Lundi 19 avril 2021

Environnement

Le pont sur la rivière Muzazi risque de céder

18/03/2021 Commentaires fermés sur Le pont sur la rivière Muzazi risque de céder
Le pont sur la rivière Muzazi risque de céder
Pont Muzazi menacé d’effondrement

Ce pont, se trouvant sur la RN9 Bujumbura-Bubanza, est sur le point de s’effondrer suite aux fortes pluies. Le courant est de plus en plus fort et ne cesse d’élargir les berges de la rivière mettant en danger les murs de soutènement de ce pont. Les usagers alertent les pouvoirs publics.

Reliant la province Bujumbura à celle de Bubanza, ce pont est dans un état critique. Les berges de la rivière s’élargissent en amont et en aval du pont suite à la forte pression des eaux de pluies. Les murs de soutènement commencent à se fissurer.

En aval, les glissements de terrain s’observent. Un grand ravin s’est créé. Et les habitations riveraines de cette rivière sont sur le point de s’effondrer. Leurs propriétaires dorment la peur au ventre.

Même situation critique pour l’école fondamentale de Muyange qui est construite sur la rive droite de la rivière dans la commune de Mutimbuzi dans la province de Bujumbura rural.

Les riverains ainsi que les usagers lancent un cri d’alarme. Ils assistent impuissamment à cette situation. « Le pont risque de s’effondrer. Si rien n’est fait dans l’immédiat, l’irréparable pointe à l’horizon», alerte J.N. un des riverains de cette rivière.

« Quand il pleut, des alluvions et des sédiments en provenance des montagnes s’agglutinent sous le pont. Ils fragilisent les murs de soutènement et les berges », fait savoir Léonard Manirakiza, un conducteur de taxi-vélo rencontré sur ce pont.

Les conséquences seront énormes

Les usagers de la RN9 craignent pour leur business. « En cas d’effondrement du pont, les échanges commerciaux entre la ville de Bujumbura et la province de Bubanza vont s’arrêter». C’est la seule voie qui est empruntée par les commerçants qui font leur business à Bujumbura ou à Bubanza.

Même préoccupation du côté des transporteurs. Ces derniers font savoir qu’ils seront obligés de contourner en empruntant la voie de la commune Gihanga. «Cette voie est longue et quasiment impraticable. Le coût de transport va tripler », font-ils savoir.

Du côté de l’Agence routière du Burundi, un de ces cadres affirme que son service est au courant de cette situation. Et de rassurer qu’après la réhabilitation des ponts Gikoma et Murago, l’on pourra entamer la protection du pont Muzazi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La grande muette invitée à redorer son image écornée

Ce ne sont pas des « faits divers ». Quelle mouche a piqué la grande « muette » ? L’armée burundaise occupe rarement les colonnes d’Iwacu. Elle s’exprime peu d’ailleurs. Mais jusqu’ici, la grande muette burundaise était relativement reconnue et (…)

Online Users

Total 1 047 users online