Mercredi 12 mai 2021

Culture

Le livre numérique a la cote auprès des jeunes

26/04/2021 2
Le livre numérique a la cote auprès des jeunes
Gérard Niyonzima montre comment accéder à la bibliothèque numérique sur son ordinateur.

Alors que ce vendredi 23 septembre le monde célèbre la journée internationale du livre, le constat est que le livre numérique entre de plus en plus dans le quotidien des jeunes à Bujumbura.

Pour les jeunes amateurs du livre numérique interrogés, ce nouveau support offre un confort de lecture indéniable : « Pas de difficulté de transport. J’ai accès aux livres à tout moment. Il suffit que j’ai une connexion internet », a commenté F.B., un jeune lecteur habitant au quartier Gasekebuye en zone Musaga. Chrétien, il confie qu’il consulte souvent la Bible dans son smartphone. Quant à A.Y., du quartier Kibenga, il lui est difficile de compter le nombre de livres numériques déjà lus. Il explique préférer les livres électroniques : « Je ne perds pas mon temps en fréquentant les bibliothèques. » D’après lui, il y a des situations où ça devient impossible de lire un livre papier par exemple s’il est trop volumineux. Gracias Justicia Tuyikeze lit des livres numériques, depuis l’école secondaire. Elle estime en avoir lu une cinquantaine. Pour elle, le livre numérique permet de s’occuper utilement à tout moment. Christophe Niyongendako, lui, s’adonne au livre numérique depuis 2016 quand il était étudiant.

« 80 % des personnes qui fréquentent notre bibliothèque numérique est un public jeune », confie Gérard Nzeyimana, administrateur de la culturethèque (bibliothèque numérique) à l’institut français du Burundi(IFB). Il fait savoir que l’engouement des jeunes pour le livre numérique est réel : « 14 personne ont fréquenté la culturethèque la semaine du 9 au 12 février 2021, 16 dans la semaine suivante et encore 14 dans la semaine du 23 au 27 février. » Il précise que beaucoup d’abonnés la consultent à distance. Comme ils ont leurs comptes créés avec lui, poursuit-il, ils entrent leurs identifiants et mots-de-passe pour accéder à plus 70 mille documents consultables n’importe où au Burundi.

Les écrivains pour le livre numérique

Jeanne d’Arc Nduwayo, auteure burundaise, abonde dans le sens de ces lecteurs : « Le livre numérique est facile à transporter, on peut conserver un grand nombre de livres sans avoir besoin d’un grand carton pour les transporter. » Elle évoque aussi la possibilité, pour le lecteur du livre numérique, de passer de l’ordinateur au téléphone portable et de ce dernier à la tablette tactile tout en gardant le livre téléchargé. Et de proposer aux lecteurs de protéger l’environnement par le livre numérique. Pour l’auteure de « Les paillettes », « le papier signifie la mort d’un arbre et la mort d’un arbre, c’est la déforestation».

Pour l’association des écrivains burundais, le livre numérique est une évolution. « L’important, c’est d’aimer la lecture, lire un livre et le terminer », a réagi Joseph Bukuru, son président. Et d’insister : « Aimer la lecture permettra aux jeunes de voyager, de maîtriser la langue, l’écriture et l’expression. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Jisho

    A-t-on une idée du degré de la destruction des yeux de ces écrans de smartphone, tablette ou ordinateur?

    • Yani

      @Jisho
      On le saura dans quelques décennies. Il est vrai que lire 30 pages (d’un livre) sur écran semble être plus fatiguant que les lire sur du papier.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 2 105 users online