Jeudi 01 décembre 2022

International

«En cas de délocalisation, c’est le Comesa qui perdrait»

22/05/2018 Commentaires fermés sur «En cas de délocalisation, c’est le Comesa qui perdrait»
«En cas de délocalisation, c’est le Comesa qui perdrait»
Philippe Nzobonariba : «Tous les frais relatifs aux préparatifs de la tenue de ce sommet ont été débloqués par l’organisation elle-même».

«Les fonctionnaires du Comesa n’ont pas la latitude d’annoncer une délocalisation», a déclaré Philippe Nzobonariba, porte-parole du gouvernement burundais, ce lundi 21 mai.

D’après lui, cette prérogative appartient aux chefs d’Etat de cette communauté après consultation de leur homologue burundais. «Sur ce, les préparatifs se poursuivent. Le dédouanement du matériel pour l’organisation du sommet continue». Cette mesure n’a pas été notifiée au gouvernement burundais.

Et d’indiquer que c’est le Comesa qui enregistrerait beaucoup de perte en cas de délocalisation : «Tous les frais relatifs aux préparatifs de la tenue de ce sommet ont été débloqués par cette organisation».

Initialement prévu à Bujumbura du 1er au 10 juin, ce sommet du Comesa a été délocalisé en faveur de la capitale zambienne.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 1 728 users online