique ,qui décident d’être de lions qui disent à ‘l epoque en pleine guerre civile NON à la violence NON au massacres qui font des pétitions et des marches …

      c’est cela une LION STORY cen’est pas de la pub mais tu en as besoin tu dire ton vrai nom si tu es un Lion ????

      • TEDDY MAZINA

        si tu as besoin de publicité tu n’aura pas besoin d’article … juste oser nous dire ton vrai nom si tu es un Lion ????

  20. Gervais H.

    Ibintu vyacu ko bibaye urudubi – uyu Madirisha ntakorana na systeme DD irimwo the likes of Nyamitwe etc. Pour honorer memoire des victimes nibaza ko hoba amatohoza, hanyuma aho gukingirana ikibaba entre la nouvelle élite Hutu hamwe na ancien Régime, abagiriwe n’icaha bagahanwa .

    Ewe jewe naragowe
    Komera

  21. Kabizi

    C’est sûr que le sang a été versé! Le fort intérieur de l’homme continue à l’accuser même si il nie ce qu’il a fait! Pensez vous que la plupart des gens qui ont tué d’autres dorment? Ils essaient de se droguer pour pouvoir dormir!
    J’ai entendu parler que les massacres de l’Université ont eu lieu après la visite d’un président voisin qui aurait suggérée qu’il faut massacrer les intellectuels (Universitaires) au lieu de se focaliser sur la masse paysanne! Je demande à Iwacu ou toute personne qui aurait une information là dessus de nous dire la Vérité.
    Je demande aussi à Iwacu de faire des enquêtes sur les Étudiants tués à Gitega(Campus Zege).
    Quant à Madirisha,je ne le connais pas car j’étais encore enfant à l’époque mais si il est connu par la majorité des gens qui témoignent comme auteur, il doit répondre à ces actes.
    Que Dieu protège notre chère Université!!!

    • humura

      @kabizi: peut on connaitre le nom de ce président voisin?

      • Anonymous

        vous n’avez qu’a ecouter les cassettes audio ou video de ce jour la, tout y est!!

  22. Justice

    Ico novuga nikimwe – CVR irikumwe ja JUSTICE irakenewe, kandi vyihuta. Hama abavuga ngo ibigongwe, nibabigumize mumitwe yabo gusa.

  23. Jamahaar

    on recuserait le temoignage de teddy Mazina parce qu’il n’est pas un temoin credible puisqu’il etait mebre d’un groupe rival aux sans echec.Son temoignage est vage et incoherent.Il ne sait pas relater un evenement en mots ou bien il le fait express pour ne pas se retrouver en difficulties puisque certains des protagonistes acteurs ou co-auteurs des actes irreprehensibles de cette periode noire sont encore en vie ou occupant encore des positions privilegiees de pouvoir au sein du regime actuel ou ont des amis /membres de famille bien place.Quant a Willy Madirisha, meme si je n’ai pas vecu directement les evenement de cette annnee, il semble difficilement convainquant dans sa facon de narrer les faits.On dirait un certain Blaise Compaore, President du Burkina Fasso lorsqu’on lui posait des questions sur la mort tragique de Thomas Sankara, paix a son ame, lors du coup d’Etat qui l’a porte au pouvoir le 15 octobre 1987.Il repondait toujours: »Je ne sais pas.J’etais allite parce que je souffrais du paludisme! »Kera hari umugani baca bati: »Aho urwimo rwatera mu Rwanda(1959-1963) umutima wawe niwaba ut6asimvye ntaho wari ufise! »Meme s’il n’aurait pas trempe dans les assassinats de ses collegues etudiants du Campus Mutanga en cette nuit tragique de longs couteaux du 15/06/1995, il est difficilement comprehensible que quelqu’un puisse trouver du sommeil meme sous l’influence d’une grande dose de « verres de consolation! »C’est tres faible comme argument d’un homme de son intelligence.Trouver autre chose, svp.

