Des acteurs du Burundi au théâtre de Konstanz (Allemagne)

par Antoine Kaburahe

Des acteurs du Burundi au théâtre de Konstanz (Allemagne)

Des acteurs du Burundi au théâtre de Konstanz (Allemagne)

Antoine Kaburahe
Photos : @Droits réservés
18 décembre 2017

EDITORIAL │ LES MOTS PLUS FORTS QUE LA MORT ET LES FRONTIÈRES

Par Antoine Kaburahe

L’abbée Daniel Nahimana a donné un témoignage poignant sur Michel kayoya

Nous étions une dizaine de Burundais, réunis en ce début de décembre pour nous souvenir d’un homme : l’Abbé Michel Kayoya. Le 8 décembre 2017, il aurait fêté 83 ans. Le prêtre poète a été assassiné en 1972. Il a laissé deux livres extraordinaires, « Sur les traces de mon père » et « Entre deux mondes ». C’est un homme qui l’a connu au séminaire de Mugera, l’Abbé Daniel Nahimana qui a « officié ». Une cérémonie sobre, entre lectures de textes, témoignages et prières. L’abbé Nahimana a rappelé que Michel Kayoya était un pionnier. Même au sein de son Eglise. Ainsi, rompant avec le discours clérical « classique » peu féministe, il n’hésitait pas à chanter un hymne à la femme burundaise, à l’exemple des cantiques bibliques. Un joli passage a marqué mes lectures :
«Que vous êtes belles mes sœurs quand la cruche sur la tête
Vous entonnez un chant
Vous ressemblez alors à ces déesses
Auxquelles les Grecs érigeaient des statues. »

Il faut reconnaître qu’un tel discours était « osé » à l’époque. Selon tous ceux qui l’ont connu, c’était une personnalité charismatique, attachante, travailleur, qui brillait par la droiture du cœur et le courage de la vérité. Alors que le pays est dirigé d’une main de fer par un régime militaire, avec une population encadrée par le parti unique, il n’hésitait pas à appeler à l’émergence d’un peuple socialement sain « fait d’hommes et de lois- d’hommes debout et de lois justes- d’hommes engagés et de lois respectées. » La loi, le droit, une antienne chez lui. Une exigence.

Mieux, déjà à l’époque, il demandait aux dirigeants d’aimer leur peuple. « «Aimer l’homme, écrivait-il, c’est le rendre sain, l’instruire, le rendre conscient, l’éduquer, développer en lui ses sentiments de solidarité, le rendre digne, libre, capable de répondre à son Destin d’infini.»

Aujourd’hui, des citoyens sont tués, torturés, près de 500 mille compatriotes vivent en exil, d’autres ont été jetés en prison. Les paroles du prêtre-poète sonnent douloureusement. Les Burundais, sommes-nous aimés ?

Michel Kayoya, comme tous les « prophètes » gênait. Quand les purges de 1972 commencent, il est arrêté. Il sera tué et jeté dans une fosse commune quelque part sur les rives de la Ruvubu ( Gitega). Mais son « cri », comme il nommait ses livres, reste actuel. Vivant.

Des mots, il sera encore question ce mois. Des jeunes acteurs burundais racontent leur extraordinaire expérience au théâtre de konstanz en Allemagne. La force des mots à travers le théâtre qui unit, au-delà des frontières géographiques et linguistiques. Finalement, qui peut arrêter les mots ? Pas même la mort.

Le théâtre va plus loin que les mots

Freddy Sabimbona

Une troupe de jeunes acteurs du Burundi vient de passer deux mois au théâtre de Konstanz en Allemagne. Avec des acteurs allemands, ils ont joué dans un savant mélange linguistique. Une expérience unique, riche sur tous les plans.

Freddy Sabimbona, racontez-nous un peu cette expérience avec le Théâtre Konstanz ..

Oh ! Une expérience unique, riche en tout . A commencer avec la langue : nous avons joué dans quatre langues. Le français, l’allemand, le kirundi et l’anglais. Autant vous dire, à la fin des répétitions nul ne savait plus dans quelle langue s’exprimer (rire). Mais c’était génial et instructif. Jouer dans quatre langues nous a permis de nous ouvrir, de sortir de notre zone de confort afin justement d’apprendre encore et toujours de l’autre. Apprendre de l’autre c’est l’essence même du théâtre. J’en profite d’ailleurs pour dire merci à Christopher Nix, le directeur de ce théâtre qui nous a chaleureusement invité à prendre part à ce projet.

L’idée de ce théâtre est justement de rapprocher les peuples, grâce au jeu théâtral. Comment ?

Le théâtre est universel. C’est un art qui dérange, qui frappe , qui bouscule les idées reçues, les remet en question. Que l’on soit du Nord ou du Sud, nous aspirons tous aux mêmes choses et faisons face aux mêmes réalités avec des nuances bien entendu. Le théâtre est une expérience humaine avant toute chose et parle aux gens.

