Lundi 15 juillet 2024

Société

Souvenirs

02/06/2024 Commentaires fermés sur Souvenirs
Souvenirs
Antoine Kaburahe et Jean François Bastin au siège du journal Iwacu

Par Jean-François Bastin*

Ce sont des images, éparses. Le petit monde d’Iwacu. Immobiles les bâtiments, disposés autour du parking en terre, égayés de couleurs pastel. Incessant le mouvement des véhicules et des gens, allant et revenant de reportages. Des cris, des crissements, des claquements de portes et de mains dans le dos, le plaisir des retrouvailles, la joie de l’interview obtenue, des photos réussies, l’angoisse aussi quand on part vers l’inconnu, vers l’incertain, l’angoisse de ceux qui restent, qui attendent.

Une angoisse à couper au couteau ce 3 mai 2015, journée mondiale de la liberté de la presse, quand Iwacu reçoit des journalistes et des diplomates aussi perdus les uns que les autres, les rares diplomates dans leurs costumes étriqués, les journalistes habillé.es de noir, la bouche scotchée de noir, portant le deuil prémonitoire de leur média. La Maison de la presse vient d’être brutalement fermée, RPA mise sous scellés, Bonesha et Isanganiro empêchées d’émettre à l’intérieur du pays. Iwacu devient un refuge pour la presse en sursis. Quelques jours plus tard, tous ces médias devront se taire. Sauf Iwacu, épargné par inadvertance. Iwacu, comme par hasard, où tout le Burundi s’est côtoyé pendant 10 ans, jeunes, vieux, femmes, hommes, hutu, tutsi, anciens du maquis, de la diaspora et de la nomenklatura, venus des quatre coins du pays et de la société, Iwacu où tout le Burundi s’est engueulé, embrassé, empoigné, et surtout, finalement, informé, où personne n’a censuré personne, où chacun a essayé de s’exprimer sans se croire obligé de se répandre en imprécations. Iwacu était un forum, un carrefour, une foire d’empoigne, jamais un tribunal. C’est tout ? Oui, et c’est immense.

Je sais que j’exagère ici, que j’embellis les choses, que j’oublie les failles, les faiblesses, que je vénère ce que j’ai critiqué parfois, tant pis, il y a un temps pour tout, le simple fait qu’Iwacu existe encore donne un sens à toute son histoire. Il est sa propre raison d’être, pourvu qu’il continue, ne serait-ce que dans ses éditoriaux et dans la mesure du possible, à dire le vrai, le juste, l’acceptable et l’inacceptable. Jean Bigirimana est mort pour cet idéal, pour ce rêve, pour cette réalité, pour ce Burundi qui vaut mieux que ses fossoyeurs successifs. Son corps est introuvable, sa mémoire immortelle.

NDLR : Ce papier a été écrit en 2018

*JFB a fait l’essentiel de sa carrière à la RTBF pour laquelle il a couvert de nombreux conflits africains, dont ceux du Rwanda et du Burundi. Il a pris ensuite une retraite anticipée en 2004, pour se mettre au service des médias burundais, publics et privés, dans le contexte de la démocratisation

 

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 443 users online