    • TEDDY MAZINA

      Mr Jamahaar…

      je ne sais pas de quel groupe tu parles dont j’ai pu être membre …

      Seulement, je pense certaines réactions comme les tiennes sont intéressantes à analyser …j’ai décidé d’avoir un entretient à visage découvert pour les mêmes raisons …pour ne pas être vague ne pas faire comme les commentateurs sans visages et sans noms.
      le seul groupe groupe auquel j’ai appartenu était L’OJF l’organisation jeunesse Futur…et cela demandait plus de courage que de répondre sur un forum derrière des pseudos 20 ans après …
      j’ai témoigné pour la mémoire des victimes innocentes hutus et tutsi, de la folie meurtrière de 93 94 95 et après. nous ne pouvons pas tous être réduis à des appartenances ethniques ou claniques…le groupe de Bwiza que je décris dans cet entretien a existé comme cela est retranscris n’en déplaise à ceux qui veulent que ce soit simple et « purement » (de sang pur) ethnique…le système de l’époque a transformé des jeune gens normaux en criminels et les a broyé après la salle besogne et cela vaut pour les de camps de l’époque
      C’est pour cela que je suis devenu photographe pour ne plus avancer comme si rien n’avait eu lieu …pour créer une mémoire visuelle .

  24. nsabiyumva edward

    ntamuntu numwe womuburundi atazi ko Madirisha yagize uruhara runini mubwicanyi bwabereye mugisagara. nibareke kwirirwa barabesha kuko intahe irabarindiriye kubokera mugahanga.

  25. UMURUNDI

    Jewe nari muri campus le jour des événement. Ariko kubona Madirisha yiyerekana nk’uwera birandengera.
    None aribagiye inama zabaye ubwambere, nivyo yavugiye kuri étage yo muri campus bita »Odéon » We nyene yaravuze ko bariko bariga ingene bo kura « imicafu y’abahutu muri campus. » Ikindi naco ntanumwe atazi umurwi bagendana : Vache (Bidagaza Bernard, Boudouye, Ndirijoro, …….)
    Madirisha arimubagandaguye umunyeshuri wa mbere hari 18h30′ kuri terrain ya basket yitwa Goldien Rurimunzu, uwo nawe yaravuye kuraba ingene bariko baragirira nabi Alexis (hejuru muri restaurant universitaire) muri service social.
    uwo rero twebwe niyo tubonye uwu Madirisha Willy ariko aronka amabanga muri iki gihugu twumva chair de poule.
    Nagende gusa asabe ikigongwe Imana yiwe kuko niyo imuzi neza nayo abanyeshure barenga mirongo itatu bari ku gatwe iwe! c’est le méneur principal des tragédies ignobles du 12 Juin 1995.

  26. Ciza

    Il est a deplorer l’ignorance hutue. Si l’actuel president est un rescape de ces memes massacres, au moins il se souvient de son predataire. Mais ou est la justice?

  27. Vraiment M. Teddy a difficile de dire que les Sans Echecs Sans Défaites étaient – une milice de jeunes Batutsi Bahima – , style JRR en 1972 ou Jeunesse Hitlérienne pendant la guerre 40-45…
    Il faut que M. Teddy épargne les jeunes Congolais, Rwandais, Maliens, ou Sénégalais. Même si il y en avait un ou deux ou trois etc. DAM.

    • Peace

      @Diallo Abou Moussa,tous ces groupes ont commencé vers 1989 – 1990,LES SANS DEFAITES (BWIZA)-LES SANS ECHECS(OCAF)-LES SANS CAPOTES(OCAF)- SIX GARAGE (BUYENZI)-CHICAGO (BWIZA) – ISRAEL (NYAKABIGA) ET….,sauf les sans eches ou la majorité ou presque Tusti,les autres Groupes étaient à majorité Hutu – Congolais – maliens – sénégalais et rwandais alors que voulez vous dire par  » milice de jeunes Batutsi Bahima  » à ce que je sache quand ces groupes ont commencé,ils étaient que des GANGS,les jeunes d’un tel quartier qui defiaient les autres de l’ autre quartiers en allant draguer dans l’autre quartier ou y passer la soiré et y sortir la tete hautes,is commetaient aussi des petits vols et malheusement parfois des violes pour une copine d’un gangsters connu pour se defier ,jusque là pas de Politique dedant,Juste plus tard ils ont étaient utilisé par les piliticiens pour tuer et là aussi pour les Groupes comme sans defaites croyez vous qu’ils n y’avaient pas de Hutu qui tuaient leurs frere Hutu dans les quartiers à majorité Tutsi????vous serez étoner Mr Diallo Abou Moussa et je vous dirais meme de nom sans defaite Hutu qui le faisaient.

