Lundi 12 avril 2021

Iwacu Web TV

Gasenyi I: ils regardent leurs maisons se faire détruire pour un palais

12/04/2017 Edition : Sheila Irambona 7

Les habitants de la zone Gasenyi 1 située dans la superficie réservée à la construction du palais présidentiel avaient été sommés de quitter les lieux. Ce mardi matin, c’est un bulldozer qui est venu détruire leurs maisons sous la supervision de l’administration et de plusieurs policiers.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Kagabo

    Mr le producteur de cet article, savez vous c’est quoi une présidence? Depuis combien de temps que le Burundi a une présidence? Jusqu’aujourd’hui depuis que le Burundi existe. La présidence est un bien commun et non un bien individuel. Merci pour cette bonne manipulation.

  2. karabagega

    L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée.

    Mana raba amarira yabo bavyeyi bagiye kuba mwibarabara!

    • BELTHRAND HABIYAKARE

      nukraba impande zose muntu we. Ni kuki abandi batoye indemnite abo bo ntibazitore? Jewe ndazi ko hatanzwe indemnite ku bantu bari muri ako gace. abandi bubatse inzu zabo nyuma yo kubwirwa ko hariko hategurirwa kubakwaw ikirimba c’umukkuru wigihugu. Ni kuki batitwaye mbere bagategereza kurinda kubomorerwa? ni abagarariji kandi abo bamaho hose

  3. Jean Habonimana

    Nous partageons au fin de nous-mêmes la douleur morale et es souffrances de ces compatriotes qui voient leurs économies de toute une vie partir en fumée. Face à la détresse humaine, l’indignation, chacun dans son coin ne sert à rien. Nous devons mobiliser la communauté et les Eglises pour ne pas laisser à leur terrible solitude, les victimes de l’oppression. Lorsque les déplacés de Carama ont été expropriés trois fois, leurs maisons détruites et expulsés des parcelles que le président Buyoya leur avait données, c’était normal car ils étaient de la mauvaise ethnie. Personne ne s’est indigné. L’Uprona dont la présence au gouvernement était de les protéger les a trahis à l’autel de l’argent et des ridicules honneurs. Lorsque les jeunes ont été exterminés pour avoir exprimé pacifiquement leur opinion sur appel de leaders sociaux charismatique, c’était normal beaucoup étaient de la mauvaise ethnie. Je suppose que les malheureux de Gasenyi I ne sont pas de la mauvaise ethnie et qu’ils pourraient susciter une solidarité nationale.

  4. mt

    Mais diable qu’attend la justice pour saisir celui qui a empoché l’indemnité destinée à ces pauvres expropriés ? Du moins puisque le gvt le prétend ainsi!

  5. Komezamahoro

    Mana raba amarira yabo bavyeyi bagiye kuba mwibarabara! 40 maisons aux alentour du sois disant palais présidentiel vont être démolies. Ce maudit gouvernement a bien planifié la construction du palais sans tenir compte du sort de ces habitants? Pourquoi ils ne leur ont pas donné d’autres maisons en rechange! Cela est une injustice flagrante! Je souhaite du courage à tous ces propriétaires! Un jour ils pourront porter plainte quand la justice sera rétablie au Burundi et peu importe le gouvernement de ce temps, ils seront indemnisés.
    Courage, courage!

  6. Jereve

    Un vrai cauchemar ! Mais attendez seulement : à ce même endroit où une belle maison est en train d’être démolie, une autre, peut-être du même style, y sera construite par quelqu’un d’autre qui en toute probabilité a les faveurs du pouvoir. Alors, diriez-vous, pourquoi avoir démoli la première ? La suite des événements nous le dira ; je vous demande seulement de garder un œil attentif sur cette affaire.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.