Mardi 27 septembre 2022

Politique

Une élection des notables marquée par des irrégularités

13/09/2022 0
Une élection des notables marquée par des irrégularités
Des participants à l’élection des notables

Les Burundais élisaient des notables collinaires, ce 12 septembre 2022. Dans la mairie de Bujumbura, sur certains centres, le vote s’est déroulé avec de défis de taille.

Il est 9 h 25 min au Lycée municipal Musaga. Les votants du quartier Gasebuye-Gikoto se sont massivement rendus au bureau de vote. Des files des gens s’observent dans le centre de vote. D’autres électeurs sont dans une salle de classe en attendant d’accomplir leur devoir. 37 candidats sont en compétition. 105 individus ont déjà exprimé leur vote.

Des participants s’inquiètent des tricheries. « En votant, les gens écrivent les noms du candidat sur un bout de papier qui ne porte aucune indication. Normalement, ces bulletins devraient être scellés d’un sceau communal. Il n’y a aussi pas d’empreinte digitale pour marquer que les gens ont déjà voté, ils peuvent écrire sur plusieurs morceaux de papier » se lamente un votant.

Ils indiquent que certaines personnes votent sans présenter des cartes d’identité. « Nous suspectons les membres du bureau de vote. On ne nous les a pas montrés bien avant pour changer celui qui n’est pas impartial. »

Au Lycée municipal de Nyakabiga, le vote a connu un retard. Les citoyens ont commencé de voter à 11 h à cause du manque de bureau de vote. « La directrice n’était pas au courant que l’élection allait se tenir ici. Nous avons attendu qu’elle ouvre la salle », disait un habitant.

Quinze candidats étaient en lice pour résoudre les conflits locaux. L’un a été radié de la liste en raison qu’il n’était pas résident du quartier. Deux autres ont démissionné du fait qu’ils sont dans l’administration. « Le vote commence globalement dans le calme et nous attendons les résultats » confirme un habitant de Nyakabiga.

Au quartier Taba, le scrutin a débuté avec trois heures de retard. Les habitants ont refusé de voter du fait que le chef de quartier avait formé le bureau de vote par connaissance. « Il avait aligné des Imbonerakure », indique un électeur. Jusqu’à 12 h 20 min, le vote n’était pas encore commencé : « Il y a beaucoup de désordre », souligne Pascal Toyi un habitant.

Au sein de ce centre, un natif voulait se faire élire alors qu’il n’est pas résident, ce qui a suscité la contestation de la population.
Selon les dispositions de cette élection, les opérations de vote devaient commencer à 9 h du matin pour se clôturer à 15 h.

Toutefois, certains électeurs affirment que cette élection apportera de bons résultats. « Ceux qui se sont portés candidats sont des gens dignes et sages qui ont le sens de la justice et de la vérité » a fait savoir Espérance Manariyo, habitante de Gasekebuye-Gikoto. « En cas de conflit, nous étions habituées de solliciter leurs services de réconciliateur et de médiateur dans notre quartier », a confié Mariam Nduwayo, rencontrée à l’Ecole du bassin.

Sur son compte Twitter, le Congrès national pour la liberté (CNL) trouve que le scrutin des conseils des notables de collines et quartiers revêt un caractère politique. « Dans divers coins du pays, sous l’œil complice de l’administration locale, les candidats ont été sélectionnées pour ne garder que ceux d’obédience du parti au pouvoir. »

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 393 users online