Politique

Un avant et un après « la défense de la démocratie » 

22/11/2019 Guibert Mbonimpa Commentaires fermés sur Un avant et un après « la défense de la démocratie » 
Un avant et un après « la défense de la démocratie » 
Le secrétaire général du Cndd-Fdd rend hommage aux compagnons d’armes disparus dans la lutte pour « la défense de la démocratie ». 

« Nous avons, au sein du Cndd-Fdd, arrêté définitivement la guerre, mais celui qui nous provoquera le paiera cher », dixit le primus inter pares, profitant du momentum de la clôture de la semaine dédiée aux « héros de la lutte pour la défense de la démocratie », samedi 16 novembre, dans la commune Mubimbi en province Bujumbura. Dans la bouche du président du conseil des sages, cette rhétorique martiale, 14 ans après l’agrément de son ancien mouvement politique armé, interroge.

Après 6 ans de commémoration de la semaine dédiée au combattant du Cndd-Fdd, place à la semaine dédiée aux « héros de la lutte pour la défense de la démocratie ». Le Cndd-Fdd a créé, ce faisant, un continuum idéologique. Le Frodebu de 1993 a son héros de la démocratie tandis que le parti au pouvoir a dorénavant ses héros tombés sur le champ de bataille pour préserver ce que Winston Churchill considérait comme « le pire des systèmes de gouvernement, à l’exception de tous les autres. » Un story telling politique, s’il en est.

Une volonté manifeste de magnifier la cause des combattants du Cndd-Fdd tout en reconnaissant que «des divisions ont éclaté parmi les combattants créant ainsi des factions opposées ». Et ce d’autant plus que la démocratie naissante sera décapitée avant même d’entamer son processus de maturation. Ainsi le curseur se déplace sur la ligne du temps. « La défense de la démocratie » devient une séquence fondatrice dans le roman national.

« A luta continua ». C’est le cri de ralliement du conseiller principal à la présidence de la République, chargé de l’Information, de la Communication et des Relations avec les médias, sur Twitter, jeudi 14 novembre : « Devoir de mémoire, penser à ces moments de dures épreuves pour libérer un Peuple sous le joug de la dictature, même si la lutte se poursuit, contre l’impérialisme et les anti-démocraties. […].»

Dans le discours de circonstance du secrétaire général du parti de l’Aigle, la conscience de l’essentiel affleure : « Cette journée arrive à la veille des élections de 2020.  Retenons qu’un bon régime est pour tous les Burundais. C’est pourquoi tous les Burundais ont une grande tâche, un devoir d’élire de bons leaders afin d’éviter des leaders qui sèment de la haine dans le pays.» Et cet appel à exercer leur devoir civique vire au clin d’œil politique lorsqu’il invite « les électeurs à opérer un bon choix en élisant des dirigeants visionnaires ».
« On cite parfois les choses pour mieux les tenir à distance », dixit Damien Glez, dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« J’ai besoin de tous les Burundais »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « J’ai besoin de tous les Burundais »

L’euphorie de la campagne électorale est terminée. Ce 20 mai, les Burundais ont eu rendez-vous avec les urnes. Enjeu ? Un triple scrutin : présidentiel, législatif et communal. Mais le vote du président, qui gouvernera le pays pour sept ans, semble voler (…)

Les billets d'Antoine Kaburahe

Antoine Kaburahe

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 160 users online