Mardi 13 avril 2021

Editorial

En route pour l’ « onction populaire »

06/03/2020 Commentaires fermés sur En route pour l’ « onction populaire »

La future bataille électorale se précise de plus en plus : des personnalités indépendantes ou représentant des partis politiques et une coalition ont déposé leurs dossiers de candidatures à l’élection présidentielle prévue le 20 mai prochain à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le deadline était fixé ce 5 mars.

Par Léandre Sikuyavuga

Une caution de 30 millions de francs burundais, pour la campagne, a été déposée par chaque candidat à la Banque centrale. La Ceni annoncera le 10 mars la liste définitive de ceux qui vont entrer en compétition pour bénéficier de l’« onction populaire ». Ce droit qui confère au président l’autorité et le prestige qui lui permettent d’incarner le pouvoir qu’il peut exercer avec la confiance du peuple. Ce qui est sûr, c’est que dans l’histoire contemporaine du Burundi, c’est la première fois que l’on vient d’atteindre un nombre aussi élevé des aspirants à la magistrature suprême qui rentrent en lice. Les mauvaises langues parlent de « pléthore de candidats. »

Cet engouement à la course présidentielle suscite des interrogations sur sa motivation, ses mobiles. Ambitions, patriotisme, spéculation politique, positionnement, ou l’envie de sortir de l’anonymat ?… Les réseaux sociaux donnent l’illusion à quelqu’un qu’il est écouté, apprécié, idéalisé. Alors qu’au fond, on ne parle qu’à soi-même ou qu’aux gens qui vous côtoient, vous ressemblent. J’ose espérer que ce n’est pas cela. Il faut rêver grand et ils y croient. Et c’est leur droit. Je me permets juste quelques observations.

La Ceni, organe régulateur, devra respecter le principe de la liberté de candidature aux élections présidentielles. Il ne faudra pas qu’il y ait des restrictions visant à écarter des « candidatures gênantes. » Ce qui pourra avoir pour conséquence la frustration des candidats écartés et pouvant engendrer des tensions inutiles. Etre un arbitre neutre et impartial.

Les candidats devraient à leur tour connaître et respecter les règles du jeu, accepter surtout le verdict des urnes.

Au Burundi, élection rime avec contentieux. On parle de hold-up électoral, qualifiant le vainqueur d’imposteur et /ou d’usurpateur. Ceci génère la confrontation aux conséquences néfastes et incontrôlées. Les Burundais en ont assez. Il faudra que l’élu du peuple, champion de la compétition démocratique, le sacré du suffrage universel soit doté d’une légitimité indiscutable. Devenant ainsi un leader responsable et redevable au peuple. Ce qui lui donnera une respectabilité nationale et internationale.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 1 040 users online