Société

«Il faut revoir la cohabitation des langues enseignées au fondamental»

08/01/2019 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur «Il faut revoir la cohabitation des langues enseignées au fondamental»
«Il faut revoir la cohabitation des langues enseignées au fondamental»
Pierre-Claver Mukarabe : «Il faut consulter les spécialistes pour savoir comment les langues cohabitent»

«Quatre langues dans la 1ere année de l’école fondamentale, c’est une catastrophe, un défi à la connaissance de la langue nationale». C’est une déclaration faite, ce lundi 7 janvier, par Pierre-Claver Mukarabe, chercheur et consultant en langues et traductions orales. C’était en marge d’une conférence-débat organisée par l’Université du Burundi et le Centre burundais pour la lecture et l’animation culturelle (Cebulac) sur la promotion de la langue nationale, le kirundi.

Pour rappel, les élèves de l’enseignement fondamental (de la 1ere à la 9e année) apprennent le kirundi, le français, l’anglais et le kiswahili dès la 1ère année. Ce chercheur déplore un «projet parachuté». Car, apprises en même temps, ces langues ont un effet de «confusion psycholinguistique» chez l’élève.

Pour ce spécialiste en langues, il faut «absolument changer» et y aller étape par étape. A ses yeux, seuls le kirundi et le français devraient être enseignés pendant les deux premières années. Et uniquement une formation à l’oral. En 3ème année, les élèves apprendraient à écrire dans ces deux langues. La formation de l’anglais viendrait avec la 4ème année, le kiswahili avec la 6ème année ou la 7ème, toujours d’abord à l’oral et à l’écrit ensuite.

Ce consultant n’y va pas du dos de la cuillère : «Il faut consulter les spécialistes pour savoir comment les langues cohabitent». Et d’insister sur l’urgence de la mise en place d’une commission chargée de la régulation de la langue et de son usage.

Dans ces échanges, il y a eu un détail non des moins importants en ce qui est de la promotion du kirundi. Edmond Kabushemeye Nkinzo, un des conférenciers du jour, a mis à la connaissance du public la découverte d’un «clavier rundi». C’est un clavier virtuel. A la place des claviers «Azerty ou Qwerty», le nouveau clavier est provisoirement dénommé «Rwandiko». Avec l’aval de l’Etat et des experts en kirundi, M. Kabushemeye Nkinzo annonce la commercialisation des claviers physiques de ce genre dans un proche avenir.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 198 users online