Vendredi 15 octobre 2021

Politique

Ligue Iteka : «Non aux arrestations arbitraires, oui au désarmement des esprits»

12/08/2015 6
Ligue Iteka
Ligue Iteka

Tel est le message de la Ligue des droits de l’homme Iteka. Elle dénonce les arrestations arbitraires nocturnes souvent menées par des agents du SNR (Service national de renseignements). La Ligue Iteka parle de 21 arrestations depuis dimanche à Jabe où la Police procédait à une fouille perquisition.

Cette Ligue parle carrément d’enlèvement. Il donne l’exemple d’un jeune homme arrêté lundi soir à Jabe et retrouvé mort le lendemain à Cibitoke. Selon lui, quand ces personnes sont arrêtées, elles sont détenues dans des endroits inconnus et elles sont souvent torturées. «C’est choquant. Nous travaillons dans des conditions difficiles, nous n’avons pas accès aux cachots du SNR. A un certain moment, il y a des gens qui étaient détenus dans des containers.»

Il faut désarmer les esprits

Au moment où la police multiplie ces derniers jours des opérations de fouille perquisition dans des quartiers dits contestataires, la Ligue Iteka a une autre vision. Elle appelle le gouvernement à revoir ses méthodes : «S’il faut désarmer, il faut commencer par un désarmement des esprits. Il y a des motifs qui ont poussé cette population à s’armer. Il faut trouver une solution à ce problème.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Kaganji

    Écoute bien madame et monsieur qui commencez à mentir et vouloir n’est pas le problème et le traiter tel qu’il est, je refuse catégoriquement cette hypothèse. car je pense qu’au Burundi la probabilité qu’une personne peut être tué injustement par la police est trop bas par rapport aux USA d’être tué par la police si tues de race noir. Moi je vis ici aux USA depuis une vingtaine d’années malgré le danger que ma couleur représenter face à un policier, je ne trouve la réponse de m’armer, En plus la loi m’autorise de pouvoir posséder les armées , Mais je m’en procure pas et je connais bien bcp des burundais comme moi qui n’ont possédés pas aussi. D’où il faut chercher une solution au niveau de la loi et appliquer cette lois au lieu de vouloir chercher une réponse à un problème qui est le vraie problème(Il faut désarmer les esprits).

  2. burundu

    abo bantu biyita ngobaharanira agateka kazina muntu ivyo bintu bashikirije ntabwenge birimwo,kubwiwe yibaza
    ko leta ishoborakubareka bakaguma barasa abantu?tumia hakili wewe.

  3. Jean-Pierre Ayuhu

    «S’il faut désarmer, il faut commencer par un désarmement des esprits. Il y a des motifs qui ont poussé cette population à s’armer. Il faut trouver une solution à ce problème.»

    Une telle prise de position démontre encore une fois les ambiguïtés et les ambivalences de ce que nous appelons la société civile. Cela veut dire que le pays fait face à une rébellion soutenue entre autre par la Ligue des droits si celle-ci cautionne l’armement des personnes vivant dans ces quartiers!

  4. Kaiser

    La Ligue Iteka a raison: il faut désarmer les esprits; mais d’abord il faut abaisser les Kalachnikov. Il n’y a aucun gouvernement du monde, pas meme les USA, qui peut tolérer l’utilisation abusive des armes dans les quartiers et surtout contre la Police.

  5. Bagaza

    Uyo muntu nuwo muri societe civile canke ntazi icakora. Abo bantu biraboneka neza ko bagwanya le Regime Hutu. Turabarindiriye muri urne. Merci

    • haha

      Donc ibigwanisho nibabitunge ntangorane. Quelle société civile. Nawe nyene arakwiy kubazwa

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 015 users online