Mercredi 12 mai 2021

Archives

La Cosoc appelle les chefs d’Etats de la région à œuvrer pour plus de transparence dans l’exploitation des ressources minières

05/05/2013 Commentaires fermés sur La Cosoc appelle les chefs d’Etats de la région à œuvrer pour plus de transparence dans l’exploitation des ressources minières

L’appel a été lancé par la Coalition de la Société civile de la région des Grands Lacs contre l’exploitation illégale des ressources naturelles (Cosoc-GL). C’était ce mardi 5 mars 2013 à l’issue d’un atelier sur la formalisation du secteur minier artisanal.

<doc7300|left>Les délégués venus de la République démocratique du Congo, du Rwanda et de l’Ouganda se sont joints aux acteurs burundais de la société civile œuvrant dans le secteur minier pour porter loin leur cri d’alarme.
Il est demandé aux Chefs d’Etats de la région de mettre en œuvre les mécanismes appropriés pour couper le lien entre l’exploitation des ressources naturelles et les conflits armés dans la région et plus particulièrement à l’Est de la RDC, afin que les minerais produits répondent aux standards internationaux de minerais certifiés et libres des conflits.

La COSOC en appelle à plus de sécurité dans la chaîne d’approvisionnement des minerais en vue d’accroître la confiance des partenaires au développement et des utilisateurs finaux des substances minérales produites dans la région.
Il est demandé aux Chefs d’Etats de la sous-région de mettre en place un cadre légal et institutionnel réglementant ce secteur et d’assurer un encadrement de l’activité minière artisanale afin qu’elle contribue au développement des communautés locales.

Ces Chefs d’Etats sont appelés à convoquer un Sommet d’évaluation de la mise en œuvre de l’Initiative régionale de certification des minerais depuis la signature, le 15 décembre 2010, de la Déclaration de Lusaka sur l’exploitation illégale des ressources naturelles dans la Région des Grands Lacs. Le Burundi est signataire de ce protocole.
Dans sa déclaration, la Cosoc invite la CIRGL (Conférence internationale sur la région des Grands Lacs) à appuyer la mise en place et l’effectivité de la Cellule technique chargée de la certification régionale incluant les experts de la société civile.

Selon Prudence Bararunyeretse, président de la Cosoc (et vice-président de l’Olucome), parmi les outils préconisés par l’Initiative régionale contre l’exploitation illégale des ressources naturelles, il y a le mécanisme de suivi et de certification des minéraux, l’harmonisation des lois sur l’exploitation minière, la création d’une base de données pour suivre le commerce des minerais dans la région. D’après lui, le Burundi doit publier ce qu’il tire de la vente des minerais comme l’or et le coltan. Mais c’est surtout en matière légale que le Burundi accuse un retard préjudiciable : « Notre pays est à la traîne par rapport aux autre pays, la révision du Code minier tarde à se faire et il y a beaucoup de zones d’ombre dans ce secteur », explique-t-il.

Entre autres mécanismes régionaux recommandés, il y a l’officialisation de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle, l’établissement d’un mécanisme de dénonciation et la promotion de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITEI) pour plus de traçabilité et d’informations sur l’état des recettes payées.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 264 users online