EN

Politique

Elections 2020: Les candidats appelés à sortir de leur silence

27/04/2020 Clarisse Shaka Commentaires fermés sur Elections 2020: Les candidats appelés à sortir de leur silence
Elections 2020: Les candidats appelés à sortir de leur silence
Des activistes de la société civile, le représentant de l’Eglise catholique et un politologue se sont exprimés sur les prochaines élections, durant la synergie.

A un mois des élections, quelles attentes sur les nouveaux élus ? Comment sont les relations entre les électeurs et les candidats ? Quid des projets de société ? Des questions au menu de la synergie du 17 avril.

Deux organisations de la société civile pour les femmes (Afrabu) et les jeunes (REJA), un représentant des Eglises et un politologue étaient les invités de cette synergie centrée sur les prochaines élections.

Frère Emmanuel Ntakarutimana, qui a représenté les Eglises, observe que bien que les candidats essaient de se faire connaître à travers les médias. « Nous avons soif de connaître ce que le candidat va apporter au pays dans les sept prochaines années. Ils ne l’ont pas encore fait».

Pour cet ancien président de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH), le pays n’a pas besoin d’un nouveau visage à la tête du pays. Mais de ses projets, de ce qu’il apporte à la population. D’après lui, l’Eglise attend avant tout un élu qui saura construire une cohabitation pacifique entre les différentes couches de la population. Car aujourd’hui, cette cohabitation laisse à désirer de par les différentes crises que le pays a traversées. Il appelle les candidats à bien montrer et démonter leurs projets de société, où ils trouveront les moyens pour les réaliser.

Une campagne électorale « très courte »

Quant au politologue Denis Banshimiyubusa, il soutient que l’argument consistant à dire qu’il n’est pas encore temps que les candidats présentent leurs projets ne tient pas. Car aucune loi ne le précise. Ainsi tout candidat peut présenter ses projets et sa vision à n’importe quel moment. « Ni dans le code électoral, ni dans la loi qui régit les partis politiques».
M. Banshimiyubusa estime, par ailleurs, que les trois semaines de la campagne électorale ne suffiront pas car elle se fera en trois groupes : les candidats présidentiels, législatifs et communaux.

La représentante légale de l’Association des femmes rapatriées du Burundi (Afrabu), Godelieve Manirakiza, affirme aussi qu’il est difficile de définir les relations entre les électeurs et les candidats car ces derniers n’ont pas encore présenté leurs projets. « Ils ne sont donc pas connus par la population ».

Mme Manirakiza affirme que les femmes attendent des élus le respect de leurs droits. Notamment le respect du quota de 30% de représentativité des femmes dans les institutions. Un quota qui n’est pas respecté dans plusieurs institutions, selon cette activiste des droits des femmes. Elle avance 18% dans certaines, selon des études de l’Afrabu.

Cette synergie, qui réunit les radios Isanganiro, Rema FM, Izere FM, le journal Iwacu, Burundi Eco et Yaga, est organisée par l’ONG Benevolencia.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Traduire les paroles en actes

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Traduire les paroles en actes

A Karusi lors de la clôture de la semaine dédiée aux héros de la lutte pour la paix et la démocratie, le Président a encore déclaré la guerre à la corruption : « Nous n’allons en aucun cas tolérer les (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 538 users online