Finalement, on peut dire que le théâtre va plus loin que les mots ?

Oui. Le théâtre parle avant tout aux yeux et aux oreilles, c’est de l’ordre du physique, du ressenti. Cela peut-être aussi bien abject, doux, romantique… Le théâtre doit prendre aux tripes, viscéralement. On ne doit pas en sortir indemne sinon je n’en vois pas l’utilité. A chacune de nos créations, nous nous efforçons toujours de pousser les gens à penser et non leur dire comment penser.

Quid de la barrière linguistique ?

Je peux dire merci à l’East African Community pour l’apport de la langue anglaise. L’anglais c’était la langue officielle de travail à Konstanz. Là où c’était moins évident c’était répéter en Allemand, notre mâchoire ne s’en remet toujours pas (rire).

Et au Burundi, comment s’annonce 2018, des projets ?

L’année s’annonce prometteuse ! Déjà, nous organisons la troisième édition du festival «Buja sans tabou» en avril 2018 et l’une des nouveautés de cette troisième édition c’est faire en sorte que le théâtre aille vers les gens et non les gens vers le théâtre. Nous voulons au maximum « délocaliser » le théâtre des lieux conventionnels et, pour cela, on a décidé d’investir un des lieux préférés de nombreux habitants de Bujumbura. Nous allons jouer «Chez Gérard», afin de célébrer tous ensemble cette grande messe qu’est le théâtre.

Un message pour les jeunes burundais ?

Quel que soit ton domaine, ne lâche rien, ne baisse jamais les bras, quitte à « crever » pour.

Freddy Sabimbona, ancien journaliste au service culturel du journal Iwacu est un amoureux du théâtre. Il est acteur et metteur en scène de la Troupe Lampyre et le directeur artistique du festival « Buja Sans Tabou».

Témoignage : Konstanz, bâtir des ponts par le théâtre

Par Laura Sheïlla Inangoma

23 ans, actrice de la troupe de théâtre « Les Enfoirés de SaNolaDante », Sheïlla Inangoma évoque son expérience au théâtre de Konstanz. Elle rentre marquée et plus engagée que jamais.

Ma première prestation sur une scène théâtrale, c’était en 2013, à l’Institut français de Bujumbura. La Troupe était encore très jeune, mais avec déjà un bon et beau public lycéen. D’ailleurs, c’est toujours le cas pour la majorité de notre public.

Je n’aurais jamais cru un jour pouvoir jouer en Europe. Et pas n’importe où. Au théâtre de Konstanz, une véritable institution en Allemagne. Un théâtre aimé et respecté depuis… 1617 ! Quatre cents ans donc !

Nous sommes quatre acteurs à partager la belle aventure : Sophie Raïssa Ndoricimpa, Renaud Niyonkeza, et Diogène Rukundo. Il y’a aussi notre metteur en scène, Freddy Sabimbona qui dirige le festival de Théâtre Buja Sans Tabou.

Freddy était sur la mise en scène en collaboration avec Clémens Betchel, un autre professionnel du théâtre allemand.

Nos partenaires étaient deux acteurs allemands et une actrice, un assistant des metteurs en scène, ainsi qu’une stagiaire étudiante.

Une grosse équipe avec la scénographe, qui assistait aux répétitions pour étudier ce qu’il faudra comme décor, les costumiers, les maquilleurs, etc. Tout ce monde participait aux répétitions générales.

Nous sommes partis le 12 septembre. Le 14, le travail commençait déjà ! Un mois à répéter tous les jours de 10h à 14h et de 19h à 22h. Théâtre la journée et le soir. C’était merveilleux, une véritable école. On entrait vraiment dans nos rôles, après les répétitions, de retour à la maison, on se remettait joyeusement dans « les corps de nos caractères respectifs ».

Du 14 septembre au 20 octobre, nous répétions sans nous lasser. La pièce intitulée « Die Farbe der Lachens ». Cela veut dire « Les Couleurs du Rire ».

C’est une version réadaptée de la pièce « L’affaire de La Rue de Lourcine » de l’auteur français, Eugène Labiche.

Jour « J »

Le 21 octobre était la première de « Die Farbe der Lachens » dans la salle de Spiegehalle à Konstanz. Nous appréhendions beaucoup cette représentation. On s’interrogeait sur l’accueil du public. La pièce était jouée en quatre langues : le français (langue originelle de la pièce), l’allemand parce qu’on jouait pour le public allemand, l’anglais (pour la communication et pour les monologues faits à des moments du jeu) et le kirundi (pour marquer la richesse de diversité par la présence d’acteurs du Burundi).

