Mercredi 22 septembre 2021

Politique

Les administrateurs priés de faciliter la délivrance des attestations de naissance

26/02/2020 Commentaires fermés sur Les administrateurs priés de faciliter la délivrance des attestations de naissance
Les administrateurs priés de faciliter la délivrance des attestations de naissance
Pascal Ndayiragije demande aux administrateurs de faciliter la délivrance des attestations de naissance aux candidats aux prochaines élections

Les représentants des partis politiques dénoncent certains administrateurs qui ne leur facilitent pas la tâche dans la délivrance des attestations de naissance, afin de pouvoir participer aux prochaines élections.

«Ce que les administrateurs sont en train de faire n’est pas du tout logique. Dans la province de Gitega, aucun membre du FNL n’a pas encore eu son attestation de naissance », indique Jacques Bigirimana, président de ce parti. C’était ce mardi 25 février au cours d’une réunion d’échange entre le ministre de l’Intérieur, les gouverneurs, les administrateurs et les leaders des partis politiques.

M. Bigirimana confie que depuis ces deux derniers jours, aucun membre de son parti, candidat dans les prochaines élections, n’a pas encore eu son attestation de naissance.

Et d’ajouter que ce comportement se trouve presque dans toutes les communes de Gitega. Mais il pointe du doigt les communes Gitega, Ryansoro, Buraza, Giheta et Mutaho.

La situation est pareille pour le parti Cnl (congrès national pour la liberté). Nestor Girukwishaka, chargé des relations extérieures de ce parti précise que les membres du Cnl, qui sont nés entre les années 1950-1979, subissent des tracasseries quand il s’agit d’avoir leurs attestations de naissance. Et de pointer du doigt, lui aussi la province de Gitega.

Signalons que parmi les documents exigés par la Ceni pour que le dossier de candidatures puisse être retenu, figure l’extrait d’acte de naissance. Et de signaler que ce dernier est octroyé à ceux qui sont nés après 1980.

«Que les administrateurs facilitent l’octroi de ces attestations»

Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieur, déplore le comportement de ces administrateurs. Et d’après lui, la province Gitega n’est pas la seule à ne pas faciliter la tâche aux politiciens désireux d’avoir ces attestations. Il dénonce aussi la province de Karuzi.

D’après lui, faute d’état-civil avant les années 1980, c’est compréhensif pour une personne qui est né à cette époque, de ne pas avoir un extrait d’acte de naissance.

Et de souligner que pour ceux qui sont nés même après, suite aux différentes crises qu’a connues notre pays, certains ont perdu leurs extraits d’acte de naissance ou bien ces papiers ont été brûlés.
À cet effet, le ministre de l’Intérieur prie les administrateurs de ne plus compliquer la tâche aux ces politiciens, candidats pour les prochaines élections.

Et comme solution, il leur demande d’utiliser la carte d’identité comme référence pour pouvoir délivrer ces attestations. « On ne veut pas attendre une personne qui justifiera sa défaite par le manque d’une attestation de naissance à mettre dans son dossier de candidature ».

À ces administrateurs qui refusent de signer ces attestations, faute de cotisation pour les élections ou pour la construction des stades, M. Barandagiye leur rappelle que cotiser pour les élections ou pour construire un stade, dépend de la volonté de tout un chacun. Il leur exhorte à délivrer et signer ces attestations sans rien demander ni exiger.

Didace Rutozi, administrateur de la commune Buraza, une des communes pointées du doigt par les politiciens, réfute toutes ces accusations.
D’après lui, cette complication est due à une mauvaise compréhension. «Mais comme vient de le préciser le ministre, nous allons délivrer l’attestation de naissance tenant lieu d’extrait d’acte de naissance».

Au cours de cette réunion, le ministre de l’Intérieur a aussi demandé aux ministères de la Sécurité publique et de la Santé publique, de faciliter la délivrance des documents requis pour les candidats aux prochaines élections. Et de déplorer que ce n’est pas le cas dans certains endroits.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 30 153 users online