Lundi 17 mai 2021

Publireportages

Le Burundi se dote d’un centre des opérations d’urgence de santé publique (COUSP) et d’un centre de prise en charge de la Covid-19

26/04/2021 Commentaires fermés sur Le Burundi se dote d’un centre des opérations d’urgence de santé publique (COUSP) et d’un centre de prise en charge de la Covid-19
Le Burundi se dote d’un centre des opérations d’urgence de santé publique (COUSP) et d’un centre de prise en charge de la Covid-19
Le ministre de la Santé entouré par le représentant de l’OMS (à gauche) et l’ambassadeur de l’UE au Burundi (à droite) inaugurent le COUSP

Le ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida vient d’inaugurer le centre des opérations d’urgence de santé publique (COUSP) et le centre de prise en charge de la Covid-19. Construit par l’OMS avec l’appui financier de l’Union Européenne, ce centre a pour mission la coordination de la réponse aux urgences sanitaires au Burundi.

C ’est ce mardi 20 avril que le ministre de la Santé, Dr Thaddée Ndikumana en compagnie du Dr Xavier CRESPIN, Représentant de l’OMS au Burundi, de Monsieur Claude Bochu, Ambassadeur Chef de la Délégation de l’Union Européenne, de Mme Nicole Kouassi, Coordonnatrice Résidente du Système des Nations Unies au Burundi ont inauguré et visité le centre des opérations d’urgence de la santé publique (COUSP) et le centre de prise en charge de la Covid-19. Le COUSP comprend des salles équipées de système sophistiqué et intelligent de vidéo conférence et de téléviseurs intelligents.

Il comprend également une salle de conférence dotée d’un écran tactile interactif et une salle des opérations faite d’un grand espace de travail prévu pour la collecte des informations avec 7 postes de travail DELL, deux écrans Samsung 43, un tableau intelligent Samsung 65, un ordinateur Dell à 4 écrans, une imprimante multifonctions, etc. ainsi qu’une salle équipée de deux serveurs puissants pour pallier les éventuelles coupures de courant. Pour le ministre de la Santé, ce centre est très important car il vient répondre à de nombreux défis liés à la communication, à la surveillance et à la prévention de la Covid-19 et d’autres maladies à potentiel épidémique. « C’est un centre moderne équipé du matériel informatique et électronique de pointe », se félicite le ministre Thaddée Ndikumana.

Les partenaires se frottent les mains

Le ministre de la Santé et ses partenaires visitent le COUSP

Monsieur Claude Bochu, Ambassadeur Chef de la délégation de l’UE au Burundi, indique que le COUSP est l’un des principaux résultats du projet de Coordination et appui aux urgences de santé publique financé par l’UE à hauteur de 1,18 millions d’euros et mis en œuvre par l’OMS. D’après lui, la mise en place de ce centre s’inscrit donc dans le cadre du renforcement des capacités en matière de coordination, de préparation et de riposte aux situations d’urgence en santé publique. Le COUSP renforce les capacités à contenir les évènements critiques qui menacent la sécurité sanitaire tant au niveau national, régional voire mondial. M. Claude Bochu estime que ce centre va également jouer un rôle essentiel dans la réponse à la Covid-19.

Quant au représentant de l’OMS au Burundi, le Dr Xavier Crespin, le COUSP est considéré comme une pièce maîtresse dans la gestion des urgences de santé publique au Burundi. Il permet d’assurer une prise de décision rapide, opérationnelle et spécifique de l’évènement en utilisant les meilleurs éléments disponibles en termes d’information, de conseil technique et de planification. « Il s’agit donc d’un instrument important dans la préparation collective et la réponse aux différentes menaces sanitaires. » Afin de faire face aux épidémies et aux autres menaces, explique Dr Crespin, ce centre intègre un programme complet de prévention, de préparation, de riposte et de réparation.

L’opérationnalisation de ce centre contribuera à renforcer les capacités du ministère de la Santé à répondre de façon plus efficace et proactive aux urgences de santé publique, « surtout la Covid-19 qui est notre plus grande préoccupation du moment. » La représentante du PNUD au Burundi, Nicole Kouassi, affirme que le COUSP est un centre opérationnel qui va fournir des données à la minute, permettant de suivre tout ce qui se passe sur la pandémie, tous les cas positifs ou négatifs, comment se passe la prise en charge… « Cela va nous donner une bonne idée de la gestion de la covid-19 au niveau national. Ce qui est une très bonne chose pour non seulement le Burundi mais aussi ses partenaires qui pourront suivre régulièrement la situation de la pandémie au Burundi. »

La prise en charge n’est pas en reste…

Le nouveau centre de prise en charge de la covid-19 dispose de
respirateurs

Un nouveau centre de prise en charge de la covid-19 basé à la Clinique Prince Louis Rwagasore, a été aussi inauguré ce 20 avril. D’une capacité d’accueil de plus de 50 lits et disposant de respirateurs, la construction de ce centre a été financée par l’OMS au Burundi à hauteur de 120 mille dollars US. Le coût des équipements et des lits a été supporté par le gouvernement du Burundi, d’après le ministre de la Santé.

La Clinique Prince Louis Rwagasore avait sacrifié un pavillon qui était destiné à la médecine interne. « Mais désormais, le centre permettra à l’hôpital de gérer les cas de covid-19 sans perturber les autres services de routine », rassure le ministre Thaddée Ndikumana. Il a fait savoir que ce centre sera la référence pour la construction des autres centres au niveau des communes en vue de décentraliser la prise en charge de la covid-19.« Le gouvernement est en train de construire 37 sites de prise en charge de la covid-19dans 37 communes. » Le ministère de la Santé a distribué, ce même jour, 20 respirateurs aux différents hôpitaux publics et privés du pays.

 

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Ne soyons pas les maillons de cette chaîne de la honte

Cui bono ? A qui profite le crime ? Cette question posée aux jurés par Cicéron au procès de Sextus Roscius mérite d’être reposée au regard de l’embuscade perpétrée par des hommes armés sur la colline Burambana, à quelques kilomètres du chef-lieu (…)

Online Users

Total 1 296 users online