L’affaire de Rue de Lourcine, pièce originale parle d’un couple bourgeois qui se retrouve dans une situation des plus dramatiques remplie d’hilarants quiproquos. La pièce joue sur la panique, l’état d’ivresse, la différence de classe sociale entre deux hommes qui ont eu une nuit arrosée.

Dans la version adaptée de la pièce, le plus intéressant était l’implication du jeu du « théâtre dans le théâtre ». Nous jouions « une répétition » pour finir tous dans la situation de « coup de théâtre » de nos rôles.

Ainsi, le public avait à la fois l’occasion de voir à quoi ressemblaient nos répétitions, mais aussi d’assister au spectacle complet. J’admire le travail qu’on a pu faire avec le metteur en scène et tout ce que nous avons pu apprendre , la contribution des dramaturges et des professeurs en littérature durant nos répétitions générales, etc.

La pièce a été jouée dix-huit fois dans la même salle. Chaque fois, nous avons eu un beau public. De la première à la dernière, nous avons eu un jeu mature, fruit d’une complicité acquise durant les répétitions, mais aussi enrichie par les activités extra professionnelles que nous faisions. Ainsi, nous avons eu des échanges avec des invités burundais qui sont venus partager leurs impressions sur « l’humour humain ». Parmi eux, le musicien burundais Bahaga a touché nos cœurs et nous a apporté une douce nostalgie du pays que nous avions quitté depuis six semaines.

Qu’est-ce qui fait rire les hommes ?

Le projet en son ensemble est appelé Comédie humaine 21ème Siècle. L’objectif était d’analyser ce qui fait rire les gens. Qu’est-ce qui fait rire les Burundais ? Qu’est-ce qui fait rire les Allemands ? Est-ce qu’il y a une ressemblance dans l’humour des deux peuples ? Laquelle ?
Déjà, au cours d’un atelier en novembre 2016, on avait beaucoup réfléchi sur ces questions. On se demandait si on peut rire de tout, s’il y a des rires divisionnistes, etc. La façon dont le rire était étudié était très enrichissante.
Nous avons eu l’occasion d’échanger avec une chercheuse qui a étudié le rire « comme une science ». Je demandais à ce propos, durant cette discussion, à un de nos collègues allemands si on peut « étudier le rire », qui, pour moi, devrait rester un mystère pour rester authentique… J’ai compris que le rire, sa beauté est tellement attrayante, profonde, que l’on peut effectivement faire une recherche sur lui, en faire un objet d’étude.
A côté de « Die Farbe der Lachens », nous travaillions sur une pièce pour les enfants, sous la direction de Freddy Sabimbona. Une comédie aussi, avec un titre insolite : « Pas drôle ». C’est une pièce écrite par Marshall Mpinga Rugano, le metteur en scène de notre troupe, Les Enfoirés de SaNoLaDante. L’adapter pour le contexte a été un véritable défi. La pièce était en français or peu d’écoliers allemands parlent cette langue. Notre collègue devait traduire tout en jouant ! Chose qu’il a faite avec une fluidité extraordinaire.
Les représentations aux écoles étaient très intéressantes. La pièce commence par la chanson de salutations à la Burundaise (Yego yego, yego ma !) elle continue par deux personnes qui se battent pour une mangue et un extraterrestre qui vient de nulle part demandant où il avait atterri. Les acteurs vont alors lui expliquer qu’il est au Burundi, le pays « du lait et du miel. » Les enfants écoutaient avec attention et, à la fin, posaient beaucoup de questions sur le Burundi, notre mode de vie, ce que font les enfants pendant leurs temps libres, ce que nous avons comme plats, etc.
Un échange m’a marquée. Il était question de punition à l’école, pouvant inclure quelques coups de chicotte sur les fesses, ici au Burundi… Pour les jeunes Allemands, cela était inimaginable. Alors qu’un souvenir de quelques coups de chicottes reçus nous faisait rire, chez les petits Allemands c’était le choc. Pour eux, cela était « de la torture ». Une grande personne n’a pas le droit de lever la main sur un enfant. « Ce n’est pas drôle, du tout » disaient-ils. Mais en dépit de ces différences de perceptions culturelles, nous leur parlions de notre beau pays, des plages, du bon climat, des fruits savoureux, des montagnes vertes. A la fin, tous ces jeunes brûlaient de venir découvrir le Burundi.

 

Les leçons du théâtre de Konstanz

J’ai vécu mon rêve. Celui de travailler sur ce que j’aime. Comme un médecin qui se réveille pour aller dans son cabinet, au théâtre de Konstanz, les acteurs se réveillent le matin pour aller répéter. Avant de faire ce métier, ils étudient quatre ans pour avoir un diplôme d’art dramatique, du spectacle vivant.

Le vrai défi est de toucher le public, pour que celui-ci rentre en se posant des questions. Je crois que ce questionnement peut aider les gens à changer leur mentalité, à s’ouvrir à l’autre, au monde. Le théâtre peut être un pont entre deux mondes. Pour notre cas, le monde occidental et le monde africain.

