Editorial

La question foncière reste explosive

30/05/2019 Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur La question foncière reste explosive

Essentiellement rural, le Burundi est confronté à un problème structurel  de gestion de la terre. Une ressource vitale qui se raréfie sous le coup de la croissance démographique galopante. Le gros des dossiers devant la justice sont en rapport avec la question foncière.

Une vidéo  de la descente sur terrain du secrétaire général (SG) du parti au pouvoir avec le ministre de l’Agriculture et l’élevage  vient de faire la une des réseaux sociaux.

Selon le secrétaire général, les  propriétés foncières, tout comme les minerais, sont une richesse commune à tous  les Burundais. « Que personne  ne dise que c’est sa propriété». En outre, il met en garde toute personne qui vendrait sa propriété à un étranger. «  Ceux qui le font cèdent une partie de la souveraineté à un pays étranger. Si nous continuons dans ce sens, nous deviendrons leurs esclaves.»

Selon certains observateurs, c’est un discours populiste, inapproprié, et surtout, une erreur de procédure.  En tout cas, un sujet de désaccord…

Les critiques estiment que le secrétaire général s’est ingéré dans les affaires du gouvernement. En principe, C’est le ministre qui devrait être l’animateur principal de la rencontre avec les citoyens.

Ils estiment que soit le SG ignore le fonctionnement d’un gouvernement, soit il se veut chef du gouvernement et chef de parti, bref, «chef d’un parti- Etat. »

La question est plus complexe.  Il y a des citoyens burundais qui ont bénéficié des propriétés par emphytéose. « Si le gouvernement du Burundi a accordé des propriétés à ses citoyens par voie emphytéotique, à qui la faute ? »  La faute reviendrait au gouvernement qui édicte des lois et non au citoyen qui ne peut pas être servi en dehors de la loi.

Par ailleurs, ces propos ne sont pas de nature  à rassurer des ’investisseurs qui peuvent avoir besoin d’une propriété foncière pour installer leurs infrastructures.

Dans son message, le SG annonce une politique de « redistribution des terres » pour que toute propriété soit exploitée. Le risque de spoliation est évoqué. « Selon que vous soyez puissant ou misérable, le jugement de la cour vous rendra propriétaire ou dépouillé. »

Ressource vitale qui se raréfie, la terre constitue de toute évidence un bien convoité. Sa gestion devrait être traitée avec précaution. Et surtout pas que des spéculations politiciennes s’y invitent…

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 227 users online