      Concerant les étragers dans ses groupes,parmis les pioniers d’ailleurs qui etait MAO alias Ma men ou sangoti (Malien),Shindano (congolais),Didier (Rwandais) la liste et longue mais croyez moi le moment venus tous sortira,mais le probleme c’est que presque tout les autorité sont trempés dans ces tuerie qu’ils feront tout pour bloquer la vérité But wait an see tout finira par se savoir.

      Merci.

    • TEDDY MAZINA

      oui je le pense et j’ai osé le dire en 1994 dans une réunion des UN avec les politiques de l’époque …

      je les ai comparé en public avec les interahamwe du Rwanda les méthodes et les comportements étaient très similaires …cela a faillit couter la vie .

      si tu pense que il n’y avait pas de jeune d’origine congolaise ,rwandaise(hutu et tutsi) malien …c’est que tu parle de choses que tu n’as pas connu …hier encore deux habitants natifs de bwiza me disaient merci … »il faut que quelqu’un en parle… »disaient ils …Dam

      • Anonymous

        Qui a distribuer les armes aux sans echecs ? Qu est ce que OJF qui n a jamais ete entendu jusqu a present, a realise??? a UN c est la ou vs dite de n importe quoi sans crainet d etre contredire??? Meme vos mentors sont en train de nier leur responsabilites en RDC devant les evidences recueilli par les drones!!!

  28. Gaciyubwenge

    Aho ho numva hari hakibaho Police,
    Mbe abatutsi bariko babakura muma bus ko atacamira.
    Hama muramenya ko ivyo nkuko Madirisha abivuga naho ntamushigikiye vyatanguye aba Jedebu babuza abatutsi no guhonyora mubarabara. za nyakabiga.
    Mais ivyo c’est pas pour dedouaner ceux qui ont tuer ces etudiants et autres, simbe nka Ntiba Bwegu ngo kabaye agashavu, mugusigure le genocide des Tutsi. Nanje simvuze ngo kubera ivyo aba Jedebu bakoze, dutahura ivyo aba Sans Echecs bakoze.
    Au moins on avait une police, iyo iguma ikora uko yakoze kuri Saint Esprit ibintu ntivyari kuyangara

  29. hakizimana Chantal

    Je voudrais simplement dire a IWACU, de chercher les personnes les mieux indiquées pour donner ce genre des témoignages, sinon vous allez vous ridiculiser. Imaginez toutes ces familles qui ont perdu les leurs a cette epoque, que vous etez en train de mentir avec vos faux témoignages.
    Personne n’ignore le rôle que Willy Madirisha a joue dans ces massacres ignobles au campus Mutanga. Je crois qu il a des remords si au moins il est devenu humain.
    Mais Dieu seul sait le sort que le destin lui réserve.
    Quant a Teddy, ses propos sont vagues. Rien d’étonnant il ne peux pas dire autrement.

  30. BIZOKWEXPLOZA

    Qui dit la vérité parmi les deux?Je veux pas de réponse car même si on me la donnerait je ne parviendrais pas à en croire.Et c’est comme ça que la majorité de Burundais relatent les faits des guerres qui nous ont abattu dans le passé.Qui composeront alors la commission vérité et réconciliation et comment travailleront-ils?

    • MAHORO

      la vérité se trouve dans ces récits vagues, dans ses propos évasifs de certains. soyons intelligents, ne se lancer pas dans des critiques, laissons ceux qui ont à nous dire de le faire et décortiquons chaque mot, nous y trouverons une part de vérité qui se complète patit à petit.
      Donc je rends hommage à tous ces gens témoins directs ou indirects, auteurs ou spectateurs impuissant qui ose à nos jours relater les effets à leur façons. Hommage aussi au Journal IWACU qui nous fait parvenir toutes ces phrases qui peuvent orienter ce pays vers un avenir meilleur.

      Restant sur cette soif de connaître la vérité, je demanderais à ceux qui le peuvent de relater les événements de BUTA mais surtout insister sur le Rebel qui est mort le premier après avoir refusé d’exécuter l’ordre de tirer sur les enfants. J’ai l’impression qu’on l’oublie souvent juste parce qu’il était rebelle mais il a eu ce courage de réfléchir avant d’exécuter un ordre de sa cheftaine.

      Je me demande où serait ce pays si on avait eu au niveau de l’armée, la gendarmerie, la police, la rébellion ou même dans la classe politique, dans la jeunesse de cette époque, des gents qui réfléchissent avant d’exécuter des ordres.