Pendant les deux mois de travail au « Theater Konstanz », j’ai réalisé la profondeur de la vérité qu’Odile Sankara, grande comédienne du Burkina Fasso, nous avait dite lors d’un atelier de théâtre qu’elle a dirigé pendant deux semaines avec Aristiide Targanada à l’Institut Français de Bujumbura. « Le métier de théâtre est exigeant ! Il ne suffit pas de considérer cela comme une passion, c’est plus grand : le théâtre est le lieu de l’exigence, du travail ». Un comédien doit entretenir sa voix, focaliser son énergie, rester concentré sur son caractère. Quand tu prends la parole sur scène, tu la prends en connaissance de cause.

A Bujumbura, cela peut paraître facile comme on n’a pas l’occasion de jouer une dizaine de fois la même pièce au même endroit. Mais jouer cinq, sept, dix fois la même pièce, on pourrait se dire «rejouer, refaire la même chose, faire le cynique ou faire le clown jusqu’à quand ? » Au théâtre de Konstanz, j’ai appris qu’il faut répéter et répéter. Viser pour essayer de frôler la perfection.

J’ai appris que peu importe ton état, il faut assumer sa présence sur scène, être généreux. Rire s’il le faut, même si tu t’es levé du mauvais pied. Pleurer quand la scène le demande, rester insensible aux grimaces de tes amis assis dans le public.

J’ai appris qu’il faut que je prête plus attention aux caractères que j’interprète. Je dois me poser plus de questions sur le caractère du personnage avant d’oser prendre la parole à sa place.
J’ai aimé le respect et les mobilisations faites à Konstanz pour le théâtre. Le ministère des Affaires étrangères aide le théâtre. Dans le bâtiment, divers métiers travaillent ensemble pour donner les meilleurs spectacles : des couturiers, des menuisiers, des techniciens des lumières et des sons, des agents administratifs, etc.

Je me souviens aussi que nous sommes allés assister à d’autres représentations, des pièces jouées, mais en allemand. Je ne parle aucun mot allemand. Mais je riais au moment de rire, la tristesse, je la sentais. La connexion, je dirais mieux, la communion entre l’acteur et le public va plus loin que les mots.

Car c’est vrai que la parole est importante dans le théâtre, mais le jeu du corps, les mimes, tout ce qui est physique sur scène parle très fort aussi. Sans paroles, une femme jouant un accouchement, avec tout le travail qui va avec (les cris, les halètements, etc.) est plus expressive qu’une femme qui viendrait sur scène pour dire « j’ai accouché ».

Une autre grande leçon : le théâtre peut rapprocher les peuples. C’est un échange. Je suis Burundaise, je joue à ma manière. Ainsi, le public peut découvrir comment une femme burundaise réagit face à une situation. A mon tour, je vais voir comment une Allemande vit une telle situation. C’est la magie du théâtre. C’est le partage.

Enfin, mon vœu est qu’il y ait plus de spectacles, plus de théâtres dans notre ville de Bujumbura. J’invite les Burundais à venir plus nombreux dans nos salles de théâtre. Plus que jamais, nous avons besoin de « respirer ». Le théâtre peut contribuer à « casser les murs », les malentendus et autres stéréotypes qui divisent. Le théâtre peut nous aider à « bâtir des ponts » entre nous et entre les peuples.

Marshall Mpinga Rugano « Le théâtre un lieu de débat »

Partager, découvrir, échanger… Quoi de mieux pour un théâtreux burundais que de travailler dans un théâtre fondé en 1607, certainement l’un des plus vieux d’Europe; de vivre, dormir, rêver, parler, rire et ne faire que du théâtre pendant deux mois ! Pour moi, c’était un grand honneur de participer à ce projet qui avait, entre autres, l’ objectif de renforcer une alliance artistique entre les artistes de nos deux pays.

C’était aussi instructif de réfléchir sur qui peut faire rire en période de crise. Intéressant de voir si ce qui peut faire rire les Burundais peut aussi faire rire les Allemands.

A Konstanz, j’ai aussi découvert que l’approche entre artistes et public a évolué. Le théâtre est un lieu de débat. Le public, attentif, amoureux du théâtre, devient acteur.

Dans la tradition du théâtre d’intervention, les participant(e)s ont été invités à intervenir pour commenter, critiquer et modifier (le cas échéant) les actions qui se sont déroulées sur scène, à la lumière de leurs propres expériences et connaissances. Et le théâtre devient un dialogue.

LA contribution de ce projet ne s’est pas limitée a l’art, au sens artistique du terme, j’ai été complètement touche sur le plan humain. J’ai découvert que l’on peut se connaitre davantage et découvrir l’autre. Une très belle expérience pour toute l’équipe.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. MBABARIRA

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.