Santé

Les malades du cancer plaident pour l’annonce du soupçon de cette maladie

01/09/2020 Emery Kwizera Commentaires fermés sur Les malades du cancer plaident pour l’annonce du soupçon de cette maladie
Les malades du cancer plaident pour l’annonce du soupçon de cette maladie
Agrippine Nyandwi : « Quand les médecins soupçonnent un cancer au Burundi, ils ne le disent pas au patient».

L’Association des Malades du Cancer au Burundi reprochent aux médecins de ne pas annoncer leurs soupçons aux patients. Elle estime qu’en sachant qu’il souffrirait d’un cancer, le patient pourrait adopter des comportements adaptés à cette maladie.

Selon Agrippine Nyandwi, malade du cancer et représentante de l’Association des malades du cancer au Burundi, quand les médecins burundais soupçonnent un cancer, ils ne le disent pas au patient. «Il lui dit d’aller se faire soigner, s’il en a les moyens, à l’étranger, parce qu’ils n’ont rien trouvé. Si tu n’en as pas, ton cas n’est pas traitable au Burundi. »  Et de s’interroger : « Les médecins ont-ils peur du cancer alors que l’on sait que  pendant leur formation, ils apprennent comment annoncer une maladie grave ? »

Cette représentante des malades ne comprend pas pourquoi les médecins disent qu’ils n’ont rien diagnostiqué alors qu’ils ont soupçonné le cancer. Et de leur demander avec insistance : « Dites ce que vous suspectez pour que le malade puisse voir comment se tirer de sa situation. » 

« On ne peut pas donner une information tant que l’on n’est pas précis »

Selon Dr Gabriel Nahayo, spécialiste des maladies chroniques, le cancer est méconnu au Burundi et le pays n’a pas de personnel qualifié. « Les traitements sont tardifs d’où une mortalité élevé. » Il évoque aussi un problème lié aux médecins spécialistes qui ne reconnaissent pas qu’il y a d’autres qui soignent plus qu’eux et qui mettent dès lors en avant des intérêts. Mais le docteur Nahayo invoque tout de même les règles du métier : « On ne peut pas donner une information tant que l’on n’est pas précis. »

Les médecins citent notamment le  manque de financement dans le traitement des cancers au Burundi parmi les handicaps majeurs. C’est au moment où le diagnostic à l’étranger peut coûter jusqu’à 125 mille dollars américains.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 934 users online