      Celui qui connait l’histoire ou qui l’a vécue peut nous en dire plus

  31. Harera john

    Il reste encore plus de lumière pour connaitre la vérité sur ce qui s’est passé réellement
    A quand la commission vérité & réconciliation?

  32. KABADUGARITSE

    Willy we! Isigireho nta munyaBujumbura atazi ivyo wakoze mu Gisagara ca Bujumbura ntibagiye « les instructions » que donnait ton papa Juvénal dans son journal « Le carrefour des idées ». Uribuka muza gutera mu Cibitoke à la 4ème avenue numéro 50, chez le nommé Vital (cabaretier et opérateur jusque à ce jour à l’abattoir de Bujumbura)! Et quand ton frère à failli être égorgé à la 3ème avenue du même quartier? Qui l’a sauvé? !!!

    Cher ami, ce n’est pas en moins de vingt ans qu’on va oublier ton nom encore moins celui de ton papa. Lui au moins, il aura eu le courage de demander pardon avant de quitter ce monde. Et toi, tu vas nier jusque quand? Attendons car les burundais sont pour la plupart animés de patience.

    • clement KWIZERA

      Ngira baze ico dufa kandi twese tura bafandimwe nukunu twosangira akabisi nagahiye dufiki ko iyisi atari iyacu twese tusohisinga aha kwisi tugirire urukundo numubano mwiza turondere amahoro n ubumwe bwa barundi

  33. Denis

    Iwacu, merci pour cet article mais j’aimerai dire deux choses. Mais j’ai quelques choses à dire. Comment pouvez-vous donner la parole à une personne comme Teddy Mazina pour commenter des événements pareils et ce même si il est un témoin direct des faits? Cet homme n’a aucune crédibilité à mes yeux et aux yeux de pas mal de gens. Pourquoi? Personne ne l’ignore c’est un Tutsi. Comprenez-moi tous les Tutsi ne sont pas mauvais, ma propre mère est Tutsie, j’ai des amis Tutsi…mais je sais une chose Teddy Mazina est une personne qui n’aime pas les Hutu, il suffit de parfois l’entendre, voir ses posts, et voir l’admiration qu’il a pour le cher Kagamé pour comprendre que ce n’est pas quelqu’un de très bien. A l’avenir choisissez quelqu’un de neutre et pas une personne qui penche d’un côté. Quant à ce Willy Madirisha : je lui dirai ceci : MONSIEUR CESSEZ DE MENTIR! ET RECONNAISSEZ VOTRE PARTICIPATION DANS CES MASSACRES. Seul un sourd ou un aveugle ignorent que vous avez trempé dans ces ignobles actes mais moi je le sais, et je le répéterai jusqu’à ma mort! Pensez plutôt à demander pardon aux victimes au lieu de vous ridiculiser! Merci

    • kidavyi

      @ Denis

      Nibaza ko uri hors sujet, que vient faire Kagame dans cette histoire sommes toutes triste pour le commun des mortels?

      • denis

        C’est juste un exemple que je donnais. Le plus important dans ce que je dis c’est que Teddy Mazina n’est pas un témoin crédible car IL N’EST PAS NEUTRE! Qui ne le sait pas?

        • Federation

          @Denis :
          J’admire monsieur le président Kagamé et à vous entendre, je hais les Hutu et je suis quelqu’un de mauvais. Ben dis-donc, quelle sacrée logique! C’est plutôt vous qui vous décrédibilisez sur toute la ligne…J’espère que vous êtes une espèce rare et que personne d’autre ne pense comme vous!

          • billy

            @Federation: Kagame risque de detruire l’EAC que vous aimez tellement avec son attitude belligerante envers la Tanzanie…

    • TEDDY MAZINA

      Mr Denis si je ne suis pas crédible parce que tutsi je me demande qui le sera puisqu’on est tous quelque chose ????
      si non je pense que cela rabaisse le débat …juger de mes sentiments sur les hutus ou les tutsi çà j’ai l’habitude …les tutsi voulais me tuer en 94 95 pour les mêmes raisons que toi , parce que j’avais retiré de l’université des amis hutus avant les massacres …faudra peut être de meilleurs arguments si tu veux engager le débat…à moins de te considérer comme un « vulgaire hutu ou tutsi »???

  34. Obama

    Imana ibabarire uburundi ibintu nkivyo ntibize bisubire!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité